Le FSD tacle le CNSP : « Nous constatons une militarisation à outrance injustifiée et antidémocratique du CNT… »

1

Dans un communiqué publié hier, jeudi 12 novembre 2020, le Front pour la sauvegarde de la Démocratie (FSD) a rejeté la clé de répartition entre les composantes pour la compositions du Conseil national de la transition. Il a ainsi dénoncé la militarisation de cet organe législatif.

Après avoir indiqué qu’il a pris connaissance des  Décrets N° 0142 et  N° 0143/PT-RM du 9 Novembre 2020 portant respectivement sur les modalités de désignation des membres du Conseil National de la Transition (CNT) et la clé de répartition, publiés dans le Journal Officiel du 10 novembre 2020 sur les réseaux sociaux , le FSD a déploré des irrégularités concernant documents. «Le FSD note les  irrégularités de forme et de  fond aussi bien dans la rédaction que dans la publication et la transmission desdits décrets aux entités concernées », indique le communiqué signé par Dr Choguel Kokalla Maiga. Selon ce communiqué, le FSD n’a jamais été saisi officiellement par les Autorités de la Transition pour statuer sur les modalités de désignation et de répartition des membres du CNT. Ainsi, le front dirigé par Soumaïla Cissé dénonce la volonté manifeste de marginaliser la classe politique dans le processus de gestion de la Transition.

Dans l’analyse de ce groupement politique,le délai de 48 heures imparti pour le dépôt des dossiers de candidature ne permet pas aux éventuels postulants de réunir tous les documents nécessaires. Le FSD dénonce la volonté affichée du CNSP de tout s’accaparer. «Le Président du CNSP , Vice-président de la Transition, contrairement à toute logique  démocratique et au bon sens,  s’attribue abusivement les prérogatives de désignation des membres du CNT à la place des entités concernées et du Peuple », lit-on dans le communiqué. Selon ce front, le CNSP veut faire de cet organe législatif un organe militaire. « Nous constatons une militarisation à outrance injustifiée et antidémocratique du CNT qui, par définition et vocation, est un organe législatif », a déploré Choguel Maiga.

Compte tenu de toutes irrégularités, le FSD décide de boycotter le CNT. «Par conséquent, le FSD rejette la procédure et la clé de répartition des membres du CNT telles que définies dans les décrets sus-cités. En l’état,  il ne désignera aucun de ses membres pour siéger au sein du CNT », indique le communiqué.

Il a, enfin, appelé toutes les forces patriotiques ( partis politiques, syndicats, associations et organisations de la Société civile)  à rester mobilisées, déterminées et à redoubler de vigilance pour la défense et sauvegarde de la Démocratie et de la République.

Boureima Guindo

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Le Consil National de Transition (CNT), est le seul organe restant à pourvoir . Du 18 Aout 2020, date du coup d’Etat qui a renversé IBK a aujourd’hui, il y a eu entre les acteurs civils et militaires des confrontations sur différents points . Pourtant les militaires ont dit à la face du monde , qu’ils ont parachevé le combat des patriotes civils pour alléger les souffrances de la population .Mais force est de constater que “la révolution ” est restée inachevée. IBK a certe été enlevé, mais son système reste toujours en place . Les vrais animateurs de son système sont toujours libres de mouvements avec des moyens colossaux. Ceux qui tiennent à la refondation du nouveau Mali ne pourront jamais se comprendre pour plusieurs raisons . Aucun bon malien ne souhaitait IBK au pouvoir , tout comme son système. Sa gestion du pouvoir se caractérisait par la mal gouvernance . Dans les coups d’Etat classique que nous avons connu à travers le monde , le régime tombe avec toutes ses ramifications , ce cas est spécial, les acteurs ne pourront jamais s’entendre . Le régime défunt a encore ses défenseurs dans tous les secteurs et tirent dur la ficelle . Au lieu de se retrouver en prison entrain de méditer sur leur sort , ils sont entrain de nous mettre les bâtons dans les roues . S’agissant de la mise en place du CNT, je crois que les politiques doivent faire preuve de compréhension. Les jeunes militaires ne vous font pas confiance pour plusieurs raisons. La politique doit servir le peuple, mais au Mali de 1992 au 18 Aout 2020, pas les seuls militaires, même le peuple a compris qu’elle est faite pour se servir. Ceux qui étaient avec IBK jusqu’a sa chute , le lendemain se sont rendus au QG de la junte a Kati pour apporter leur soutien . Personne ne fait confiance aux hommes politiques . Si vous ne voulez pas de la clé de répartition proposée par les autorités de la transition , alors dans ce cas taisez vous et attendez la fin de la transition . Le CNT se composera des volontaires prêts à servir le Mali.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here