L’avenir politique au Mali : L’évident et l’incontournable

103

Identifier les combats qui nous attendent et accepter les hypothèses les plus alarmantes, voilà ce qui relève de l’indispensable

Certaines vérités doivent nécessairement venir à leur heure. Enoncées trop tôt, elles sont inaudibles. Proférées à retardement, elles exaspèrent. Avec chaque jour qui passe, cette règle se vérifie dans la manière dont le monde affronte la multiplication des actes terroristes. Au cours de ces dernières semaines et à la suite des attentats de Paris, l’unanimité s’est rapidement faite autour du constat que le péril a mué, que cette évolution déroute les mécanismes de prévention actuellement en place, qu’il est devenu difficile de s’orienter dans les méandres qu’emprunte la radicalisation des exécutants et que le combat ne se gagnera pas en restant exclusivement dans une logique sécuritaire.
Mais la présence de ce socle de convictions partagées n’a pas généré une véritable mobilisation planétaire qui ferait, par exemple, que la considération portée aux menaces pesant sur le Nord serait égale à l’effort envisagé en faveur d’un Sud qui, de l’Afrique au Proche-Orient, paye le tribut le plus horrible. Elle n’a pas non plus effacé les différences fondamentales qui se constatent dans les approches géostratégiques et qui alimentent les divergences sur la démarche pour arriver à une neutralisation complète de l’Etat islamique. Elle n’a également pas convaincu pour le moment de nombreux preneurs de décisions à aller plus loin que le souci de protection de la forteresse nationale, souci qui pousse à multiplier les annonces de mesures parfois radicales, mais à l’efficacité aléatoire.
Le terrorisme ébranle donc le monde par le flot quasi continu des actions qu’il fait perpétrer depuis le 13 novembre dernier. Ses donneurs d’ordre doivent certainement suivre avec intérêt la montée des querelles nationales dans les pays qu’ils ont réussi à frapper et où règne désormais une inquiétude à fleur de peau. L’émotion populaire qui ne faiblit guère du fait de l’enchaînement et de la variété des alertes ou des attentats survenus à Bamako, Tunis, Bruxelles, San Bernadino et Londres, voire au Yémen, les révélations quasi quotidiennes sur la relative facilité avec laquelle les exécutants se sont faufilés entre les mailles du filet sécuritaire, la difficulté des dispositifs de veille à déchiffrer les signaux d’anomalies créent autant de phénomènes qui mettent sous tension de nombreuses autorités et attisent des débats citoyens parfois virulents.

UNE RADICALITÉ INTACTE. La situation qui prévaut aujourd’hui dans le monde pourrait être assimilée à un accès pernicieux de fièvre dans lequel les complications s’enchaîneraient avec une rapidité déroutante. Personne ne peut encore indiquer les séquelles que garderont les patients après en être guéris. Personne ne peut non plus prévoir jusqu’où progressera l’influence de charlatans qui font miroiter la possibilité d’une convalescence rapide.
La seule manière de limiter les dégâts aujourd’hui serait d’accepter sans rechigner les vérités sur lesquelles il serait absurde de fermer les yeux, toutes alarmantes qu’elles soient. Dans notre cas, il y a tout d’abord à admettre que les terroristes chercheront à perpétrer aussi rapidement qu’ils pourront l’organiser une action à fort retentissement médiatique. Cette probabilité résulte de la concurrence que se livre l’Etat islamique et Al Qaïda. Daech, soumis à une pression militaire pour lui inattendue et qui perturbe considérablement ses circuits de vente de pétrole, entend riposter aussi violemment qu’il le pourra. Il attend visiblement de ses adeptes (il n’y a pas d’autres termes pour qualifier ceux qui se rallient à lui) qu’ils entrent dans la confrontation et portent le combat sur leur terre de résidence.
Ces sympathisants sont susceptibles de se mettre en action sans même recevoir de consignes. C’est ce que laissent entrevoir les événements survenus à San Bernadino et dans le métro de Londres. Dans notre pays, l’Etat islamique ne possède pas de cellule dormante identifiée, mais il a un concurrent, l’AQMI. Al Qaïda qui enregistre de plus en plus de défections se voit contrainte de démontrer sa capacité opérationnelle dans les territoires où elle conserve encore une implantation notable. Le message envoyé par l’attentat au Radisson Blu et par l’attaque du camp de la MINUSMA à Kidal se veut comme le rappel d’une radicalité intacte.
L’annonce faite par l’émir Droukdel et rendue publique en fin de semaine dernière d’un rapprochement entre AQMI et Al Mourabitounes constitue donc à cet égard une donnée préoccupante. Certes, elle confirme l’affaiblissement des deux mouvements sur le territoire malien du fait de la traque lancée par les hommes de Barkhane. Mais elle indique aussi, et très clairement, que nécessité faisant loi, les deux leaders ont choisi de taire leurs dissensions passées pour préserver ce qui leur reste de pouvoir de nuisance et pour en faire la démonstration aussi souvent que cela leur sera possible.
Deuxième vérité que nous devons accepter, le règlement par paliers successifs de la question de l’insécurité et la priorité donnée à l’élaboration de l’Accord pour la paix et la sécurité ont fait provisoirement mettre entre parenthèses la lutte contre le crime organisé qui sévit au Nord du pays. Or, les phalanges terroristes sont dans le Septentrion étroitement associées aux activités des narcotrafiquants. Cela encore plus aujourd’hui qu’hier puisque la prise d’otages ne représente plus une source significative de financement. Les djihadistes, qui ont charge de préserver la prospérité de leurs bailleurs, ont donc fondamentalement intérêt à maintenir un haut degré d’insécurité dans le Nord et à tenter de multiplier les attentats dans le reste du pays.

UNE EXTRÊME POROSITÉ. Troisième vérité, il est impossible d’ignorer l’hypothèse de plus en plus ouvertement évoquée et selon laquelle Daech pourrait partiellement se délocaliser du Proche-Orient pour s’installer en Libye. Personnellement, nous ne voyons pas l’Etat islamique abandonner un territoire qu’il considère comme son berceau historique pour une terre qui lui est parfaitement étrangère. Une terre sur laquelle il aura de surcroît à se confronter à des milices tribales déterminées à juguler son implantation et qui ont infligé à ses représentants de cinglants revers. Cependant, l’organisation terroriste ayant sa logique particulière de fonctionnement, il ne faut pas écarter le scénario que redoutent certains états-majors occidentaux. Si l’improbable prenait corps, cela signifierait que le combat pour la sécurité au Sahel et dans la région méditerranéenne se transformerait alors en véritable guerre.
Quatrième vérité qui s’impose dans le contexte actuel, le cantonnement des combattants des groupes politico-militaires représente plus que jamais une urgence signalée. La disparition des confrontations directes entre la CMA et le GATIA a éloigné le spectre d’une énième déflagration dans le Septentrion. Mais il n’a fait disparaître ni ce qui est pudiquement désigné sous le vocable consacré de « banditisme résiduel », ni l’intimidation des populations par des individus armés. Un flou complet entoure la véritable identité des perturbateurs. Sont-ils d’anciens membres des groupes armés qui estiment ne pas trouver leur compte dans les mécanismes d’intégration et de réinsertion prévus dans l’Accord ? Ou est-ce des éléments djihadistes qui profitent de la liberté de déplacement que leur offre le retard accusé par la mise en application du cantonnement pour renforcer la chape de peur qui pèse sur les populations du pays profond ? Une réponse un tant soit peu réaliste intégrerait ces deux définitions en raison de l’extrême porosité entre les deux catégories.
Cinquième vérité, nous ressentons un vrai malaise à voir les mouvements armés quasiment fétichiser les avantages qui doivent leur être accordés pendant la période dite intérimaire, supposée entrer en vigueur juste après la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation. Dans un communiqué commun publié le 19 novembre dernier, juste à la veille de l’attentat du Radisson Blu, la CMA et le GATIA réclamaient notamment « une amélioration de la représentation des populations du Nord au sein des institutions et grands services publics, corps et administrations de l’Etat ». Après la tragédie du 20 novembre, le représentant de la CMA semblait assurer dans une interview à RFI qu’une mise en œuvre rapide de l’Accord aurait certainement augmenté les chances de prévenir ce genre de tragédie. Les deux grands regroupements affichent une hâte manifeste à se voir représentés au niveau de l’Exécutif, de la haute administration et de la diplomatie. On pourrait leur faire remarquer tout d’abord que du fait de leur intransigeance, les travaux du Comité de suivi de l’accord (CSA) se sont interminablement enlisés dans la difficulté de trancher la question de la représentativité à accorder à certains mouvements, réunis plus tard dans la COMPIS 15 et qui ont finalement échoué à obtenir leur ticket d’entrée dans le Comité.

UNE CONDAMNATION SANS ÉQUIVOQUE. On pourrait également souligner aux groupes politico-militaires que leur impatience pour motivée qu’elle soit – puisqu’elle s’appuie sur les dispositions de l’Accord – serait mieux comprise et admise par l’opinion nationale si la CMA et le GATIA démontraient de manière plus éloquente la part qu’ils prennent dans la satisfaction de la préoccupation essentielle des Maliens, celle de la sécurité. Ne serait ce que dans la partie de notre territoire qu’ils connaissent le mieux, le Nord. Face à la résurgence confirmée d’AQMI, la Coordination et la Plateforme doivent aller bien au-delà de la réaction minimale que constitue la condamnation par eux des actes terroristes. Ainsi que nous l’avions dit dans une précédente chronique, ils pourraient déjà exprimer leur disponibilité à apporter leur contribution autant dans l’amélioration du renseignement humain que dans l’organisation de la traque sur le terrain des narcotrafiquants.
Dernière vérité à prendre en compte, dans une conjoncture aussi complexe que celle que nous traversons, les jugements univoques ont plus de chances d’être compris que les sentences subtiles. Un exercice de vérité peut donc très facilement ouvrir une séquence polémique. C’est ce qui s’est produit avec l’interview accordée par l’imam Mahmoud Dicko à la radio Nyéta, interview reproduite avec une qualité méritoire de restitution par nos confrères du journal «Le Reporter ». L’initiative de l’imam avait provoqué une réaction virulente du Procureur général de la Cour d’appel de Bamako qui avait assimilé les propos tenus comme à une « apologie du terrorisme ». La charge nous paraît excessive. En effet, de nombreux passages de l’interview comportent au contraire une condamnation sans équivoque des actes de terreur.
La controverse est suscitée par la partie de l’interview où le président du HCI théorise sur les racines de l’insécurité planétaire. Selon lui, lorsque les hommes s’écartent des normes morales établies par le Tout Puissant, ils s’exposent au courroux divin. Et les calamités par lesquelles se manifestera ce courroux seront portées par des êtres insignifiants, comme le sont les auteurs des attentats qui, selon l’imam, appartiennent à une certaine « racaille ». Au terme de sa démonstration, l’imam Dicko a tenu à préciser qu’il ne justifiait en rien les actes des exécutants de l’E.I. et que « le terrorisme doit être combattu, anéanti par tous les moyens ». D’où vient alors le malentendu, car, à notre avis, c’en est un ?
Indiscutablement de l’impossibilité objective à faire cohabiter dans la même interview les deux rôles très différents que joue Mahmoud Dicko sur la scène publique malienne. En tant que personnalité religieuse, détentrice d’une autorité morale, il a le droit de proposer à ses frères en religion sa lecture d’imam sur l’origine des troubles qui secouent le monde. Mais en tant que président du Haut conseil islamique, il ne peut s’émanciper absolument d’une certaine réserve et d’une froideur d’expression inhérente à son statut de personnalité d’influence. Les médias dans la diffusion de l’intervention où s’expriment deux approches qui s’entrechoquent plus qu’elles ne se complètent ont tout logiquement privilégié la partie la plus intéressante pour eux, celle qui renferme les éléments se rapprochant du prêche.
C’est ainsi qu’est née une polémique qui n’aurait pas atteint un tel niveau de passion si tous les protagonistes avaient pris le temps de relire l’intégralité de l’interview. Cet embrasement des positions a fait oublier que depuis 2013 Mahmoud Dicko s’efforce de tenir une difficile ligne d’équilibre qui lui fait alterner fermeté dans les mises en garde publiques et esprit de compromis dans la gestion des frictions dans le monde musulman malien. Mais pour la première fois sans doute, celui qui à sa manière est un fin politique a mésestimé l’inflammabilité des humeurs locales.

G. DRABO

PARTAGER

103 COMMENTAIRES

  1. De plus en plus, le monde fait face à une vague de violences terroristes. Demain à qui le tour ? La question se doit d’être posée. Donc tout le monde entier est concerné par ce fléau qui fait de plus en plus de victimes.
    J’en appel à la lutte collective contre ces barbares.

  2. De plus en plus, nous constatons impuissamment à la recrudescence des actions terroristes dans le monde qui crée une psychose mondiale. C’est une interpellation pour dire que, nous sommes tous vulnérables face à cette calamité et nous devons être unis pour lutter farouchement contre celle-ci.
    NON AU TERRORISME ❗ ❗

  3. Que tu sois du Mali, de la Côte d’Ivoire ou de la France que sais-je encore? Nous sommes tous des citoyens du monde. Nous devons bâtir un monde de paix et d’amour pour tous et pour les futures générations.
    Ces actions terroristes d’extrême cruauté sont destinées à nuire à ce dessein commun. C’est à nous de lutter pour l’obtenir.
    Vive un monde parfait!
    Abat les terroristes!

  4. Que ce soit le FLM, Daesh, que Aqmi, Al mourabitoune et que sais -je encore que ces trous du cul sachent qu’ils payeront de leurs actes. Ils peuvent bien échapper à celle des hommes mais la justice divine leur sera fatale

  5. C’est une véritable désolation pour le Mali et pour le monde tout entier ; des innocents sont chaque jour tués en Afghanistan, en Syrie, au Nigéria, au Cameroun, au Niger, en Lybie, en Irak et même chez nous au Mali. Le monde entier est vulnérable donc vigilance chers concitoyens.

  6. les nouvelles formes de menaces auxquelles le Mali est confrontée imposent par ailleurs une profonde adaptation des méthodes de travail des services spécialisés et leur complémentarité avec les services de police générale. Deux axes de réformes sont mis en œuvre, le premier portant sur la coordination et la fluidité de l’information entre les services, le second instaurant une supervision qualitative du suivi et du traitement des “objectifs”.

  7. Etat Islamique, Boko Haram, Daesh, Aqmi, Al Qaida, Al Mourabitoune, Talibans : rien que du blasphème ! De l’imposture !
    Tous ces mouvements font honte au monde et en particulier au monde musulman dont ils se réclament ; ce ne sont en réalités que des lâches qui manipulent des innocents démunis pour commettre ces actes atroces au prix de leurs vies.
    DISONS NON AU TERRORISME !

  8. Ces lâches de terroristes ont encore font parler d’eux et de la plus triste des manières.
    A quoi servent tous ces morts ? Des gens sans cœur qui ouvrent le feu sur leurs semblables sans remords. C’est déplorable. Construisons un monde de paix et sans violence.

  9. Les trafiquants d’armes, de drogues et de personnes salissent le nom de l’Islam. C’est inacceptable, inadmissible et inconcevable !
    Que toutes les nations doivent se mettre en phase pour éradiquer ce fléau mondial

  10. Ce n’est pas du djihad mais plutôt du terrorisme ; ces gens qui posent ces actes ignobles ne sont pas des musulmans. Ils ont une idéologie suicidaire qu’eux-mêmes ont développée pour mettre à mal la paix mondiale. VOUS N’ETES PAS DES MUSULMANS !
    Hommage aux victimes de ces terroristes !

  11. Dans cette lutte contre le terrorisme, nous avons le soutien et la participation de l’UE de l’Amérique et des pays Africain, nous n’avons pas à avoir peur, nous ne sommes pas le seul dans la lutte contre le terrorisme, nous remercions pour tous les partis prenant dans cette lutte contre le terrorisme qui nous sommes très importante.

  12. La lutte contre le terrorisme est devenue une affaire de tout le monde du monde entier.

  13. Ses terroristes ont opté à semer la peur et le désordre dans les cœurs des habitants du monde entier, nous ne devons pas leurs laisser faire, nous devons agir contre le terrorisme.

  14. Le terrorisme est un combat du monde entier, le monde entier est contre le terrorisme.
    Nous devons nous ressembler et combattre le terrorisme. Pour le bienêtre de nos vies.

  15. Nous devons construire un monde de paix et d’amour pour nous et pour les futures générations mais des gens posent des actes terroristes de nature à mettre à mal cette volonté. Ces attentats sont UN CRIME !
    NON AU TERRORISME

  16. Avec l’aide des différent pays de l’Afrique et du monde entier nous pouvons combattre le terrorisme facilement. Il faut que nous soyons courageux et définitivement dévouer à être contre ses terroristes.

  17. Il est important de comprendre que la population civil a un grand rôle à jouer dans la traque de ses terroristes, nous devons être de ceux qui sont capable de se sacrifier pour sauver la vie des autres, nous sommes tous des soldats en ce moment.

  18. Le terrorisme et la religion musulmane sont de deux monde différente, le monde entier doit comprendre que ses personnes ne sont pas des musulmans, se sont juste que des bandits délinquants utiliser pour des combat de matière illicite.

  19. La religion musulmane n’a jamais demandé de tuer ni de violé une personne contre sa volonté, ses djihadistes sont des ennemies de la nation et du monde entier et ils doivent être combattis par le rassemblement des différents forces du monde entier.

  20. Nous devons être une grande force contre ses terroristes et les combattre définitivement. Le monde entier doit unir ses forces pour combattre le terrorisme, ses bandit ne sont nullement des musulmans et n’ont aucune relation avec la religion.

  21. Pour la première fois dans l’histoire de la république Malienne, IBK a ainsi décidé d’apporter la plus grande garantie à la sécurité de la population et affirme qu’Il n’a d’autres objectifs que de lutter contre le terrorisme et de veiller aux intérêts stratégiques du Mali dans le respect des libertés.

  22. L’accord de paix connait des obstacles comme tout accord d’ailleurs mais il y a des avancées.
    Je pense donc qu’il est temps qu’on se donne la main, soutenir le président, nos forces armées, le gouvernement, leurs montrer à quel point ils peuvent compter sur la population, c’est sure que le Mali retrouvera le bonheur car avec l’accord de paix barkhane, Minusma ,Gatia, Cma, Fama: c’est une famille maintenant!
    VIVE LA PAIX AU MALI

  23. Depuis l’arrivé d’IBK au pouvoir, son objectif est de maintenir la paix et renforcer la sécurité du pays, il faut que la population comprenne IBK, car ce qu’il fait c’est pour que le pays retrouve la paix et la stabilité.

  24. La sortie de crise coute excessivement chère. Les partenaires techniques et financiers ont pris des engagements vis-à-vis de l’état malien qu’ils n’ont pas honoré. Il n’est donc pas du tout aisé de mener des actions de développement dans le nord aussi rapidement comme le préconise les accords.

  25. C’est une bonne initiative d’attirer l’attention des uns et des autres sur les blocages que connaissent l’accord mais toujours des conférences de presse c’est un peu trop car comme stipulé dans le paragraphe e) de l’article 1 de l’accord, les parties doivent recourir à la concertation et au dialogue pour la résolution des différends. Il était donc souhaitable que les différentes parties engagent des concertations avec le gouvernement avant toute action de ce genre car c’est un peu montrer la mauvaise foi des autorités de Bamako ce qui n’est pas vrai.

  26. Le Mali est l’un des dernières démocraties de la CEDEAO à ne pas disposer d’un cadre légal, cohérent et complet pour les activités de ses services de renseignement. Le projet de loi sur le renseignement, présenté en Conseil des ministres a pour objectif de combler cette lacune, en donnant aux services de renseignement des moyens à la hauteur de la menace à laquelle ils sont confrontés tout en garantissant la protection des libertés publiques.

  27. Ce changement d’échelle est un défi redoutable pour notre pays. Lutter contre le terrorisme implique de la détermination, de la persévérance, de la cohérence dans l'action.

  28. L’accord de paix a été obtenu après d’énormes sacrifices. Cependant, certains paramètres restent à être mis en oeuvre. Le président IBK a été l’initiateur de cet accord et aujourd’hui des gens veulent se faire passer pour des anges pendant nous tous savons le rôle qu’ils ont joué dans cette crise.
    Qu’ils sachent qu’ils n’ont rien à exiger car le MALI n’est pas leur propriété privée.
    Le président IBK est conscient de toutes ces réalités mais dans l’application de tout programme il y a des dispositions pratiques à prendre donc qu’ils mettent balle à terre.

  29. Le combat contre le terrorisme implique que l’on trouve systématiquement l’équilibre, qui est celui de notre démocratie, entre la nécessité d’assurer la sécurité des Maliens et de préserver les libertés publiques.

  30. Il est important de savoir que Les profils des individus en cause sont très divers : les femmes, mineures ou majeures, représentent près de 30% des personnes impliquées ; près d’un quart sont des personnes récemment “converties”. Leur implication est associée, dans la plupart des cas, à des phénomènes de rupture, scolaire, familiale, sociale ou psychologique, offrant un terreau favorable aux recruteurs qui ont développé sur internet une propagande massive et protéiforme.

  31. Il s’agit de la paix dans notre pays à tous et tout le peut dire ce qu’il en pense.
    Mais je souhaite chacun soit objectif et surtout qu’on évite les exigences et les condition bizarres car avant d’exiger quoi que ce soit, il faut faire sa part du travail.
    Mais nous constatons que les autres signataires ne font pas ce qu’ils doivent faire.
    Alors,qu’il pose balle à toi…

  32. Moi je pense à mon humble avis que ces gens du Nord font double jeu.
    Ils disent vouloir aller à la paix pourtant ils ne posent les actes qui favorisent pas le retour à cette paix.
    Il bloquent de manière délibérée le processus de paix et osent avoir des exigences.
    je pense que le gouvernement doit prendre ses responsabilités pour que nous arrivions à la paix car tout le Mali en a besoin.

  33. La quête de la paix est tellement complexe qu’elle demande l’adhésion de tous.
    C’est pour cette raison que j’invite tous les maliens à converger vers cet objectif de paix qui,à coup sûr fera le bonheur de tous.
    Du courage au président IBK pour ses effort en faveur de la paix.

  34. Tous ensemble,nous devons soutenir le président IBK dans sa lutte pour une paix effective dans notre Mali.
    Les différents groupes signataires de l’accord de paix doivent aussi œuvrer de leur côté pour faciliter les choses afin que le Mali soit à tout jamais réconcilié avec lui même.
    Vie la paix…

  35. Il est vrai que beaucoup reste à faire pour la mise en œuvre effective de l’accord de paix.
    Mais il faut aussi reconnaitre que beaucoup a été fait par le président IBK.
    Pour que cet accord aboutisse il faut une franche collaboration de toute les parties prenantes.
    Alors il faut que nous travaillons tous dans ce sens.
    Vive le paix au Mali.

  36. Le Président IBK fait en ce moment tout ce qui est en son pouvoir pour que le Mali retrouve la paix à travers l’accord de paix.
    je pense que tous les signataires de cet accord doivent s’engager sincèrement pour que cet accord aboutisse pour le bonheur de tous maliens.
    Vive le Mali dans la paix. 👿 👿 👿 👿

  37. L’Etat malien met tout en oeuvre pour contrecarrer toutes les entreprises sataniques de ces assassins.
    C’est d’ailleurs pour cette raison que nous saluons le travail fait par nos forces de défense et de sécurité.
    La vigilance qui prévaut en ce moment restera le maître mot dans cette lutte.

  38. 😳 😳 😳 Le terrorisme a atteint un tel niveau que plus aucun pays du monde n’est à l’abri. Sa présence en Afrique à travers l’Etat Islamique (Boko Haram) ou Aqmi n’est pas faite pour arranger les choses. Nous devons donc nous lever comme un seul homme pour lutter contre ces barbares et trouver un moyen efficace pour les éradiquer à jamais.:twisted: 😈 😈

  39. 😈 😈 😈 Les terroristes ne visent qu’une seule chose : créer la psychose au sein de la société. C’est en ce sens qu’ils deviennent un véritable frein au développement. Alors, dressons nous contre cette barbarie pour donner la confiance à l’humanité. 😳 😳 😳

  40. 😈 😈 😈 Mettons nous tous ensemble pour soutenir le Préside IBK dans cette épreuve douloureuse. Aujourd’hui c’est Mali et aucun pays n’est à l’abri des agissements de ces barbares. Nulle ne sait à qui ils pourraient s’en prendre. 😳 😳 😳

  41. 😈 😈 😈 Le terrorisme est un phénomène qui entrave gravement le développement dans un Etat. Nous devons donc tous léguer contre cette barbarie qui n’honore pas l’Islam. 😳 😳 😳

  42. Le maestro ds ses oeuvres !!! merçi de la bouffée d’oxigène que vs ns insuflez tout les mardis a travers vos analyses pertinentes sur l’etat de notre Maliba , rien que l’etat de notre Maliba !!! Votre style montre que vs etes le produit de la vieille ecole où le journalisme etait un boulot noble et rigoureux

  43. Le terrorisme est un fléau qui met difficulté toute les pays du monde entier. Le gouvernement malien met tout en œuvre pour régler le problème de la sécurité sur toute l'étendue du territoire malien.

  44. Les salafistes djihadistes sur les attentats suicides et les considèrent contraires à l’islam, ainsi que des attaques contre des civils
    Cette mouvance du salafisme se refuse à limiter l’action religieuse à la prédication et fait du djihad armé le cœur de son activité. Les salafistes de cette tendance sont ainsi favorables au combat, afin de libérer les pays musulmans de toute occupation étrangère mais également de renverser les régimes des pays musulmans qu’ils jugent impies pour instaurer un État authentiquement islamique.

  45. Tout le monde entier condamne avec fermeté ces actes de barbarisme de ces idiots qui cherchent à ternir l’image de l’islam

  46. La politique responsabilise la société et la religion incarne la spirituelle des individus
    IBK a initié la concertation des religieux pour bénéficier de leur conseil.

  47. La religion ne transforme pas les hommes en criminels, mais ce sont les criminels qui utilisent la religion comme alibi de leur soif de pouvoir

  48. Comme le dit ma maman : « la religion n’est pas compatible avec la science » pour dire aussi que la religion n’est pas compatible avec la politique mais ont des points en commun tel le bien-être de la population

  49. C’est une supposition que le journaliste fait mais vu les accords je pense que le Mali n’est pas menacé en tant que tel. Avec la mise en place des patrouilles mixtes, elles seront à mesure de les barrer la route

  50. Les dispositions seront prises car nous sommes engagés pour le retour de la paix et nous n’accepterons qu’on entrave cette paix dans le nord et l’ensemble du pays

  51. Les groupes terroristes multinationaux ont généralement plusieurs sources de financement et de soutien logistique et s’autofinancent, souvent, par des activités criminelles. Dans leurs réseaux de soutien figurent aussi des entreprises commerciales, des associations et des organisations non gouvernementales à caractère légitime (l’argent sale). Ordinateurs, téléphones par satellite et d’autres produits de la technologie moderne sont pour eux des outils d’organisation et de communication particulièrement efficaces. Ils s’en servent pour coordonner et appuyer leurs actions, récolter de l’argent, diffuser l’information et la propagande (la technologie de pointe)

  52. Le Nord Mali veut la paix et IBK s’attèle à cela. Il compte mettre des financements pour le Nord tels que des aides aux femmes, construction d’écoles et de centres de santé. Donc il réussira bien sa mission.

  53. Nous luttons encore contre le terrorisme avec la détermination des FAMAS qui ont réussi à mettre en déroute ou arrêter des djihadistes avec leur mentor le prédicateur.
    Il y a des patrouilles mixtes qui sont mises en place avec toutes les forces composantes.

  54. Le terrorisme est un fléau très difficile à cerner. Pas que MALI seulement, le terrorisme sévit partout dans le monde entier. Malgré les mesures misent en place par les autorités maliennes, le terrorisme reste intenable. Tant que la société civile ne s’engage pas a aidé l’Etat, cette lutte restera incertaine et vaine.

  55. IBK doit plus tôt renforcé les services de sécurité. Même si l’on déployait des millions de soldats sur toute l’étendue du territoire, les attentats seront toujours perpétrés. Je pense que la FAMA doit créer une cellule au sein de l’armée qui devrait être spécialisé dans la lutte contre le terrorisme et aussi reformer les services de sécurités et de renseignement. Félicitation aux forces de l’ordre et de défense et les autorités maliennes.

  56. Je lance un vibrant appel à la communauté internationale, je l’exhorte à épauler le Mali, à savoir pour la protection de son territoire. La lutte contre le terrorisme est une lutte ardente et universelle pendant la transition le nord était devenu le fief des terroristes. Le Mali ainsi que l’Afrique et le monde entier reste tous menacer.

  57. Par rapport aux années passées notre armée est en train de se reformer et cela lentement mais surement. Même si elle n’est tout à fait capable de maîtriser quelques attentats. Petit-à-petit notre armée arrive à relever le défi. La population malienne est fière de son armée, car le passé et l’avenir de notre armée diffère positivement. ➡ ➡ ➡ ➡ ➡ ➡ ➡ ➡

  58. FLM de Amadou Kouffa, Almorabitoune de Ben Moktar ou Aqmi de Iyad Ag Ghaly et tant d’autres, comme on le dit si bien “si ne pas Jean, c’est Paul”, le plus important est de retrouver le fief des terroristes et de mettre un terme à tout cela. Le Mali connait déjà ses ennemis alors les forces armées savent comment tenir le taureau parle cornes.

  59. Que soit:
    Alqaïda 👿
    Amourabitune 👿
    Front de Libération du Macina 👿
    Aqmi 👿
    Boko Haram 👿
    MUJAO 👿
    Le plus important est de combattre et buter, ce fléau appeler terrorisme hors de nos frontières.

  60. Le terrorisme est une plaie qui s’agrandit de plus en plus, tout le monde entier est menacé par le fléau. Le gouvernement malien est entrain de tout mettre en œuvre pour que la population malienne soit protégée contre ce fléau. 💡 💡 💡 💡 💡 💡 💡

  61. Le président de la République et les forces de l’ordre et de sécurité et aussi les services de renseignements maliens son tous à féliciter de leurs travail très salutaire. La population gardera une grande confiance et sera que leurs autorités ne restent pas indifférentes vis-à-vis des problèmes de sécurité.

  62. La lutte contre le terrorisme est une lutte très difficile, nous soutenons nos forces armées. Les jihadistes mettent tout en n’œuvre pour déstabiliser le pays, mais nous avions confiance à la FAMA et aux autorités maliennes.

  63. La lutte contre le terrorisme est une lutte très ardant. Le terrorisme est fléau qui vit partout dans le monde entier. Main dans la main nous pourrons combattre le terrorisme.

  64. Le terrorisme est un problème de tous. Le Mali est, certes, la victime aujourd’hui. Mais nul n’est censé ignoré le danger que représente le terroriste sur le monde entier. Surtout quand il est plus proche de nous. De ce fait, les africains sont aujourd’hui les plus touchés. Toutes les mesures doivent être prises pour trouver une solution à cela. Il faut reconnaître aussi que les djihadistes syriens sont présent sur le continent, à l’heure actuelle. 😀 😀 😀 😀 😀

  65. Le Mali n’avait jamais connue une rébellion aussi incontrôlable que celle-ci. On n’avait jamais connu de tels groupes terroristes au nord. Le plus difficile est le fait que ce sont certains fils du pays aux qui tout a été donné qui se rebellent contre le pays. Cette situation interpelle tous les maliens à faire ce qu’ils peuvent. Seule la cohésion, il s’agit de la coopération internationale, peut mettre un terme à cette situation. 😳 😳 :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  66. Les terroristes en général, et ceux du Mali en particulier vont dans une logique de vengeance. Leurs groupes ne sont pas des terroristes au sens strict du mot. Ils sont des djihadistes. Ils sont dans une logique de guerre entre tribu. Il est temps que nous soyons unis pour un monde sans terrorisme. 🙁 🙁 🙁 🙁

  67. Le nord du Mali est en train de se transformer en une zone terroristes comme m’Etat islamique. Les pays voisins doivent se mettre aux côtés de nos autorités pour trouver ensemble une solution à cette situation. Sinon le nord du Mali risque de se transformer en une sorte d’Etat islamique où tous les terroristes recherché vont se réfugier. Ce qui est l’œuvre et la volonté de tous les terroristes. 😛 😛 😛 👿 👿 👿

  68. Les autorités maliennes sont mises devant les faits. Cette information mérite attention et traitement. C’est maintenant qu’elles doivent mettre un terme à l’hégémonie de certains terroristes avant qu’il ne soit trop tard pour le faire. Le Mali ne mérite pas cette situation. 😯 😯 😯 ❗ ❗

  69. Le Mali ainsi que la communauté internationale doivent adopter des mandats d’arrêt contre les djihadistes dont les identités ont été connues. Je demande aux forces de sécurité et de défense maliennes d’être vigilantes et sages. Avant que des opérations internationales soient mises en place pour combattre le terrorisme. 💡 💡 💡 💡

  70. La situation sécuritaire du Mali se dégrade chaque jour que Dieu fait. Les maliens sont invités à la vigilance et à garder le sang-froid. Ce n’est pas du tout une chose facile d’avoir à faire à ces compatriotes transformés en djihadistes et prêts à sacrifier leur vie pour mettre à feu la vie au septentrion. Une pareille situation met en garde toute la communauté internationale à s’unir pour une seule cause.

  71. Les chefs des groupes terroristes sont tous des alliés et prêts à faire une coopération ou ne coalition pour lutter contre le monde tout entier. Le nord de notre pays est en train de se transformer à un fief des narcotrafiquants et des djihadistes. C’est le radicalisme parfait. Après l’Etat islamique de Syrie, c’est en Afrique qu’ils veulent en faire aujourd’hui. 8) 8) 8) 8 😥 😥 )

  72. Le Mali ainsi que le monde entier se trouvent aujourd’hui dans une situation délicate du terrorisme. Des nouveaux groupes naissent chaque jour et les chefs de ces groupes terroristes sont tous des fils des pays contre lesquels ils se rebellent. Les autorités maliennes et étrangères sont interpellées face à cette situation inquiétante. C’est maintenant ou à jamais. 🙁 🙁 😀 😀

  73. Tous les djihadistes de ce monde sont des alliés. Ils sont solidaire l’un envers l’autre. Je ne suis pas du tout surpris qu’il y ait de liens étroites entre tous ces hommes qui ont été et sont jusqu’à présent à la tête des groupes terroristes. Il y a une chose que nous devrions tous comprendre. Ces terroristes travaillent tous pour le compte des sociétés sécrètes. Et ces sociétés égorgent toutes les chefs d’Etat du monde, à part quelques rares présidents. Ni une coalition ni une coopération ne serait être suffisante pour stopper ou contrecarrer une attaque terroriste. Car les chefs d’Etat des puissances sont tous des francs-maçons. Rien ne peut passer sans qu’ils s’en aperçoivent et à l’avance. Ce sont uniquement les peuples inconscients de ces réalités que nous sommes qui ne sont pas au courant de ces attaques terroristes et autres actes terroristes. Les pauvres peuples, les pauvres gouvernés. Juste une remarque.
    NB: A ne pas du tout négliger, s’il vous plait chers peuples du monde.
    😀 😀 😀 😀

  74. Ces terroristes ont dépassé plusieurs pays avant de venir au Mali. Si c’est vrai qu’ils se battent pour l’islam, ils doivent surement avoir besoin des autres pays pour mettre de l’ordre.

  75. Tous ces groupes terroristes ne peuvent pas se diriger au Mali sans une cause valable. Lieu de savoir que veulent réellement ces gens à notre pays. Sinon ce n’est quand même pas au nom de l’islam qu’ils font tout cela.

  76. Seul le Mali compte d’abord, le Mali avant tout. A l’heure actuelle, toutes les classes politiques maliennes doivent s’unir pour former un et sauver le Mali. C’est le moment de prouver leur devoir patriotique.

  77. Chacun à dit ce qu’il pensait de la déclaration du président du Haut Conseil, mais selon moi il n’a pas voulu aggraver la situation. Personne ne saura dire qu’il est terroriste sans les preuves convenables.

  78. Personne n’est détenteur de la parole, même les griots en qui on a plus confiance en cette matière. Donc, arrêtez de considérer ce monsieur comme terroriste, c’est évident que ces propos ont été mal interprété.

  79. Notre pays est dans une situation assez difficile pour en ajouter. En ce moment précis, les maliens doivent être un et non deux. Laissez Mahmoud Dicko et cherchons un moyen de faire face à ces djihadistes.

  80. Je ne connais pas bien ce monsieur, mais je ne suis du même avis que ceux qui le traite de terroriste. De la même façon qu’il s’est trompé aujourd’hui, chacun de nous peut se trompé en parlant.

  81. Notre pays doit sortir de cette crise, nous devons tous être d’accord sur cela, nous devons tous œuvrer pour cela comme le comité de suivi, comme le gouvernement et comme la CMA !!!

  82. Nous sommes à un moment où nous devons faire valoir les intérêts de la nation avant tout autre chose, pour cela nous devons être à même de nous entendre sur un seul point au niveau de toutes les couches, sociales et politiques !!!

  83. Notre pays se trouve être dans une mauvaise posture, notamment au nord !!! Une coalition entre les différentes parties signataires de l’accord serait la bienvenue en y ajoutant le comité de suivi de l’accord !!!

  84. Si vous estimez que le peuplement les actes terroristes sont dû à la politique de notre pays vous devez aussi, prouver que tous ces pays qui sont victime de ces actes terroristes ne sont pas à la hauteur en matière de politique.

  85. Laissez-moi, vous dire que la prolifération des actes terroristes ne relève pas de la politique. Nous savons tous que les terroristes sont partout dans le monde, donc cela étant le Mali n’est pas le seul pays concerné par ce fléau.

  86. La multiplication des actes terroristes n’a absolument rien à avoir avec la politique actuelle du pays. Je me demande bien si vous ne vous êtes pas trompé de sujets en ménageant ces deux.

  87. Il nous faut plus qu’une coalition au nord pour faire face aux menaces qui existent là-bas, car une partie seule ne peut pas faire face à cela !! Quant-au comité de suivi de l’accord, il fait un bon travail !!!

  88. Seul l’unisson nous permettra de sortir de cette crise, que ça soit entre le gouvernement et la population, ou encore la CMA et gouvernement, nous devons unir nos forces pour combattre cette menace, seulement ça !!!

  89. Le comité de suivi de l’accord fait un très bon travail, nous n’avons absolument pas à nous plaindre, ni d’eux, ni de la CMA encore moins de nos autorités !!!

  90. Nous devons coute que coute sortir de cette crise une bonne fois pour, peu importe les moyens, peu importe ce que nous devons faire, mais il nous faut sortir de cela !!!

  91. Je vous signale qu’il y a d’autres groupes armés au nord différents des membres de la CMA, encore loin de l’armée malien, alors, s’il n’y a pas de cantonnement pour faire face à cette menace qu’allons nous faire ? 😈 😈

  92. Nous avons confiance au retour de la paix dans notre pays, nous avons confiance en la CMA pour cela, nous avons confiance au comité de suivi de la tenue de l’accord !!! Alors, qu’il y ait cantonnement ou pas, la paix reviendra !!!

  93. Le comité de suivi de l’accord, bien vrai que cette situation n’est pas facile à régler, répondra bel et bien aux attentes de tout le monde, y compris les groupes armés pour le retour définitif de la paix dans notre pays !!!

  94. Le cantonnement des groupes armés doit se faire à temps pour bien combattre le banditisme et le terrorisme dans les régions du nord.

  95. Le redéploiement des DAESH en Afrique surtout à LYBIE est une chose très dangereuse pour la stabilité du Mali et en générale pour toute l’Afrique. Formons un bloc pour combattre ce fléau.

  96. Ce sont les petites interruptions de la CMA qui a trainé les choses jusqu’à maintenant. Sinon notre gouvernement a la bonne volonté de respecter tous ses engagements pris dans l’accord. Vive le Mali uni !!!

  97. Les travaux du comité de suivi de l’accord vont en bon train et dans peu de temps les choses entreront dans l’ordre comme c’était prévu. Je demande à toutes les parties prenantes de l’accord de ne ménager aucun effort pour la réussite de ce processus de paix.

  98. DAESH en LYBIE est une grande menace pour le sahel. Tous les pays de l’Afrique sahel doivent se donner les mains et former une ambition commune pour combattre ces gens sinon ils ne connaissent pas de frontière et ils n’ont pas besoin de nationalité. Ils sont chez tout le monde.

  99. Pour mieux sécuriser le nord, il faut une seule armée, donc le cantonnement doit vite se faire sinon la présence des daesh en LYBIE est une menace pour la réussite de l’accord d’Alger. Je demande au gouvernement et aux parties de l’accord de redoubler les efforts pour que les choses aillent vite.

  100. Le problème est qu’un seul pays ne peut pas faire face à ce fléau du terrorisme, il faut une coalition mondiale pour l’éradiquer. Sinon ils sont partout, pas dans un seul pays.

  101. Moi je pense que l’essentiel était la signature de l’accord et la mise en place du comité de suivi de l’accord. Bon Dieu merci cela a été fait donc patientons un peu les choses rentrerons dans l’ordre petit à petit. Vive le Mali uni !!!

  102. Bien vrai que le cantonnement est prévu dans l’accord mais il faut tenir compte aussi que l’accord contient beaucoup d’autre chose à respecter.

  103. Le cantonnement sera fait bientôt parce que le comité de suivi a déjà commencé les activités et les activités aussi ont déjà fait l’effet. Patientons un peu seulement.

Comments are closed.