Majorité présidentielle : Les grandes priorités du pays au cœur du débat

4

majorite-rpmLa première rentrée de la Convention des partis politiques de la majorité présidentielle (CMP) s’est penchée sur les grandes priorités de la nation comme la réconciliation nationale, les négociations d’Alger, la lutte contre la corruption et l’Ebola.

 

La rentrée politique de la Convention des partis politiques de la majorité présidentielle (CMP), s’est tenue le samedi 15 novembre 2014 au CICB sous la présidence de Boulkassoum Haïdara, président de la CMP. Cette rencontre a permis aux leaders de la Convention de désigner les membres de la conférence des présidents, les membres du secrétariat exécutif et de faire des recommandations sur les grandes priorités de la nation.

Cette rencontre était la première du genre depuis la mise en place de ce regroupement politique qui compte 65 formations politiques. Le thème de cette rentrée politique était : “Quelle gouvernance pour un développement national ?” L’occasion était bonne, pour la mouvance présidentielle, pour désigner les membres de la conférence des présidents et les membres du secrétariat exécutif.

La CMP, signée le samedi 7 septembre 2014, est une formation fait du projet de société du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita son viatique. En plus, elle entend jouer son rôle dans la résolution de certaines questions cruciales comme la réconciliation nationale, la justice, l’école et les relations avec les institutions.

Cette rentrée politique a permis la formation d’un bureau de la conférence des présidents, présidé par Dr. Boulkassoum Haïdara. Le secrétariat exécutif est détenu par Nancoma Kéita (RPM)  et Timoré Tioulenta de l’Adéma/PASJ a été choisi comme secrétaire général.

Concernant, la maladie à virus Ebola, qui a déjà tué 4 personnes dans notre pays, les leaders de la CMP ont demandé au président IBK de s’atteler à la gestion de cette crise épidémiologique et de faire la lutte de cette maladie une priorité parmi les priorités et d’ouvrir une enquête pour situer les responsabilités dans la propagation du virus dans notre pays. Ils ont également demandé de sanctionner toute personne qui serait impliquée dans cette propagation.

Dr. Boulkassoum Haïdara a indiqué que le gouvernance a toujours été émaillée de corruption, mais elle a été révélée au grand public avec l’arrivée d’IBK au pouvoir. A cet effet, il a demandé au président IBK de mettre à la disposition de la justice toute personne coupable, impliquée dans la surfacturation et de corruption dans le pays afin de mette fin à l’impunité qui a temps durée dans ce pays.

S’agissant des négociations d’Alger qui s’ouvrent ce 19 novembre entre le gouvernement malien et les groupes armées, la Convention s’est dit favorable et demande aux négociateurs nationaux de faire preuve de vigilance pour ne pas tomber dans les erreurs du passé.

Youssouf Coulibaly

 

 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

Comments are closed.