Législatives mars-avril 2020 : Un maintien absurde !

3

L’insécurité grandissante, au nord et au centre du pays, n’a pas suffit à motiver le report des élections tant attendues. Les annonces faites par les autorités, qui se veulent rassurantes, ont encouragé les partis politiques à présenter des candidats dans les zones à risques élevés. L’ouverture des campagnes, dans des conditions relatives sereines, rassure. On félicitera le gouvernement pour les initiatives prises afin d’assurer le bon déroulement du scrutin.

Mais un invité de dernière minute, que le monde entier découvre avec stupeur, vient jouer le trouble-fête. En dépit du fait que nos concitoyens semblent être dans le déni total, nous devons craindre le pire! Le Covid-19 est une menace aussi réelle, voire plus critique que la guerre.  Pour cette raison, certains pays (comme la. France) ont annoncé le report des consultations populaires.

Il est vrai que, Dieu merci, notre pays n’a pas connu de cas d’infection au Covid 19. Mais il aurait été sage et prudent de reporter les législatives. Des voix se sont levées pour le réclamer. Peut-être, pour des motifs d’ordre financier et stratégique, le gouvernement malien ne s’est toujours pas prononcé. C’est une situation que le citoyen, conscient des risques,  du manque de préparation et de l’etat catastrophique de nos structures de santé, déplore.

L’interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes n’a plus de sens si les élections sont maintenues. Aucune explication rationnelle, et surtout parce que le confinement est la mesure phare de prévention de la propagation du virus, ne saurait nous convaincre du contraire. Les bureaux  de vote pourraient bien être les centres de transmission. Que Dieu nous en préserve!

Par ailleurs, la crainte, qu’inspirent les morts  par centaines dans certains pays, pourrait démotiver les électeurs. On peut donc augurer un très faible taux de participation si la psychose perdure. Dans ces conditions, la légitimité des élus sera discutable. Les gens ne sortiront  pour voter qu’à la condition de recevoir des gratifications. D’aucuns  peuvent rétorquer que nous y sommes habitués. Mais cette fois-ci,  la situation pourrait bien être plus catastrophique. On sait que, et les alliances immorales nous en fournissent la preuve, les partis manquent de base réelle. Aucun candidat ne semble donc être apte à mobiliser les électeurs de sa circonscription sans avoir recours à ces alliances immorales.

Donc au-delà d’un risque réel d’une crise sanitaire d’une ampleur extraordinaire, le peuple malien pourrait bien expérimenter une crise politique et institutionnelle sans précédent. En effet, si à la suite de ces élections, aucune majorité ne se dessine, l’équilibre entre pouvoirs pourrait bien être perturbé d’avantage. Or ces élections législatives sont d’une importance capitale pour ce pays déchiré par les querelles partisanes, la corruption, le vol institutionnalisé, l’insécurité permanente, le laxisme et le désordre. Prudence est mère des sûretés !!!

Dr Moussa Dougouné

Source : Le Pélican

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Ne comparez pas les phénomènes de foule et les élections : il n’y a aucune ressemblance entre ces deux types de rassemblement. Tenez :
    > Les phénomènes de foule occasionnent des contacts corporels comme les baisers, les accolades, les poignées de main, etc. ;
    > Aux élections : rien de tout cela n’est observable.
    > Les phénomènes de foule se déroulent le plus souvent dans l’intimité et la cohésion comme aux restaurants, aux bars, dans les mosquées, où le contact corporel est recherché ;
    > Lors des élections, tels n’est point du tout le cas : souvent ceux qui s’y côtoient s’ignorent complètement même .
    > Les phénomènes de foule se passent hors de tout contrôle policier et de présence du corps administratif ;
    > Or, c’est tout le contraire au cours des élections où des mesures idoines sont respectées .
    > Enfin, le Mali ne doit pas éternellement reporter ses législatives, jusqu’aux calendes grecques, parce que Clément DEMBELE a une diarrhée de choléra, Omar MARICKO est embêté par le diabète et Mahmoud DICKO tourmenté par son hystérie …

  2. Je ne suis pas d’accord avec Dr Moussa Dougouné lorsqu’il dit “… Or ces élections législatives sont d’une importance capitale pour ce pays déchiré par les querelles partisanes, la corruption, le vol institutionnalisé, l’insécurité permanente, le laxisme et le désordre. Prudence est mère des sûretés !” parce que le Président de la République, de par les prérogatives que la Constitution lui accorde, peut dissoudre l’actuelle assemblée nationale qui a eu un an de prolongation non constitutionnelle, parce que sans élections législative en 2019.

    En effet, il est plus facile pour le président de la République de gouverner, en 3 mois renouvelables par Ordonnances, que d’aller vers des élections législatives sur tout le territoire national qui, même sans la pandémie Covid-19, seraient difficiles à cause de l’insécurité résiduelle, en témoigne l’enlèvement du député Soumaïla Cissé qui risque de mourir, après son garde de corps, et ne pas pouvoir se faire réélire à Niafunké.

    En tout état de cause, vue la situation actuelle de crise multiforme, le meilleur scénario d’allègement d’une partie de la crise serait de dissoudre l’Assemblée Nationale au plus tard le 2 Mai 2020, appeler à mettre en place une Constituante (Juin-Septembre 2020) en vue de changer, par référendum (Octobre 2020) la Constitution de 1992 pour aller vers la 4ième république, les nouveaux députés sur toute l’étendue du territoire national, y compris sur tous les cercles de toutes les 9 nouvelles régions opérationnalisables, seront élus en Décembre 2020.

  3. FRANCE:

    CAS DE COVID-19 ce ours 26 mars 2020
    25 233
    Hospitalisés
    11 539
    En réanimation
    2817
    Guérisons*
    3900
    Morts*
    1331

    L’ITALIE: a enregistré 683 décès supplémentaires liés au coronavirus en 24 heures, ce qui porte le total à 7 503 morts, annonce mercredi la Protection civile, soit une progression de 10 % en un jour.

    La veille, le pays avait recensé 743 décès supplémentaires. Le nombre total de cas confirmés est passé de 69 176 à 74 386. La progression est inférieure à 8 %.

    L’Italie est le plus le plus touché au monde par l’épidémie, devant l’Espagne.

    ESPAGNE: Coronavirus en Espagne : Avec 3.434 morts, le bilan humain dépasse celui de la Chine

    d’ci deux mois il n ya aura plus de place dans les cimetières du mali, les gouroux religieux ne pourront sauvés personne, ni les hommes politiques avec les 1000 f restez chez vous est la seule solution

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here