Espace d'Interpellation Démocratique (EID) : De qui Mamadou Lamine Traoré se moque t-il ?

0

En déclarant qu’il est venu pour faire respecter la loi et bouter la fraude hors de l’école, Mamadou Lamine Traoré se moque visiblement des maliens, tant sa gestion a été caractérisée par des fraudes et multiples violations de la loi.  

Le 10 Décembre 2006, les autorités de la république du mali ont respecté la tradition initiée par Alpha Oumar Konaré en se soumettant à la critique des paisibles populations de notre pays. Ce jour là, nos gouvernants ont écouté ce que le peuple malien leur reproche. Plusieurs Ministres on ainsi été interpellés au nombre desquels on a compté celui du département en charge de l’Education le Professeur Mamadou Laine Traoré. Dans sa réponse qu’il croyait intelligente et patriotique, Mala a dit en substance ‘’je ne suis pas venu pour plaire ni pour déplaire. Je suis venu pour faire respecter la loi, rien que la loi…. Et je suis venu pour bouter la fraude hors de l’école malienne’’

L’on peut a bon droit de se demander ici si le Ministre Mala ne pense pas au fond de lui-même qu’il s’adresse à  des étrangers en lieu et place des maliens qui le connaissent très bien aujourd’hui. Visiblement, seuls les étrangers peuvent croire aux déclarations de Mala. Les Maliens l’on vu hier comme opposant, rompu à la cause de la justice et de l’équité. Ainsi, il était un grand espoir pour des millions de maliens qui ne cessent de croire en l’avenir de leur pays, le nôtre a nous tous. Ce Ministre pendant qu’il était hors du système, incarnait l’idéal de la bonne gouvernance. Mais comme le dirait un adage de chez nous ‘’connaître un homme hors du pouvoir ce n’est pas bien le connaître, pour bien connaître un homme il faut le voir à l’œuvre à différentes étapes de sa vie’’ hélas ! Mamadou Lamine Traoré n’a pas comblé les attentes, loin s’en faut ! Il a prouvé à la face du peuple malien, qu’il est dans la triste réalité à l’antipode de toutes les vertus qu’il prônait en vu de la réalisation d’un Mali nouveau.

Ainsi, en disant qu’il ne fait que respecter la loi, aucun malien de bon sens ne peut lui croire quant on sait qu’il a bien violé la loi et cela allègrement sans daigner jeter le moindre regard sur le visage attristé de ces hommes et de ces femmes qui n’ont plus envie de se laisser berner. Les nominations illégales de Proviseurs, de Directeurs d’IFM et d’un Inspecteur, sont la pour prouver à suffisance cette violation flagrante de la loi par celui qui se disait opposé à la violation de la loi. L’on rappellera que ces nominations on t été attaquées par le collectif des anciens D.C.A.P devant la cour suprême. Le suite n’échappe à personne : après deux échecs cuisants que lui a infligés ledit collectif, le Ministre a compris que les maliens l’on compris comme l’homme qui n’a que faire du respect de la loi qu’il a toujours exhibée tout haut. Faisons remarquer au passage que l’actuel Directeur de l’Académie de Koutiala en la personne de Malick Kassé a été injustement relevé de son poste de chef de division à l’Académie de la rive gauche de Bamako. Il a été remplacé par un maitre du second cycle, donc un cadre B à ce poste en violation flagrante de tous les textes. L’affaire a été soumise à l’appréciation du cabinet de Mamadou Lamine Traoré. Devant l’inaction du Ministre, (certainement animé de mauvaise foi), Malick Kassé a intenté un procès contre la décision de nomination de Daouda Dembélé. Kassé a gagné son procès. Mamadou Lamine Traoré et sa Directrice d’Académie doivent savoir que les maliens savent très bien les raisons du maintien illégal de Daouda Dembélé à ce poste jusqu’à nos jours. Dans les jours à venir les lecteurs en sauront d’avantage.

Si Mala ne fait que respecter la loi, peut-il justifier la nomination de Youssouf Ganaba comme chef du PAGEEM, alors que depuis la création de ce poste, il a toujours été occupé par un cadre A ? Certainement pour saboter les décisions courageuses de la FEN !

La liste des violations par Mala n’est pas exhaustive, loin s’en faut ! Le moins que l’on puisse dire c’est que si Mala respecte une loi c’est pour assouvir ses ambitions personnelles. Il la foule au pied quand il pense que ça ne l’arrange pas.

Lorsque Mala déclare à l’EID qu’il est venu pour bouter la fraude hors de l’école malienne, visiblement il se moque du peuple malien qu’il prend comme un gros bébé. Cela est d’autant exact que de l’arrivée de Mala au département de l’Education à ce jour, l’école malienne n’a connu que des soubresauts dignes d’époques révolues.

1 – Les concours des Directeurs de CAP, des Directeurs d’IFM, des Proviseurs n’ont honoré aucun malien qui se soucie tant soit peu de l’avenir de notre système éducatif. Ils ont été l’humiliation à son comble. Les députés n’ont pas manqué de dénoncer avec véhémence celui des DCAP.

Par ailleurs, la presse avait révélé par le passé que le chef de cabinet de Mamadou Lamine a déclaré  que le Ministre va continuer avec les concours mais qu’il pendra toujours ceux qu’il voulait. Si Mala était venu pour nettoyer, il devrait ce jour nettoyer de ce côté s’il n’y était pour rien.

2 – Le Bac 2005 à Sikasso a tout simplement déshonoré l’école malienne. Rappelons en passant que plus de 33 candidats ont passé avec 00/20(zéro) de moyenne à Sikasso. C’est le cas dont la presse a parlé. Certainement il y en a d’autres, peut être plus graves. L’auteur de cette sale affaire n’est autre que le secrétaire général de la section Miria de Sikasso (le parti du Ministre) en la personne de Kamanon Sanogo. Après un séjour à la maison d’arrêt de Sikasso Kamanon est en liberté provisoire ou peut être (hélas) définitive. Et qui  sait si le Ministre n’a pas l’intention de reconduire son secrétaire général de la section MIRIA de Sikasso à son ancien  poste ? Dans ce pays le ridicule ne tuant plus, Kamanon pourrait bien retrouver son fauteuil de Directeur de l’Académie d’Enseignement de Sikasso au mépris de l’école malienne.

3 – Mamadou lamine n’est pas venu pour bouter la fraude hors de l’école malienne et il ne saurait empêcher réellement cette pratique honteuse et humiliante dans notre système éducatif – Autre exemple, les révélations pour le moins troublantes faites par la presse sur la Directrice de l’Académie de la Rive Droite à propos des orientations des candidats admis au

D E F ( à la session de juin 2006). La presse a bien révélé que la Directrice d’Académie de connivence avec certains promoteurs d’écoles privées a orienté plus d’élèves dans les écoles privées aux dépens des établissements publics. Ainsi deux lycées privés de la Rive droite ont reçu respectivement 600 et 700 élèves tandis qu’à Kankou Moussa et à Massamakan Diabaté, elle n’a envoyé respectivement que 300 et 400 élèves. Pire que cela, c’est que la Directrice a sorti une lettre circulaire interdisant aux élèves de faire des transferts du privé vers le public ( histoire de protéger ses complices. ) Mala le sait mais ne peut agir. Disons que lorsque Mala parle de la fraude, c’est comme le voleur qui crie au voleur. Quel folklore et quelle poudre aux yeux des maliens.

Mais Mamadou Lamine n’est plus sans savoir que les maliens ne lui croient plus. Pour preuve, les historiettes qu’il a racontées lors de son interpellation à L’EID à propos d’un prétendu élève qui aurait établi un faux certificat de décès de son père, n’ont visiblement émerveillé personne. Tellement l’exemple était plat et de nulle crédibilité, au contraire, cette intervention du Ministre Mala au micro de L’EID a fini par agacer l’auditoire qui voulait être servi autrement.

F.M

Commentaires via Facebook :

PARTAGER