Passation d’un marché de plus de 9 milliards Fcfa sous le sceau du secret défense : Le Contrôleur général des services publics, le Vérificateur général et le Pôle Economique saisis

1

Dans sa correspondance du 7 juillet 2020 adressée à plusieurs autorités de contrôle (le Vérificateur général, le Contrôleur général des Services Publics, le Procureur du Pôle économique et financier), l’Association malienne de lutte contre la corruption et la délinquance financière (Amlcdf) dénonce les conditions d’attribution d’un marché de plus de neuf milliards Fcfa par entente directe, sans appel d’offres.

Selon l’Association, sa correspondance vise à attirer l’attention des autorités compétentes sur les conditions d’attribution du marché d’un montant de 9 430 441 410 Fcfa par négociation directe. Et d’ajouter que l’objet de la passation de marché était l’acquisition de camions de transport et citernes par les forces armées maliennes et le financement a été assuré par l’exercice budgétaire 2018-2019.

De sa lecture, l’opacité autour de ce marché pose un vrai problème en raison du montant et du manqué de données sur l’entreprise choisie pour l’exécution du marché, ainsi que la réalisation effective dans le délai de 150 jours avec le matériel de qualité.  “Très opportunément, le marché est revêtu du sceau de secret en matière de défense, notion parfaitement légitime et acceptée de tous les Maliens”, a-t-elle noté.

Cependant, déplore-t-elle, les scandales de détournements récurrents liés aux diverses procédures d’achats de matériels du ministère de la Défense et des Anciens combattants incitent l’Association à souhaiter faire toute la lumière sur ce dossier. “Le secret défense ne doit pas servir de couverture pour voiler les détournements de fonds publics entre autres actes criminels au moment où tout le pays est en danger et au moment où de jeunes Maliens se font tuer par des terroristes par manque de moyens matériels”, a-t-elle martelé.

                                                                                     

  Boubacar PAÏTAO

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here