Le président Assimi Goita sauve les meubles : Les deux PM sont-ils associés pour éviter le crash ?

0

Sûrement la vigilance du président de la Transition, Son Excellence, ASSIMI GOITA,  aura eu raison de la tension que couvait l’absence prolongée de Choguel MAIGA à la Primature. Annoncé pour repos forcé qui aurait été de la volonté de son médecin traitant,  il est revenu, précisant qu’il est désormais en bonne santé et serait même capable de reprendre service. C’est bien évidemment la reprise de son fauteuil de  Premier ministre.

Sa sortie qui eut  plus d’échos médiatiques, donnait déjà les signes d’un bras de fer qui aurait lieu entre le titulaire et l’intérimaire. Le dernier, en la personne du Colonel Abdoulaye MAIGA, avait lui aussi mis ses empreintes dans la conscience collective, après  son passage à la tribune du Conseil de Sécurité des Nations Unies.  Il est l’auteur de « LA France MERCENAIRE ».  L’accueil qui lui avait été réservé, avait donné beaucoup d’arguments à ses nouveaux fans, de souhaiter son maintien.

D’ailleurs  le PM Choguel  MAIGA,  avant sa maladie, était fortement contesté par d’abord le CNT qui avait totalement vidé  son projet de Loi Electorale, de toute sa substance. En procédant à plus d’amendements, avant qu’il  ne soit promulgué par le président Assimi GOITA. Ensuite, certains membres de famille M5-RFP le contestaient au point qu’ils  ont fini par créer une branche forte appelée M5-RFP MALI-KURA. En vérité, le climat ne lui était vraiment pas favorable. Sur la scène politique, ses marges de manœuvres étaient fortement réduites. Le Collectif des Partis Politiques pour une transition réussie, avait publiquement, au cours des conférences et déclarations, demandé sa démission ou son remplacement.

C’était dans un tel contexte qu’il aura effectué son repos forcé. Avec son retour, l’idée des tendances pro et anti se dessinaient déjà à l’horizon. Ce qui ne serait pas à l’avantage de la Transition. Surtout que ses partisans qui avaient battu retraite, refont surface. Fallait-il laisser l’intérimaire poursuivre la conduite de l’action gouvernementale ? Fallait-il redonner au propriétaire, son fauteuil ?

L’équation était là et bien épineuse. Le risque serait gros, si en l’état actuel de la situation de pauvreté où la vie au quotidien est insupportable, le conflit de compétence faisait surface. C’est vrai que l’opinion n’est plus trop favorable au PM titulaire, mais la sagesse a commandé qu’il ne soit pas écarté.

Voilà ce qui a pesé dans la balance. Il est reconduit par un décret qui abroge la nomination de son successeur. Evidemment, le président a joué à l’apaisement, en donnant un grand statut à l’intérimaire. Il est désormais ministre d’Etat ! Ne serait-il pas encore plus fort et plus proche du président de la transition ? Pourrait-il encore être aux décisions du Premier ministre ?

L’essentiel a été de les maintenir tous les deux, sans avoir de crash dans l’immédiat. Sûrement, un remaniement pourra être la vraie solution. La question de confiance se posera à coup sûr. Mais il faut voir que l’objectif est de réussir la Transition dans le respect de son chronogramme. Il ne reste plus que quelques mois. Mieux vaut faire taire les différends internes au nom de l’intérêt supérieur de la nation !

Monoko Toaly, Expert en Communication et Marketing Politique

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here