Le Mali et les enjeux de l’avenir : La classe politique actuelle ne peut servir le peuple !

6

«Quand tu es félicité par les colons, c’est que tu es mauvais pour ton peuple. Quand ils disent que tu es mauvais, c’est que tu es bon pour ton peuple. Le jour où ils diront que je suis bon, c’est que je vous ai trahis.» (Ahmed Sékou Touré).

L’on se rappelle que le peuple travailleur du Mali s’est mis débout comme un seul homme au sein d’un mouvement appelé «démocratique» pour un changement véritable à l’avantage des masses laborieuses éprises de paix et de démocratie véritable.

Le cri que les citoyens poussaient en chœur était: ‘’ante korolen fè fo kura’’. Autrement dit, le peuple travailleur du Mali, las de la démocratie nauséabonde du général Moussa Traoré, a décidé de dire à celui-ci: ‘’trop c’est trop; ça suffit’’. L’apache régime de Moussa Traoré est tombé, le 26 mars 1991.

Dès lors, ce sont ceux-là appelés «démocrates» qui ont pris en main le destin ou les destinées de ces millions d’hommes et de femmes.

L’espoir d’un avenir radieux venait de naître en notre peuple travailleur car le tableau laissé par Moussa Traoré était sombre  et chaotique en matière de démocratie et de mieux- être sous-tendu par le parti unique appelé Union démocratique du peuple malien (UDPM). Mais comme le dirait une locution latine «Les montagnes sont en travail: il en naîtra une souris ridicule» (Parturiunt montes; nascetur ridiculus mus). Il n’est plus un secret même pour le simple voyageur qui transite par le Mali, que les ‘’démocrates’’ maliens ont travaillé, chacun à son niveau de responsabilité, à ratatiner le devenir de notre peuple travailleur. Il n’y a pas un secteur, ni un seul service où l’on peut dire (sans se ridiculiser) que ça va.

Ainsi, au plan économique, par la corruption, la surfacturation, le népotisme et la délinquance financière, les masses laborieuses vivent dans leur chair et dans leur conscience les affres de la pauvreté et du dénuement complet.

– Dans le domaine politique, l’affairisme, le mensonge, le parentalisme, le concubinage, la débauche sexuelle et politique ont été, entre autres vices, semés et développés par ceux qui chantent la démocratie mais qui sympathisent avec le diable pour spolier notre peuple travailleur. La politique rétrograde et sans lisibilité aucune, a fini par faire de la politique le moyen rapide de se construire des châteaux en Espagne. Même si l’on sait que c’est pourquoi, les crimes économiques et politiques passent pour relevant de la «nature humaine». L’irresponsabilité se cultive de plus en plus aux dépens de la justice et de l’équité sociale.

– Sur le plan du travail, la fainéantise s’est cultivée en mode de vie  à telle enseigne que les gens qui veulent bien faire sont présentés comme des «chercheurs de nom», les «seuls bâtisseurs». Il suffit de se rendre dans les services administratifs pour voir la bamboula et l’oisiveté régner en maîtresses absolues.

– À l’école, la désertification bat son plein.

– Point n’est besoin de dire que nos hôpitaux sont devenus des mouroirs pour tous ceux qui sont pauvres. Pendant que dans ces centres de santé, l’affairisme et le clientélisme se meuvent comme des cirques, les blouses blanches donnent rendez-vous dans les cliniques privées qui les paient bien et où les soins sont surévalués. Sans renoncer au moindre centime de leurs salaires ! Le constat ici, c’est que le Malien moyen n’a plus droit aux soins, parce que laissé pour compte.

– Dans le domaine de la sécurité, les «démocrates», pour des raisons inavouables, ont travaillé à phagocyter sérieusement notre système de défense et de sécurité.

En faisant une analyse critique de l’état de santé de notre «démocratie» conquise de haute lutte et au prix de sacrifices ultimes, l’on ne peut s’empêcher de constater que la «démocratie des démocrates maliens» a mis le Mali à terre et cela dans tous les domaines. Aujourd’hui, par la faute de ces démocrates sans foi ni loi, notre pays est devenu méconnaissable. Tout le monde dit ça ne va pas. Mais on n’ose pas en situer les responsabilités. Plutôt, se contente-t-on de ce verbiage creux qui consiste à dire que tous «les Maliens sont responsables». Comment qualifier cette affirmation si ce n’est qu’elle fait montre de malhonnêteté viscérale !

En refusant de s’autocritiquer, nos démocrates font une fuite en avant irresponsable. Cette attitude prouve suffisamment qu’ils n’ont rien de crédible à proposer à notre peuple travailleur.

Ces «démocrates» ont véritablement un seul souci: celui d’être notés ‘’bien’’ par leur communauté internationale.

Pendant ce temps, notre peuple travailleur meurt de tous les maux à tel point que le travail est de plus en plus aliénant pour lui. Il est donc tout à fait aisé de constater que les colonialistes qui sucent le sang de nos masses travailleuses en complicité avec leurs valets nationaux noteront toujours avec le «satisfecit» leurs représentants en Afrique et donc avant tout au Mali. C’est pourquoi, ils ont coutume de dire que «la démocratie» malienne est un exemple à suivre et que le Mali est un bon élève de la «démocratie».

Il faut simplement dire ici que ces grands chantres de la démocratie se moquent ainsi de notre peuple travailleur. La suite logique est connue: le Mali est vraiment à genou, en tout cas notre peuple a faim, soif, est mal logé et mal soigné.

Aussi, dans les faits, le Mali est à nouveau balkanisé. Par la faute des démocrates totalement discrédités aux yeux des Maliens mais bien appréciés par la France coloniale et ses amis euro- américains.

Pour tout dire à ce sujet, lisons Sékou Touré: «Quand tu es félicité par les colons c’est que tu es mauvais pour ton peuple. Quand ils disent que tu es mauvais, c’est que tu es bon pour ton peuple. Le jour où ils diront que je suis bon, c’est que je vous ai trahis.»

Il apparaît donc clairement que les «démocrates» maliens tapis dans la classe politique malienne ne peuvent servir utilement le peuple travailleur du Mali. Cela signifie qu’il faut dès à présent procéder à la recomposition et à la transformation radicale de cette classe politique dans son écrasante majorité.

Pour le meilleur devenir de notre peuple travailleur.

Fodé KEITA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Il ne faut pas croire que la grande majorite des citoyens se conduisent en patriotes par moralite.Ils se conduisent correctement parce que,s’ils n’obervent pas la loi,ils seront arrêtes et envoyes en prison.Il y a trois pilliers de support dans toute Democratie qui sert le peuple et partant la Nation. 1 ) Une bonne Loi Fondamentale et Un reseau de lois justes s’y decoulant,2 )Un Corps de bons Serviteurs de l’Etat bien encadres par une structure d’autorites bien soudees et enfin 3 )L’Esprit de Democratie : la Solidarite a tous les niveaux.La Loi Fondamentale se concretise par la Souverainte Nationale,le Pouvoir de l’Etat.Un Etat Democratique est un Etat ou regne la Division de Pouvoir:Le Pouvoir Legislatif,le Pouvoir Executif et le Pouvoir Judiciaire.Chacun de ces Pouvoirs exerce le Pouvoir qui lui est confie pleinerment sans interference des autres Pouvoirs, etant donne ,cependant que le Pouvoir nait au Legislatif,s’exerce a l’Executif et se controle au Judiciaire.Quand cette regle fondamentale n’est pas respectee ,ce Pouvoir se degrade en clientelisme, au pouvoir patrimonial ou en Dictature.Au Mali,ce qui est a faire ,c’est restaurer les trois pouvoirs,avant toute autre chose.Un corps de representants du peuple bien avertis des besoins du pays et informes des influences regionales et internastionales qui peuvent influer sur les orientations du pays,un corps de juges instruits des lois et des valeurs nationales agissant en toute droiture, fermete et compassion et un Pouvoir Executif visionnaire,ambitieux et au service total de l’interet collectif.La Solidarite doit etre pensee , construite ,et mise en legislation. Elle doit etre concue au niveau du village ,des quariers des villes ,au niveau de nos regions et au niveau de la Nation.Le but c;est que chaque Malien,chaque resident du Mali doit pouvoir manger,s’abriter correctement des intemperies ,jouir des bienfaits de l’education et de la santé.La course vers la richesse doit se faire selon les normes etablies par la loi et par l’ethique dee nos traditions.

  2. SEKOU TOURE qu’on cite a t’il sorti les habitants de son pays de la misère ?
    A t’il pu limiter ou mettre fin à la corruption chez lui ?
    L’image que le monde entier garde de SEKOU TOURE est celle d’un président sanguinaire qui a passé son temps à accuser tous les intellectuels guinéens de laquais de la France.
    Après plus de vingt ans de règne la Guinée est restée très pauvre.
    Prenez le bon exemple pour permettre à nos compatriotes de suivre le bon chemin.
    Le Ghana de J.RAWLINS est l’exemple à suivre car il ne s’agit pas d’entamer une confrontation contre la France comme l’a fait le sanguinaire SEKOU TOURE, mais de se faire respecter.
    SE FAIRE RESPECTER, C’EST AVOIR TOUTE LA PLÉNITUDE DE NOTRE SOUVERAINETÉ DANS UNE COLLABORATION RESPECTANT LES INTÉRÊTS DE CHAQUE PAYS.
    Les exemples les mieux indiqués sont ceux de l’Allemagne fédéral, le Japon, la corée du sud qui ont accepté l’aide sécuritaire des états-unis dans le respect de leurs souverainetés.
    CES PAYS SE SONT DÉVELOPPÉS SOUS LE PARAPLUIE SÉCURITAIRE DES ÉTATS-UNIS.
    Le problème actuel du Mali n’est pas situé au niveau des hommes politiques, mais au niveau du cadre dans lequel s’exerce la démocratie.
    C’est le cadre qui produit la qualité d’hommes politiques.
    ON SE PLAINT DE NOS HOMMES POLITIQUES PARCE QUE NOTRE LOI FONDAMENTALE LES A DONNÉ UN POUVOIR PRESQUE ILLIMITÉ.
    C’est ce pouvoir qui favorise la production d’hommes politiques sales.
    Les hommes politiques sont comme des enfants, s’ils ne sont pas encadrés, ils abusent.
    DANS TOUTES LES GRANDES DÉMOCRATIES COMME LES TROIS PAYS QUE J’AI CITÉ, LES HOMMES POLITIQUES SONT ENCADRÉS DANS LE CADRE D’UNE SÉPARATION DE POUVOIR PARFAITEMENT RÉELLE.
    Au Mali le président de la république l’est de nom, sinon c’est un ROI dans les faits.
    Celui qui s’oppose à lui est écarté, s’il fait des affaires, les marches de l’État lui sont interdits.
    S’il fait de la politique, il est harcelé constamment.
    S’il accepte d’être du côté du pouvoir, il peut abuser des derniers publics à souhait car le ROI président est au-dessus de la LOI.
    La lutte que mène Mme SY KADIATOU SOW doit être soutenue par tout cadre qui veut que le cadre démocratique malien s’améliore.
    Le DIALOGUE NATIONAL INCLUSIF doit être exigé du gouvernement avec des garanties que ses recommandations seront appliquées.
    Mme SY KADIATOU SOW a montré le chemin, qu’on arrête d’accuser inutilement les hommes politiques pour soutenir une lutte déjà engagée.
    OSER LUTTER, C’EST OSER VAINCRE !
    La lutte continue

  3. Cette classe politique ne serait jamais capable de se remettre en cause pour rebondir car avec la course effrénée vers l’argent, l’argent, l’argent personne parmi ces hommes et femmes politiques ne pourrait se remettre en cause. Aujourd’hui avec l’argent, rein que l’argent pour avoir cette masse critique d’hommes et de femmes politiques capable de dénouer la situation actuelle du Mali, il ne faut espérer que sur le miracle. Il y a même des personnes parmi ces politiciens qui sont capables de vendre ce pays pour leur seuls intérêts, surtout celles parmi elles qui ont la double, triple et multi-nationalités. Notre pays mérite un profond nettoyage afin qu’il soit une véritable nation, aujourd’hui il s’agit d’un réel désordre qu’il faut organiser avec des hommes et des femmes qui regardent dans la même direction et qui ont les mêmes intérêts sans exacerbation des ambitions inutiles et correspondant à capacité de reproduction des ressources de ce pays.

  4. LES FAITS SONT TÊTUS.

    LA HAUTE TRAHISON COLLECTIVE DE LA CLASSE POLITICO- ÉCONOMIQUE ET JUDICIAIRE DU MALI N’ EST PLUS Á DÉMONTRER.

    LE MALI FERA SA RÉVOLUTION POPULAIRE ET SERA PLUS SANGLANTE POUR LES TRAITRES D’ EN HAUT QUE PENDANT LA RÉVOLUTION FRANCAISE.

    NOUS MALIENS, AVONS BIEN APPRIS APRÈS 1991…!!!

    NOUS AVONS PARDONNÉ NOS BOURREAUX, LES TRAITRES Á LA NATION ESPÉRANT QU’ ILS TROUVERONT LE CHEMIN DE LA SAGESSE APRÈS..

    MAIS HÉLAS, CE SONT DES CRIMINELS, DE PAR LEUR SANG, ET DANS LE SANG..

    DEPUIS 1968 LE MALI EST DEVENU UN CAMP DE CONCENTRATION Á CIEL OUVERT PAR L’ ACTION DE CES SANGUINAIRES APATRIDES.

    NOUS NE COMMETTRONS PLUS JAMAIS L’ ERREUR DE PARDONNER DES TRAITRES QUI N’ ONT QUE FAIRE DU PARDON DU PEUPLE.

    NOUS NE COMMETTRONS PLUS JAMAIS L’ ERREUR DE PARDONNER DES TRAITRES QUI N’ ONT QUE FAIRE DU PARDON DU PEUPLE.

    NOUS NE COMMETTRONS PLUS JAMAIS L’ ERREUR DE PARDONNER DES TRAITRES QUI N’ ONT QUE FAIRE DU PARDON DU PEUPLE.

    CE QUI ARRIVERA N’ EST QU’UNE LOI EMPIRIQUE DE LA NATURE-MÈRE…!!!!!!!

    LE MALI FERA SA RÉVOLUTION POPULAIRE ET SERA TRÈS SANGLANTE POUR LES TRAITRES D’ EN HAUT

  5. Puisque qu’il est question d’un nouveau départ , la classe politique doit avoir nécessairement le courage de faire son mea-culpa , en particulier les anciens partis , on a beau dire importe quoi , la crise que nous vivons ne nous ai pas tombé du ciel , elle est profondément politique avant d’être sociale ou autres , ça interpelle comment le pays a été géré pendant des années , cela n’a pas besoin de compétence d’une expertise particulière :il suffit de regarder l’état de nos routes ,nos écoles ,nos hôpitaux etc… , comment une classe politique peut’elle s’exonérer de ce concentré d’infrastructures de misère sociale à presque soixante ans indépendance ? ajouter à cela le plus grave , c’est le délabrement de notre armée nationale jusqu’au point de perdre son autonomie de défense du territoire . Le Mali n’a jamais connu d’une telle descente en enfer ,” le comble c’est de provoquer une crise de comportement politique au point de ne plus être en capacité de la résoudre” Les maliens , pour ‘intérêt même du Mali , doivent tourner la page du vieux système politique tel qu’il fonctionne dans sa culture de légèreté et d’absence de vision !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here