Lutte contre la corruption : Une justice sans impunité

54

Depuis quelques jours, il y a des assises sur le phénomène de la corruption. Pourtant, tout le monde est unanime que pour qu’il y ait corruption, il faut un corrupteur. Au Mali, il en assez été question de lutte contre la corruption. Est-il possible de lutter contre le phénomène si les gouvernants sont demeurent les premiers corrompus et les premiers corrupteurs. Voici quelques réponses reçues d’hommes suffisamment avertis.
Mohamed Lamine Noukoussa Kéïta : Comptable-matières au Ministère de l’Equipement et des Transports
Tout d’abord, je vous remercie pour l’opportunité que vous m’offrez. Ensuite, je salue la bonne initiative de la semaine de lutte contre la corruption.
Vous savez, la corruption est un phénomène qui existe dans toutes les sociétés du monde. Mais, elle a plusieurs formes souvent chez nous. Les gens pensent que c’est en Afrique que nous sommes les plus corrompus bien au contraire. Quant on regarde un peu l’occident, avec tous les scandales qui se passent, il y a certaines affaires comme l’affaire MADOFF qui nous démontre à suffisance que la corruption existe dans tous les pays du monde. Mais aujourd’hui, en ce qui nous concerne, nous sommes un pays très pauvre qui a très peu de ressources donc c’est un devoir pour nous de bien gérer nos maigres ressources. Pour cela, il faut mettre des arsenaux un peu sur place pour lutter contre la corruption. La lutte contre la corruption est une lutte de longue haleine. On ne peut pas l’éradiquer en un seul coup parce que la corruption, à mon avis, est même culturelle dans les pays comme chez nous. Les gens survivent de jour en jour où les salaires ne suffisent pas. Les gens seront, que tu veuilles ou pas, tentés vers les formes de corruptions que nous connaissons aujourd’hui.
En effet, pour moi, la solution passe obligatoirement par l’application des recommandations qu’il y a eu un moment. C’est-à-dire le forum de lutte contre la corruption sous le régime d’ATT. C’est très difficile d’éradiquer la corruption mais on peut la réduire en mettent des arsenaux sur place. Aujourd’hui, on peut dire que la corruption ne gangrène pas comme les années passées car il y a eu des contrôles financiers souvent très stricts. Il faut augmenter les salaires des travailleurs pour qu’au moins on puisse réduire la corruption.
Aux gouvernants et aux gouvernés, je pense qu’il faut être un bon patriote, avoir un bon comportement, bien gérer les biens de l’Etat, ne pas piller les maigres ressources.
L’honorable Mody N’Diaye : 3ème Vice-président de l’Assemblée Nationale
Je vous remercie beaucoup pour cette opportunité au moment où il y a une semaine organisée par les autorités sur cette question épineuse. Je pense que le phénomène de la corruption est un fléau qu’il faut obligatoirement la combattre. Ceci étant, il est important de noter que l’état de la corruption dans un pays est un facteur qui annihile le développement dans sa globalité, qui entache la répartition de la richesse entre les fils du pays. Il est vrai qu’il y a une semaine, l’accent est mis sur la répression et la délinquance financière, je pense que ceci correspond à une mesure souhaitable. Mais pour lutter contre la corruption, c’est de créer les conditions pour dissuader le risque de corruption c’est ça l’élément le plus important. Quelque soit la qualité de celui qui fait la corruption, quelque soit la période pendant laquelle elle a été faite, il faudra obligatoirement une justice pour qu’il n’y ait pas d’impunité. Donc, au regard de ces deux facteurs à savoir qu’il n’y ait plus d’impunité que chacun se dit qu’il est comptable d’une situation, qu’il a eu donc à mettre en œuvre dans le cadre de ses fonctions. Et deuxièmement, le risque soit vraiment très limité. Vous avez fait allusion à la corruption des gouvernants, la corruption ne peut venir normalement que de ceux qui ont le pouvoir de décision.  Donc, ceci ne doit pas être, de mon point de vue, quelque chose d’étonnant, mais dans l’organisation du travail, elle doit être de telle manière que :
–    premièrement, que celui qui décide ne soit pas en même temps juge et partie dans une affaire ;
–    Et deuxièmement, que celui qui décide qu’il ne soit pas la seule personne qui a toutes les décisions par rapport à un acte posé.
–    Et au finish qu’il y ait des contrôles permanents et périodiques et qu’à chaque fois qu’il a été détecté les cas flagrants de corruption qu’on sévisse immédiatement. L’Assemblée nationale a adopté un projet de loi proposé par le gouvernement qui va dans le sens de la répression. L’élément le plus important pour moi dans cette loi d’abord, c’est la possibilité au citoyen lambda a des dénonciations, la charge de délit de corruption qu’il ne revient pas à l’autorité judiciaire mais à celui qui est suspecté. C’est très important. Les déclarations des biens de tous ceux qui gèrent les finances publiques, il faudra s’assurer qu’effectivement que ces déclarations se fassent régulièrement et qu’elles soient portées à la connaissance du public.
La ou les solutions, c’est de bien gérer les biens publics de l’Etat, que chacun soit patriote et qu’il faut continuer la bonne sensibilisation.
Gaoussou KANTE
Stagiaire
 

PARTAGER

54 COMMENTAIRES

  1. VICTIMES D’ARNAQUES SUR INTERNET

    Vu les nombreuses plaintes sur les forums et témoignages des victimes d’arnaques, nous constatons que ces derniers temps, il y a des victimes tous les jours et nous sommes sûr que d’autres se font avoir et ne disent rien par honte. Il faut absolument que toutes les victimes d’arnaques sur internet portent plainte. En ligne, cela ne prend que 5 minutes et la confirmation de la police Interpol n’est pas compliquée.IL FAUT LE FAIRE…

    E-mail : servicepolice_interpol@hotmail.com

    Bien sûre nous seront à l’écoute pour des solutions adéquates.

    Bon courage.

  2. Le président Ibrahim Boubacar Keita n’a pas jamais caché sa volonté de lutter contre la corruption. Nous devons comprendre que seul il ne peut pas tant qu’on ne se donne pas la main pour l’aider dans cette lourde tache.

  3. Quant l’état joue au jeu du pyromane et du pompier. Corruption au Mali lutter contre la corruption au Mali ce disque est rayé car de Moussa Traoré à IBK on a dit les mêmes choses et on a entendu les mêmes choses sauf une chose reste inchangée que cette corruption à de beaux jours devant elle. Ils sont policiers et voleurs qui va denoncer qui arrêtons ces jeux honteux et pitoyables. L’honneteté est une question de conscience qui l’a au Mali. Ce jeu c’est comme un match de football dans les gradins on voit tout, mais une fois sur le terrain on devient aveugle. jeune génération on compte sur vous.

  4. Nous; populations sommes les premières responsables de cette situation alors pourquoi accuser les autres?
    IBK ne peut pas être partout à la fois donc notre responsabilité à tous est engagé. Il faut que nous faisons tout pour payer normalement nos impôts, mettre les papiers de nos véhicules à jour pour éviter de donner l’argent gratuitement aux policiers et après les accuser d’être corrompu.

  5. La corruption est un mal encré au sein de notre société depuis des décennies et le pouvoir actuel mets tout en oeuvre pour éradiquer ce fléau.

  6. La gestion chaotique de l’argent du contribuable est imputable à tous car qui dit corrompu dit corrupteur alors changeons tous de comportement car les autorités de ce pays et en particulier le président font tout pour redresser cette société en proie à la corruption.

  7. Le président de la république ne peut pas faire la police et gérer les affaires de l’état en même temps c’est pourquoi chaque secteur à ses responsables alors ne lui demander pas d’aller faire le gardien dans des bureaux de trésors et autres changeons tous de comportement pour que le pays puisse vaincre ce mal.

  8. IBK a hérité d’un pays complètement anéanti et ses efforts pour le mettre debout sont visibles de tous alors laissons le temps au temps car la corruption était au coeur de la société.
    On ne peut pas mettre à niveau ce qui a été détruit pendant vingt ans. Il faut inculquer un nouveau comportement à tout un chacun pour que ça change.

  9. La corruption est un phénomène d’une importance cruciale que l’on peut comparer à une épidémie car elle se propage rapidement dans le système politico-économique du pays. Pour freiner ce système dans notre pays, il faut un remède très efficace sous formes de réformes qui doivent être durables pour réussir. Pour ma part, je pense que cette lutte est certes difficile, mais possible. Si et seulement si, il y a un changement de mentalité

  10. A mon humble avis, je pense que la corruption, nous sommes tous coupables et tous victimes. Pour arriver à une éradication de ce fléau, il faut réduire les possibilités de la corruption. En effet, l’un des moyens de diminuer la corruption est de réduire les bénéfices et les coûts qui sont sous le contrôle des fonctionnaires à tous les niveaux de la hiérarchie administrative. La transparence des règles et l’introduction de la concurrence au sein de l’administration sont également d’autres moyens. En appliquant ces moyens avec de la volonté chez nos autorités d’ailleurs chose réelle, je pense que nous y parviendrons.
    ABAT LA CORRUPTION !!!

  11. Je pense que la lutte contre la corruption n’est pas le seul ressort du président de la république, mais de tous. Assurément, nous sommes tous coupables et en même temps tous coupables. De ce fait, chacun doit être la police de l’autre.

  12. La lutte anti-corruption est une lutte très complexe car elle est le fait de tous sans exception. Pour ce faire, il faut une volonté commune sans laquelle nous ne parviendrons pas à bouter ce phénomène hors de nos frontières. Car, on aura beau prendre les mesures d’éradication sans une implication de tous, nous n’arriverons pas.

  13. Pour ma part, je pense que l’Etat prendra toutes les mesures possibles pour éradiquer ce phénomène. Mais, j’estime que ces mesures à elles seules ne suffisent pas pour y parvenir. De ce fait, il faut un changement de comportement de tous.

  14. La corruption, tous coupables !
    En effet, la corruption est un phénomène qui gangrène notre société. Pour lutter contre ce fléau, le président s’attèle à mettre des stratégies en place afin de lutter farouchement contre celui-ci. Tous ces moyens sont bons pour y parvenir, mais je pense qu’il faut un éveil de conscience et un changement drastique de comportement des uns et des autres. Faute de quoi, nous y irons de mal en pire.

  15. Je pense que la corruption sous l’ère du président IBK a beaucoup baissé et les indices en témoignent. Force est de reconnaître que beaucoup de mesures ont été prises quant à traquer les acteurs et à les punir. A mon humble avis, j’estime qu’il faut attaquer le mal à la racine c’est-à-dire UN CHANGEMENT DE COMPORTEMENT.

  16. Le fléau de la corruption est une réalité qui mine notre société depuis belle lurette. En effet, depuis l’avènement d’ IBK à la magistrature suprême, le phénomène a connu une nette amélioration même si celle-ci n’est pas suffisante. Pour ce faire, je pense que l’on doit donner aux citoyens et aux utilisateurs particuliers, aux organisations du secteur privé et aux autres groupes de la société civile les moyens de se faire entendre.

  17. Le président Ibrahim Boubacar Keita n’a pas jamais caché sa volonté de lutter contre la corruption. Nous devons comprendre que seul il ne peut pas tant qu’on ne se donne pas la main pour l’aider dans cette lourde tache.

  18. Pour ma part, je pense que le phénomène de la corruption, nous sommes tous coupables. Pour endiguer ce fléau grandissant qui mine notre société, je préconise que chacun soit la police de l’autre. Ainsi, nous y parviendrons. ❗ ❗

  19. Je pense qu’on aura beau prendre des mesures pour endiguer la corruption, cela ne la freinera pas. Nous arriverons à lutter contre ce fléau qui gangrène notre société que si nous changeons de mentalité.

  20. Informer le public de l’obligation qui incombe au Mali d’être exempt de corruption:
    Une justice égale et équitable pour tous est cruciale pour la stabilité et la croissance d’un pays. Elle contribue également à lutter efficacement contre la criminalité.
    Attirer l’attention du public, des médias et des pouvoirs publics sur le coût de la corruption pour les services essentiels, tels que la santé et l’éducation. Lorsque les services de base fonctionnent, toute la société y gagne.

  21. Pour cette histoire de corruption,personne dans ce pays ne peut tenir IBK pour responsable.
    Il est venu trouver cette situation et c’est d’ailleurs lui qui se bat pour remédier à cela.
    Nous pouvons que lui dire merci pour cela.

  22. Nous savons tous que depuis des lustres notre pays est en proie à la corruption.
    Cette corruption ne ne fait fait que miner notre économie.
    Le président IBK fait en ce moment tout ce qui est en son pouvoir pour y trouver une solution.
    Nous le saluons et l’encourageons dans cette voie…

  23. Moi je pense que la corruption est un phénomène mondial qui touche même les pays dits développés.
    Ce n’est donc pas un cas spécifique à notre pays.
    Mais je pense que les chiffres avancés par cette institution pour notre pays sont un peu trop.

  24. Parmi tous les président qu’a connu notre Mali jusqu’à présent,IBK est celui qui eu le courage de se prononcer sur la corruption.
    Et depuis son accession au pouvoir,nous constatons avec fierté que ce phénomène qui tue les économies est fortement en train de diminuer chez nous.
    Personne ne peut donc s’asseoir pour critiquer le président concernant cette magouille.
    Merci président pour votre lutte…

  25. Avec l’arrivée de IBK au pouvoir,nous pouvons dire que la corruption a beaucoup diminué au Mali.
    Nous sommes conscients qu’il reste beaucoup à faire,mais les uns et les autre doivent savoir que le président a fait beaucoup et continue de faire ce qu’il peut.

  26. La lutte contre la corruption est une lutte de tout le monde et de tous les jours.C’est pour cette raison que je demande l’adhésion de tous les maliens pour endiguer ce fléau.
    Le président IBK fait déjà sa part et nous devons tous le soutenir dans ce sens.

  27. Apprendre aux jeunes de votre pays ce qu’est un comportement éthique, ce qu’est la corruption et comment la combattre, et les encourager à revendiquer le droit à l’éducation. Élever les futures générations de citoyens dans l’idée que les pays doivent être exempts de corruption est un des moyens les plus efficaces de leur garantir un avenir meilleur.

  28. Ce problème de corruption doit être compris sous un angle à deux composantes.
    Il faut comprendre que s’il y a corrompu c’est qu’il y a forcement corrupteur.
    C’est tout le monde qui doit donc prendre conscience pour éradiquer ce fléau dont nos sommes tous coupables.

  29. Signaler les cas de corruption. Il faut créer un environnement dans lequel prévaut le Mali.
    Refuser de participer à toute activité qui ne soit ni légale ni transparente. Accroître les investissements tant nationaux qu’étrangers. Tout le monde préfère investir dans un pays dont on voit que les fonds ne disparaissent pas dans les poches de fonctionnaires corrompus

  30. Favoriser la stabilité économique en pratiquant la tolérance zéro vis-à-vis de la corruption. Un milieu d’affaires transparent et ouvert est la pierre angulaire d’une démocratie solide.

  31. Le PM Modibo Keïta a souligné dans sa DPG la lutte contre la corruption. Son gouvernement sera dévoué pour combattre se fléaux ardent. Pas sans l’engagement de la population sinon cette sera vaine.

  32. La corruption en générale est l’un des luttes que le président IBK et son PM ont engagés une lutte acharné pour éradiquer ceux fléaux, qui touchent toute les différentes étapes de la société malienne, mais la population doit être aussi active car c’est la population qui est le plus concerner. En 2013 dès son n’investiture IBK a décrété cet année « l’année de la lutte contre la corruption ».

  33. Qui aime la pluie doit forcément accepter la boue. Qui dit développement dit lutte contre la corruption. IBK veut coute que coute faire avancer ce pays quelles que soient les conséquences négatives de la lutte dans laquelle il va s’engager. La transparency international a fait de son mieux Il reste maintenant que nous nous unissons pour accompagner le chef de l’Etat dans cette lutte. 😆 😆 💡 💡 💡

  34. L’un des maux dont souffre le Mali, depuis le régime de Moussa Traoré jusqu’à celui d’ATT, est la corruption encouragée par l’impunité. La corruption est un obstacle au développement. Car les biens publics volés seront obligatoirement remplacés. On peut chasser la corruption de notre pays si nous unissons nos forces pour en faire une seule. 😥 😥 😥 💡 💡 💡

  35. L’incrimination de tous les criminels doit être au rendez-vous maintenant. Les peines seront désormais proportionnelles, c’est ce qu’a dit IBK. Celui qui vol l’Etat aura une peine ou un traitement convenable à son acte. Avec IBK le Mali ira de l’avant seulement si les magistrats répondent à son invitation. 😛 😛 😛 😀 😀 😀 😀

  36. La Transparency International vient de publier son rapport des enquêtes sur la corruption en Afrique. Il est apparu qu’au Mali il y a toujours des agents de l’Etat qui encouragent des pratiques encourageant la corruption. Donc de ce fait l’Etat malien doit prendre toutes les précautions pour démasquer ces criminels. 😥 😥 😥 😥 💡 💡 💡

  37. Après 20 ans de démocratie, le pays est toujours confronté à un problème de gouvernance. Les dirigeants ne sont plus des patriotes. Le gain individuel est prioritaire. Assez !!! Assez !!!! Le chef de l’Etat est sur ses nerfs. Non à la corruption, non au laisser-aller. Il n’est plus question de tolérer les malversations. Malheur aux hommes corrompus! Les enquêtés ayant affirmé avoir versé des pots de vins sur des agents publics sont des personnes qui encouragent la corruption. 💡 💡 💡 😆 😆 😆

  38. La manière dont la corruption a gagné du terrain dans notre pays, elle doit être combattue avec force, sérénité, et solennité. Lors de son passage à l’occasion de l’Aïd-el-Fitr, IBK a promis aux maliens une bonne gouvernance sans corruption. Son peuple l’encourage et l’accompagner sur ce chemin. Nous comptons aussi sur les magistrats pour l’aider dans cette tâche difficile. ➡ ➡ ➡ ➡

  39. La corruption est devenue un phénomène social très répandu au Mali. Aux temps de Modibo Keïta et de Moussa Traoré elle n’existait pas. Même si elle existait, elle n’était pas aussi développée que ça. Le phénomène a pris de l’ampleur sous les deux premiers régimes démocratiques. Le président de la république, après ce constat, a jugé important de bannir ce fléau. Les maliens doivent l’aider dans cette lutte. 💡 💡 💡 😆 😆 😆

  40. Secoué par la corruption depuis plus de vingt ans, le Mali doit maintenant tourner cette page brouillonne de son histoire. Ibrahim Boubacar Keïta est actuellement la première personne sollicitée par le peuple. Il se doit de faire en sorte que la corruption s’abaisse petit à petit jusqu’à ce qu’elle disparait totalement. Tout le Mali compte sur lui. Car il est la personne à qui de droit. ❗ ❗ 😯 😯 😯

  41. Ibrahim Boubacar Keïta est un patriote. Son gouvernement est à la fois issu de la crise et le premier régime post-crise. La corruption est un fléau qui existe depuis bien avant le pouvoir que nous connaissons actuellement. Il ne ménagera aucun effort pour instruire la baisse du budget des institutions afin de faire avancer ce pays. 👿 👿 👿 ❓ ❓

  42. Où sont les détracteurs d’IBK qui aboient chaque jour sur lui par égoïsme seulement sans raison valable ? Je pense que le FMI ne finance jamais les pays mal-gouvernés, ni les pays qui marchent la corruption. Ces gestes montrent que notre pays est bien gouverné et que la corruption est bien combattue comme l’avait promis IBK. Merci IBK !!!

  43. On ne peut pas avoir deux bénéfices à une seule marchandise; c’est à dire le combat de la corruption doit commencer par nous même avant d’arriver aux autorités. C’est la population qui entraine les autorités à la corruption sinon autorité seule va corrompre qui?

  44. On ne peut pas avoir deux bénéfices à une seule marchandise; c’est à dire le combat de la corruption doit commencer par nous même avant d’arriver aux autorités. C’est la population qui entraine les autorités à la corruption sinon autorité seule va corrompre qui?

  45. Evaluation par le Conseil d’administration du FMI sur la gestion de la finance malienne:
    Les administrateurs félicitent les autorités des résultats macroéconomiques solides qui ont été enregistrés récemment, tels qu’une croissance économique robuste, une inflation faible et une position budgétaire viable. Si les perspectives économiques sont favorables, les administrateurs attirent aussi l’attention sur les risques de dégradation importants, en particulier du fait de la fragilité persistante de la situation sécuritaire au Mali. Les administrateurs saluent l’accord de paix qui a été conclu récemment entre le gouvernement et les groupes rebelles, mais ils notent que les récents évènements tragiques à Bamako soulignent qu’il est nécessaire de continuer de chercher à renforcer la sécurité, avec l’appui de la communauté internationale.Les administrateurs saluent la volonté des autorités de mettre en œuvre une politique économique visant à préserver la stabilité macroéconomique et à promouvoir une croissance solidaire. En particulier, ils souscrivent aux efforts déployés pour accroître les recettes fiscales et améliorer la qualité et l’efficience des dépenses sociales.Ils reconnaissent qu’il convient d’élargir l’assiette de l’impôt et de réduire les exonérations pour accroître les recettes. Les administrateurs encouragent aussi les autorités à redoubler d’efforts pour améliorer la gestion des finances publiques. Une approche prudente en ce qui concerne de nouveaux financements non concessionnels permettra de préserver la viabilité de la dette. Les administrateurs souscrivent aux plans des autorités visant à mettre en œuvre progressivement la décentralisation budgétaire en vue d’améliorer la responsabilisation sur le plan des dépenses tout en augmentant l’aide accordée aux régions moins favorisées du pays. Ils soulignent que ce processus doit se dérouler parallèlement à une augmentation des capacités d’administration et d’absorption des collectivités locales, et à la mise en place de mécanismes adéquats en matière de transparence et de responsabilité.Les administrateurs soulignent que, pour accélérer et pérenniser la croissance à long terme, il conviendra de diversifier les sources de croissance et les secteurs exportateurs. Une amélioration de la réglementation, une baisse des impôts sur le travail, une augmentation du taux d’activité, en particulier des femmes, et une amélioration de la gouvernance faciliteraient l’activité et l’investissement du secteur privé.Les administrateurs appellent les autorités à continuer de s’attaquer aux faiblesses du secteur financier afin de promouvoir l’inclusion financière, la stabilité et la croissance. Il s’agit d’assainir le bilan des banques dont les prêts improductifs sont élevés, de réduire la concentration du crédit dans un petit nombre de gros emprunteurs et de renforcer le secteur de la microfinance. Les administrateurs notent avec satisfaction les plans de restructuration de la Banque de l’Habitat du Mali, qui devraient réduire les risques budgétaires et rendre l’établissement attrayant pour les investisseurs privés. Ils appellent aussi à continuer de renforcer le dispositif de lutte contre le blanchement de capitaux et le financement du terrorisme.
    SOURCE FMI.

  46. Selon le FMI la reprise économique du Mali est dans sa troisième année. Après une forte croissance de 7% en 2014, entraînée par le retour à un niveau normal de production agricole et une forte reprise du secteur manufacturier, la croissance ralentit en 2015, mais devrait demeurer robuste à court terme (au deçà de 5%). Merci à IBK et à monsieur le ministre de la finance MAMADOU IGOR DIARRA.

  47. Même la création d’un comité de lutte contre la corruption montre que le président à la bonne foi de combattre la corruption. On ne peut pas venir éradiquer facilement en quelque mois quelque chose qui est là il y’a des années. IBK a transmis tous les dossiers du VG à la justice et c’est elle qu’on attend aussi.

  48. Il n'y a pas de justice avec impunité au Mali. Même si cela existait sous Amadou Toumani Touré qui disait ne pouvant pas emprissonner les chefs de familles pilleurs des fonds publics. Ibrahim Boubacar Keïta, quant à lui, est engagé pour lutter contre la corruption et l'impunité dans ce pays.

  49. Il n'y a pas de justice avec impunité au Mali. Même si cela existait sous Amadou Toumani Touré qui disait ne pouvant pas emprissonner les chefs de familles pilleurs des fonds publics. Ibrahim Boubacar Keïta, quant à lui, est engagé pour lutter contre la corruption et l'impunité dans ce pays.

  50. Ibrahim Boubacar Keïta a affirmé, à l’occasion des vœux d’Aïd-el-Fitr, qu’il serait impitoyable désormais. Ces propos montrent qu’il va entamer une guerre contre la corruption et ses auteurs. Et lors de la cérémonie de la rentrée des cours et des tribunaux il a invité les magistrats à agir dans le cadre de la lutte contre la corruption. 😆 😆 💡 💡 💡

  51. Tôt ou tard la vérité triomphera voilà encore une preuve. On dénonce partout qu’il y’a la corruption mais malgré tout cela les partenaires du Mali sont toujours à notre cheval, ils sont toujours prêts à nous aider. Un seul mot pour les détracteurs d’IBK « le chi-en aboie mais la caravane passe »

  52. Bravo MANDE MASSA 😀 😀 😀 😀 Malgré les difficultés conjoncturelles 😥 😥 😥 , le Mali progresse 😀 😀 😀 , avec un taux de croissance de 7,2%, 😀 😀 😀 contre 1,7% au moment où IBK venait aux affaires, en septembre 2013. Ces données sont des preuves de la diplomatie d’IBK et ses visions politiques pour sauver le pauvre Mali. Qui dit mieux! ❗ ❗ ❗

Comments are closed.