Lutte contre la corruption : CRI 2002 ouvre le débat

0

L’association CRI 2002  a échangé avec les hommes de médias, la société civile et les jeunes politiques en herbe  sur  le thème : «  Rompez la chaine de la corruption » le mercredi 9 décembre 2015 à la Maison de la presse. La conférence était animée par  Dr   Abdoulaye Sall, ancien ministre des relations avec les institutions et président de ‘’CRI 2002’’. 

D’entrée de jeu, le président de CRI 2002 a fait savoir  que son organisation a été accréditée de ‘’Statut de Contact National de Transparency International au Mali’’, et a en outre signé une convention de ‘’Partenariats pour l’exercice de gouvernance Appropriée (PEGA)’’ pour la période 2015-2018.

Selon son  constat effectué sur la population malienne dans le cadre de l’ampleur de la corruption, CRI 2002 a retenu un certain nombre de points.

Selon Dr Sall, 88% des sondés  on estimé  être témoin ou même victime des cas de corruption sans pouvoir dénoncer et 39 % des ces  88% sondés n’ont pas dénoncé  par peur de conséquence et 20 % ignorent  où est ce qu’il faut déposer la plainte contre les corrupteurs, et  une catégorie qui se dit à quoi bon de dénoncer s’il n’y aura pas d’une issue favorable à leurs plaintes.

A l’en croire,  ces indicatifs reflètent  la situation éducationnelle de notre société. Donc au lieu de prendre  la cause pour la conséquence, il faudrait aller cherche les racines de la prolifération de la corruption  dans notre société, pour  rompre  la chaine de la corruption  a-t-il expliqué.

Dramane Konta

 

CORRUPTION ET DELINQUANCE FINANCIERE

 Deux concepts à maitriser

Le ministère de la Justice  et des Droits de l’homme,  Garde des Sceaux  organise du 9 au 14 décembre 2015 au CICB, la semaine nationale de la lutte contre la corruption sur le thème : « La corruption un frein au développement ». La cérémonie d’ouverture était présidée le Premier ministre, Modibo Kéita.

La lutte contre la corruption qui gangrène l’économie malienne depuis des années a connu un coup d’accélérateur au cours des trois dernières années selon les experts.

En effet, l’exigence de transparence dans la gestion des affaires publiques qui est devenue une réalité avec le mouvement de démocratisation et la volonté des autorités, de réaliser des résultats économiques en termes de développement, ont constitué les faits déclencheurs de ce combat contre le crime économique.

Le Premier ministre, Modibo Kéita, a déclaré  lors de la cérémonie d’ouverture qu’à propos de la lutte contre la corruption et la délinquance financière : «  Nous avons mis action sur deux démarches : la démarche de la répression et la démarche de la prévention, il ne faut pas qu’une des démarche exquise l’autre ».

Pour afficher la  volonté du gouvernement de lutter contre ce mal, le Premier ministre a réaffirmé  au ministre  de la Justice et aux  magistrats sa détermination ferme pour joindre  la parole à l’acte.

D Konta

PARTAGER