Mali : Les députés de la sixième législature exigent leur rétablissement pour la conduite de la transition

8

Près d’un mois après la démission du Président de la République  qui a dissout l’Assemblée nationale, les députés de la sixième législature montent au créneau  pour exiger leur rétablissement et la signature d’un accord  politique de transition avec le CNSP et la Cédéao .

Maliweb.net –  La dissolution de l’Assemblée nationale par l’ex-président de la République Ibrahim Boubacar Keïta, qui a lui-même  déclaré  sa démission, n’est pas du goût  des députés de la 6ème législature. Ils l’ont fait savoir lors d’un point de presse  ce 14 septembre à Bamako.

« Nous condamnons la dissolution de l’Assemblée Nationale et la non constitutionnalité de sa dissolution après la démission forcée du Président de la République »,  a indiqué les députés dans un communiqué lu par l’ex- député de Bourem, Assaïta Haïdara.

Pour ces élus nationaux,  la  dissolution de la sixième législature  n’a aucune base constitutionnelle.    Par souci de continuité constitutionnelle consensuelle et de l’Etat,  ces députés demandent  « aux chefs d’Etats et gouvernement de la CEDEAO et aux membres du CNSP le rétablissement de l’Assemblée Nationale » en évoquant l’accord entre la CEDEAO et le CNRDRE  de Amadou Aya Sanogo qui, selon eux,  a permis  d’annuler la dissolution de l’Assemblée Nationale après le coup d’état de 2012 et aux députés de la 4ème législature de mener une diplomatie parlementaire sans précédent  pour  lever  les sanctions  infligées au  Mali.

Évoquant toujours le rôle que les députés ont joué au retour  à l’ordre constitutionnel,   les ex-élus du peuple  demandent  le rétablissement effectif de la constitution du 25 février 1992  qui stipule qu’en cas de dissolution de l’Assemblée nationale, «  des élections législatives doivent se tenir dans les quarante (40) jours qui suivent le cas échéant aucune dissolution n’est possible. »

Comme conséquence  du non-respect de cette disposition de la loi fondamentale du Mali,  les députés rappellent que le Mali  ne sera plus représenté dans les instances régionales, sous régionales et internationales.  « Le conseil National de la transition proposé dans la charte de la transition ne peut en aucun cas remplacer l’Assemblée Nationale sur le plan sous régional, régional, et international. », préviennent –ils, ajoutant que  « l’adoption d’un accord politique et sociale par l’ensemble des forces politiques et sociales du pays et son approbation par l’assemblée Nationale est nécessaire pour réguler la période transitoire ».  En  tout cas, les députés de la 6éme législature insistent et décident   d’obtenir la réhabilitation  de leur  institution  quid à user des voies judiciaires sur le plan  national, sous -régional et international.  Et enfin, ils  exigent  la libération sans délai du Président de l’Assemblée Nationale, Honorable Moussa Timbiné,  l’ancien  Premier Ministre Dr Boubou Cissé et  tous les détenus.

 

 Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

8 COMMENTAIRES

  1. C pas étonnant des analphabètes réunis. Comprennent pas ce sue disent les textes. Laissez les réfléchir à leur niveau de compréhension.

  2. Il est temps de donner quelques coups de fouets à ces ex-députés sont en grande partie sources des problèmes actuels. il faut vraiment les taire à jamais en les infligeant une correction exemplaire.

  3. 😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂
    Mali : Les députés de la sixième législature exigent leur rétablissement pour la conduite de la transition
    😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂

    ET POURQUOI PAS !

    😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂

    • ALLEZ DONC PLUTOT TENTER DE MANIFESTER ….AU LIEU D EXIGER !
      .MOI QUE VOS REACTIONS FONT MARRER ……OSER MANIFESTER ….CA ME FERAIT RIGOLER UN PEU PLUS !
      😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂

  4. Le CNSP en laissant la parole libre à tous les supporteurs du régime défunt sont certainement entrain de faire des erreurs. Les députés sortants, même s’ils devaient revenir, ce qui n’est pas probable, ce ne serait sûrement pas avec les mêmes émoluments. Ils étaient les enfants gâtés de la nation, amasseurs de fortunes sans rien foutre pour le pays. Un peu la faute au même IBK car c’est en son temps de présidence de l’AN que ces avantages fenominaux ont été votés. Le Mali ne peut plus se faire le luxe de supporter des charges de ce genre.

  5. Le CNSP en laissant la parole libre à tous les supporteurs du régime défunt sont certainement entrain de faire des erreurs. Les députés sortants, même s’ils devaient revenir, ce qui n’est pas probable, ce ne serait sûrement pas avec les mêmes émoluments. Ils étaient les enfants gâtés de la nation, amasseurs de fortunes sans rien foutre pour le pays. Un peu la faute au même IBK car c’est en son temps de présidence l’AN que ces avantages fenominaux ont été votés. Le Mali ne peut plus se faire le luxe de supporter des charges de ce genre.

  6. C’est vraiment le comble !!!! Comment on peut jusqu’à ce niveau faire abstraction de la réalité qu’on vie au profit uniquement de sa position ? Quel nombrilisme !!!
    Comme on le dit, il y a des gens qui ne comprennent un message que quand on leur tape dessus. Certainement ils veulent rejoindre Timbiné dans sa tôle, et là ils comprendront que les choses ont changé.

Répondre à akilibaara Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here