REAMENAGEMENT MINISTERIEL : Pinochet et les ministres qui restent

0

Le Gouvernement dirigé par Pinochet pourra connaître un sérieux réaménagement dans quelques jours, à environ trois mois du premier tour de l’élection présidentielle. Il y aura peu d’appelés et de nombreuses transmutations.  rn

Après plusieurs fausses alertes depuis de longs mois, les choses pourront connaître une tournure importante au sein du Gouvernement Pinochet dans les prochains jours. Des changements importants sont attendus ce, en prévision des prochaines élections présidentielles. L’équipe qui prendra désormais fonction sera celle des campagnes aussi bien présidentielles que législatives.

rn

Le remaniement ministériel tant annoncé et attendu ne devrait, dans la logique, pas concerné le Premier Ministre, Ousmane Issoufi Maïga dit Pinochet, dont l’action à la tête du Gouvernement est jugée positive. Certains ministres comme le Général Kafougouna Koné de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales, le Docteur Zéïnab Mint Youba de la Santé, Mocthar Ouane des Affaires Etrangères, Ahmed Diané Séméga de l’Energie, des Mines et de l’Eau, N’Diaye Bah de l’Artisanat et du Tourisme, Abdoulaye Koïta des Transports et de l’Equipement, Seydou Traoré de l’Agriculture, Oumar Ibrahima Touré de l’Elevage et de la Pêche, Djibril Tangara du Développement Social, de la Solidarité et de l’Economie Solidaire, devront garder sans grande surprise leurs portefeuilles. 

rn

Gaoussou Drabo de la Communication et des Nouvelles Technologies de l’Information, Choguel Kokala Maïga de l’Industrie et du Commerce, Natié Pléa de la Jeunesse et des Sports, Ousmane Thiam des Investissements, des Petites et Moyennes Entreprises,  Marimantia Diarra du Plan devront, pour leur part changer de fauteuils. Il ne sera pas surprenant d’assister à l’entrée dans la nouvelle équipe, de certains partis membres du nouveau regroupement politique « ADP » qui vient de parapher le document final d’une plate-forme pour soutenir la candidature du Président de la République Amadou Toumani Touré. Les  ministres se réclamant du Rassemblement pour le Mali de Ibrahim Boubacar Kéïta et du parti SADI pourront faire leurs adieux au Gouvernement à la faveur de ce réaménagement, tout comme ceux parmi les membres de l’actuelle équipe de Pinochet qui n’auraient pas rempli leur contrat. En dépit tous les commentaires qui puissent animer l’échiquier politique national en relation avec ce réaménagement, le dernier mot revient au Général Amadou Toumani Touré, seul commandant de bord, pour la prise de la décision finale.

rn

De sources proches de certains partis politiques,  des  « Etats Majors » auraient  déjà avancé des noms pour représenter leurs formations respectives au sein de la nouvelle équipe gouvernementale. Sur un second plan, et pour plusieurs observateurs avertis des jeux démocratiques, le remaniement ministériel ne semble pas réellement nécessaire, d’autant plus que les membres de l’actuelle équipe dirigée par Pinochet, sont tous (à l’exception du RPM et de SADI) issus de partis ayant pris position en faveur du Président sortant lors des prochaines élections présidentielles d’avril 2007.

rn

Le Parena de Tiéblé Dramé et la CDS de Blaise Sangaré ne devraient pas non plus figurer dans la nouvelle équipe. Ces partis ont choisi leur propre option et l’ont fait savoir.

rn

Ceux qui estiment que ce remaniement ministériel est bel et bien l’ordre du jour, ils prennent pour référence l’atmosphère qui plane sur la scène politique du Mali. Le jeu politique à leurs yeux, en période électorale répond à des exigences bien précises.  « il faut et faudra faire avec ceux-là qui font tes affaires » lançait récemment un homme Politique de la place, comme pour éviter tous désagréments à l’avenir. 

rn Par Zhao Ahmed Bamba

Commentaires via Facebook :

PARTAGER