Concertations des acteurs politiques : IBK devrait accélérer la cadence

6

Le président IBK devrait poursuivre ses rencontres avec les leaders de la classe politique dans la cadre de la décrispation et le dialogue politique en vue. Mais le locataire de Koulouba peine à accélérer la cadence de ces concertations.

Maliweb.netAprès un premier tête à tête, le mardi 26 février 2019, à Koulouba entre le président de la République et le chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé, le deuxième tête à tête le mardi 5 mars entre les deux personnalités l’opinion s’attendait à voir, par exemple, défiler sur la colline du pouvoir des candidats malheureux à la présidentielle 2018. Rien n’y fit. Seul Mohamed Aly Bathily, candidat à ce scrutin, a été reçu, en plus d’Amadou Thiam de l’ADP-Maliba. Quid de Housseini Amion Guindo, Modibo Sidibé, Modibo Koné, Mamadou Oumar Sidibé, Moussa Sinko Coulibaly, Cheick Modibo Diarra, Mamadou Igor Diarra, Hamadoun Touré, Kalifa Sanogo, etc ? Comment comprendre que malgré l’urgence de la situation, Koulouba n’ait pas jugé pressant de poursuivre rapidement ces consultations et arriver à concrétiser le mode opératoire dont parlait Soumaïla Cissé dans les meilleurs délais,

Rappelons qu’à la fin de la dernière rencontre entre IBK et Soumaïla Cissé, les deux personnalités se sont promis se revoir le lendemain mercredi. Mais l’opinion n’a plus été tenue au courant de quoi que ce soit. Si ce n’est la réception de l’opposant par le président Alpha Oumar Konaré… Alors que le challenger du chef de l’Etat annonçait la poursuite de ces consultations. « Il va donc continuer à éprouver les hypothèses, discuté sur les solutions possibles de sortie de crise. Moi de mon coté, j’ai eu la chance d’être reçu par les anciens chefs d’Etat : le Professeur Dioncounda, le Général Moussa Traoré, j’ai eu un échange téléphonique très long avec le président ATT…», a souligné Soumaïla Cissé. « Il faut qu’on convienne du format de dialogue élargit, un dialogue politique national, après ce dialogue qu’il y ait un consensus, un accord politique qui puisse déboucher sur les textes qu’il faut, les orientations qu’il faut pour cela. Je crois aujourd’hui, on essaye de trouver vraiment comment organiser ce dialogue, quels sont les acteurs. Mais bien sûr, il a besoin, lui (IBK NDLR), d’écouter un peu plus de gens et nous aussi, si on peut apporter des entrées complémentaires, on va le faire, je crois que nous sommes à cette phase mais tout le monde est pressé », a déclaré Soumaïla Cissé.

La question se pose alors de savoir si IBK aussi est pressé pour la concrétisation rapide de cette décrispation. Il doit rapidement en donner toutes les preuves !

 

Boubou SIDIBE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Si SOUMAILA CISSE avait reconnu la victoire d’Ibk comme en 2013,serions nous entrain de parler de crise politique?
    N’est ce pas que quand IBK a appelé SOUMAILA CISSE qu’ on a commencé à parler de décrispation ?
    Qu’ on le sache IBK est obligé de travailler avec SOUMAILA CISSE car c’est lui le vrai vainqueur des élections présidentielles passées.
    C’est à SOUMAILA CISSE de négocier avec IBK.Il en est seul légitime.
    Cette légitimité tire sa source des élections présidentielles confisquées.
    Si SOUMAILA CISSE ne tombe pas d’accord avec le pouvoir sur les modalités d’exercice du pouvoir,ce n’est plus la peine que le président reçoit les autres car sans lui rien ne peut marcher.
    Il s’agit pour le chef de fil de l’opposition de parler au nom de tous les opposants,qui sont véritablement opposants.
    S’il a pris l’initiative d’aller voir les anciens présidents,c’est pour exprimer sa légitimité à ramener la quiétude sur la scène politique afin que le pays puisse trouver rapidement les solutions idoines.
    UN RÔLE QU’ A VOULU PORTER SOUMEYLOU BOUBEYE MAIGA ÉCHOUÉ CAR ILLÉGITIME.
    Qu’ on s’étonne que les pourparlers durent,c’est IGNORER les difficultés de l’exercice tendant à donner une nouvelle direction au pays car il s’agit de changer de méthode de travail instaurée par un CLAN depuis 2013 tendant à profiter des deniers publics .
    IBK a sur le dos UN CLAN et un premier ministre chef de parti ambitieux tandis que SOUMAILA CISSE a sur le dos tout un pays auquel il a promis publiquement de ne pas abandonner.
    Le CLAN présidentiel n’est pas prêt d’abandonner ce qu’ il considère comme normal pour celui qui exerce le pouvoir c’est à dire jouir impunément des deniers avec un SBM qui certainement veut des garanties pour son parti afin d’espérer pour 2023.
    IBK est il capable de mettre de l’ordre de son côté afin que les pourparlers puissent aboutir?
    L’explication de la lenteur est là.
    OSER LUTTER ,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

    • SABALI!!!!
      LE VAINQUEUR A ETE’ RECONNU PAR LA COUR CONSTITUTIONNELLE ET LA COUR SUPREME!!!! AUJOURD’HUI IL EST LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE! IL S’APPELLE IBRAHIM BOUBACAR KEITA!!!! IL TEND LA MAIN A’ TOUT LE MONDE MAIS TE TENDRE LA MAIN NE SIGNIFIE POINT QU’IL NE PEUT PAS REMPLIR SA MISSION SANS TOI!!!!
      LES CIMETIERES SONT REMPLIS DES GENS QUI SE CROYAIENT QUE RIEN NE POUVAIT SE FAIRE SANS EUX!!!! AW BE’ KA SABALI!!!!!

  2. Voila le même groupe de gens qui ont géré le Mali depuis 51 ans. Les résultats désastreux que l’on vit aujourd’hui sont 100% les leurs. Malgré l’age et l’expérience, ils n’arrivent pas a transcender les problèmes d’intérêt personnel et de gloire personnelle, afin de mettre la patrie avant tout. Il n y a pas un seul parmi ces vieux qui n’a pas tout eu du Mali (savoir, richesse, nom, relations, bonheur etc..). Et comment ce même Mali qui leur a tout donné peut continuer a être leur seconde priorité? Chacun d’eux crie “ou ben ko!”/ “ils m’en veulent ce sont des jaloux !” comme s’il est lui-même quelque chose sans le Mali …c’est là où ils perdent l’humilité, oublient leur mission (servir et non de se servir de la la patrie, par parler de la patrie et non de parler de soi, se focaliser sur le Mali et non sur leurs pouvoirs etc..).

    Ils n’arrivent pas a s’entendre simplement parce qu’ils n’ont pas en réalité un intérêt commun. Ils faut constater comment même dans cette crise existentielle combien difficile il est pour eux de se concerter autour de l’essentiel! Ce “DIALOGUE NATIONAL” qui est aujourd’hui d’une nécessite impérative et urgente traine simplement pour des raisons politiques (d’égoïsme de la majorité présidentielle RPM & Co et d’autres mouvements de vestiges alimentaires qui ont horreur a toute idée de partage du pouvoir pour sauver le Mali). Or tout “DIALOGUE NATIONAL” qui sera basé sur un “partage du gâteau” (postes ministériels, “budget d’opposition” etc..)– au lieu d’une sincère ouverture politique débouchant sur de vrais principes (objectifs) de bonne gouvernance d’union ( de lutte intraitable contre la corruption, la gabegie, l’injustice, le népotisme, l’insécurité, le terrorisme et la traitrise de la rébellion dite touarègue etc..)– sera absolument voué a l’échec!

    ALORS

    Continuerons- nous a tout puiser du Mali sans jamais rien sacrifier pour lui en retour? Continuerons-nous a vivre dans le confort avec nos familles pendant que le Mali agonise a tous les niveaux pour sa survie?
    Continuerons-nous a maintenir notre fierté personnelle pendant que le Mali est humilié au quotidien?
    Continuerons-nous a penser a notre avenir et celle de nos familles pendant que l’avenir du Mali et menacé de mort?

    Qui est alors le plus grand le plus important, nous-mêmes ou le Mali?
    En tout cas pour de grands esprits comme Mamadou Konate c’est la pays qui l’est toujours:

    «…aucun sacrifice n’est de trop lors qu’il s’agit du pays …nous sommes tous appelés à mourir, ce qui ne meurt pas c’est le pays»

  3. ” … Après un premier tête à tête, le mardi 26 février 2019, à Koulouba entre le président de la République et le chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé, le deuxième tête à tête le mardi 5 mars entre les deux personnalités l’opinion s’attendait à voir, par exemple, défiler sur la colline du pouvoir des candidats malheureux à la présidentielle 2018. Rien n’y fit… ” … /// …
    :
    Pourquoi IBK ne reçoit plus…, il s’est ” recrispé “… ? Qu’est ce qui coince… ?
    Ou alors, les autres candidats malheureux ne comptent peut-être pas pour lui… ? Le mépris…, c’est pas bien !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here