Mali : après le PAG, crainte d’un sevrage prolongé

3

Après la présentation du Plan d’action gouvernemental devant le Conseil national de Transition, des partis politiques montent sur leurs grands chevaux. Ils expriment leur crainte d’un sevrage prolongé.  

-maliweb.net- Le Premier ministre de Transition, Choguel Kokalla Maïga a présenté son Plan d’action gouvernemental (PAG), devant le Conseil national de Transition (CNT), vendredi 30 juillet 2021. Un Plan structuré autour de quatre axes prioritaires : le renforcement de la sécurité sur l’ensemble du territoire national, les réformes politiques et institutionnelles, l’organisation des élections générales, la promotion de la bonne gouvernance et l’adoption d’un pacte de stabilité.

L’État malien devra dégager environ deux mille cinquante milliards soixante-trois millions de francs (2 050 063 000 000 F) FCFA, pour la mise en œuvre de ses axes.

Crainte de prolongation

La présentation de ce PAG, censé être mis en œuvre durant les huit (8) mois restant à la Transition, donne la chair de poule à des partis politiques. Dans l’entendement de certains hommes politiques maliens, le plan présenté par le Premier ministre prouve à suffisance une volonté de prolongation de la Transition au-delà du délai accordé. La crainte d’un sevrage prolongé s’empare de ces partis.

Sidi Elmoctar Kounta, du Parena, estime que dans son discours, le chef de gouvernement n’a fait aucune proposition concrète et emploierait des subterfuges pour annoncer la prolongation de la transition. « On ne lui demande pas de régler tous les problèmes du Mali en six mois. Vouloir organiser des Assises de la refondation, ce n’est en réalité que pour acter qu’il faudra prolonger la transition », confie-t-il à nos confrères de RFI.

La même crainte est exprimée par Amidou Issoufi Maïga, membre du bureau national du Rassemblement pour le Mali (RPM). « Toutes les actions qui sont programmées, ce sont des actions sur le long terme. Par exemple, quand il parle du retour des déplacés, ça, ce n’est pas pour demain. Cela veut dire que derrière le programme présenté, il y a une volonté cachée de prolonger la transition », a-t-il laissé entendre sur les ondes de RFI, dimanche 1er août 2021.

Induire les autorités en erreur

Bien avant la présentation du PAG, des ténors de partis politiques ont tenu, le 26 juillet dernier, une conférence de presse à Bamako pour inviter les autorités de la transition au respect du délai imparti.

Ces réactions des partis politiques maliens font rappeler les circonstances ayant précipité le départ de l’ex-président Ibrahim Boubacar Kéïta (IBK), le 18 août 2020. En raison de la dégradation de la situation sécuritaire dans le pays, l’opposition politique était restée sceptique quant à la bonne tenue des élections législatives, en 2020. Le régime politique, galvanisé par une majorité en quête d’intérêts personnels, s’est entêté à aller aux élections, qui ont finalement occasionné la chute du pouvoir en place.

Le même scénario est en plan. Les partis politiques souhaitent induire les autorités de la transition en erreur en les poussant à tenir les élections générales, annoncées pour début 2022, qu’il pleuve ou qu’il neige. La stabilité et la sécurité semblent être leur dernier souci. L’essentiel est d’aller aux élections afin que leur vache laitière leur revienne. L’insécurité, l’instabilité, dont souffrent les populations, pourraient toujours attendre. Les autorités de la transition ont alors du pain sur la planche.

Fousseni Togola /maliweb.net

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Du n’importe koi cet article. Si Choguel reste 24h après mars 2022, on va le chasser et les griots populistes qui le poussent prendront leurs jambes à leur cou.

  2. Nous disons et rappelons la vérité

    *Fait mal fait souffrir agonise tourmente torture les malhonnêtes Les met en colère échauffe leurs biles les irrite les horrifie les agace les exaspère Et les met hors d’eux les rend incontrôlés les rend maboules les rend fous les rend barjos les rend cinoques les rend cinglés les rend toqués les rend branquignoles les rend brindezingues les rend détraqués les rend timbrés les rend cerveaux fêlés les rend cerveaux embrouillés

    Mais apaise calme tranquillise rassure soulage réconforte les honnêtes et les rend heureux les remplit de joie les rend sereins imperturbable

    LES ANCIENS ET LES ANCIENNES QUI AVAIENT UN SENS AIGU DE L’OBSERVATION NOUS ONT ENSEIGNÉ TARD LA NUIT

    *Qu’il n’y a pas plus aveugle que celui ou celle qui ne veut rien voir

    Ainsi les Lettrés mutants anciens gouvernants du Mali bouffeurs impénitents notoires des deniers publics et dons

    Refusent de voir que leur Mali est occupé dans ses 2/3 par les ennemis convoyés catapultés aéroportés par les soi-disant amis ennemis les Autres Anciens Colonisateurs et Organisations pour la Kidal- Gao- Tombouctou- Ménaka- Mopti-Macina-Sation

    *Qu’il n’y a plus idiot ou idiote que celui et celle qui ne veut rien comprendre

    Ainsi Les lettrés mutants anciens gouvernants du Mali bouffeurs impénitents notoires des deniers publics et dons

    Jouent aux idiots

    Ainsi ils refusent de comprendre qu’il est impossible d’organiser des élections libres crédibles acceptés et ouvertes à tous dans leur Mali occupé au 2/3 par les ennemis convoyés catapultés aéroportés par les soi-disant amis ennemis les Autres Anciens Colonisateurs et Organisations pour la Kidal- Gao- Tombouctou- Ménaka- Mopti-Macina-Sation

    *Qu’il n’y a pas plus sourd ou sourde que celui ou celle qui ne veut rien entendre

    Ainsi Les lettrés mutants anciens gouvernants du Mali bouffeurs impénitents notoires des deniers publics et dons

    Restent sourds aux appels des maliens et maliennes fiers honnêtes ayant un amour profond pour leur Mali

    Qui leur disent qu’il est impossible d’organiser des élections libres transparentes ouvertes à tous avec leur Mali occupé au 2/3 par des ennemis par les ennemis convoyés catapultés aéroportés par les soi-disant amis ennemis les Autres Anciens Colonisateurs et Organisations pour la Kidal- Gao- Tombouctou- Ménaka- Mopti-Macina-Sation

    *Les lettrés mutants maliens enfants égoïstes ingrats bouffeurs impénitents des deniers publics et dons

    Tel le Molosse qui ne peut changer sa déhontée façon de s’asseoir

    Ne peuvent pas et ne pourront jamais et au grand jamais changer leur déhontée façon de se comporter

    L’habitude est une seconde nature qui revient toujours rapidement au galop

    Et pourtant leur Mali croyait bien faire en les envoyant dans les meilleures écoles et universités des Autres aux fins qu’ils soient travailleurs honnêtes qu’ils aient un amour profond pour leur Mali partout où ils se trouvent qu’ils instaurent la démocratie vraie de justice d’égalité de chance de tous les citoyens et citoyennes maliens dont ils ont bénéficié du temps du Mali de l’indépendance du président instituteur homme politique fier honnête ayant un amour profond pour son Mali

    Et qu’ils se comportent d’égal à égal avec les Autres sans complexe pour la défense des intérêts du peuple malien dans cette compétition mondiale économico-politico-militaro-religieuse-raciale où tous les coups sont permis sans aucun état d’âme

    *Nous disons et rappelons Mais Que Non Il y eut plus tôt Leur Mutation Négative Néfaste à jamais et pour toujours pour leur Mali

    • ceux aui sont là représentent qui koumba?
      ils ne sont pas plus maliens que les autres.
      Alors quit à prolonger la transition,elle doit etre conduite par des gens choisis par les maliens.
      c’est tout.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here