Mali: «Nous sommes dans un pays où il y a des règles établies en matière d’arrestation»

6

Au Mali, plusieurs personnalités sont toujours détenues en dehors de tout cadre légal depuis le coup d’État du 24 mai dernier par le colonel Assimi Goïta, aujourd’hui président de la transition, et des militaires de son entourage.

Depuis ce second putsch, et en dépit de l’engagement qui avait été pris de les libérer, plusieurs hautes personnalités sont toujours privées de leurs libertés. C’est notamment le cas du président et du Premier ministre déchus, respectivement Bah N’Daw et Moctar Ouane. Une situation sur laquelle alerte, une fois encore, l’Association malienne des droits de l’homme (AMDH)

L’AMDH est préoccupée par la mesure de privation de liberté à l’encontre de l’ancien président de la transition Bah N’Daw et du Premier ministre Moctar Ouane, qui sont tous les deux en résidence surveillée, rappelle Drissa Traoré, coordinateur national de l’organisation. Nous sommes également préoccupés par rapport à la détention du général Souleymane Doucouré qui doit être en détention à Kati. Ce n’est pas normal. Nous sommes dans un pays où il y a des règles établies en matière d’arrestation, en matière de détention, mais aussi en matière de procès équitable. Et faute d’infractions légalement établies et reprochées aux intéressés, il est quand même important que les autorités procèdent à leur libération.

C’est d’ailleurs ce que demandent depuis des semaines l’Union africaine, l’Union européenne, les Nations unies et beaucoup d’autres organisations. Pour Drissa Traoré, le Mali doit d’ailleurs également tenir ses engagements internationaux.

Le Mali est aussi signataire de plusieurs conventions internationales, poursuit-il, dans lesquelles il est fortement interdit de détenir illégalement des personnes qu’elles soient civiles ou militaires.

SOURCE: RFI.FR

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. A threat to national security, means to fulfill that threat, demonstration of intentional disregard for laws that empower perpetrating person plus perpetrator unwillingness to sufficiently cooperate with investigation are excess cause to legally hold person but not indefinitely. However person movement may be restricted unto investigation bought to timely end with person held cooperation.
    Taking position writer of article take is position taken with Karim Keita who have stolen hundreds of millions if not billions of US dollars from Malian government. Karim Keita now sit in Ivory Coast under protection of his corrupt government friends in Ivory Coast. He is there being despite he had not cooperated he was released by Malian officials under pretense he would be available plus in Mali.Who want more of that kind of favoritism shown to rich on serious criminal issues? In comparison to seriousness of proposed violation by N’ Saw plus Moctar few extra days of them being in authority custody is minor wrongdoing under law.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  2. LEVONS-NOUS ET SUPPORTONS NOS COLONELS, UN GENERAL EST UN CORROMPU DES CIVILS CORROMPUS JUSQU A LA MOELLE EPINIERE…MALADES MENTAUX NOS CIVIL ARABISES ET FRANCISES!

  3. LES LOIS D AUTRUI APPLIQUEE IDIOTEMENT A SON PEUPLE, C EST PAS POSSIBLE, …LES PSEUDO-INTELLOS, ENEMIS DE LEUR PEUPLE….

    🙂 NE KO FAAMOUYAH BEH KEH WAATI DOUMEH? 🙂

  4. ras bath, Clément dembele, issa kaou djim et bien d’autres ont été détenus quelque part a la sécurité d’état sans jugement et on n’a pas beaucoup entendu Drissa Traoré ni les organisations des droits de l’homme, les droits de l’homme ne sont pas sélectifs, on dénonce une arrestation et on occulte d’autres arrestations

  5. S’ il est vrai qu’ ils ont voulu nommer des généraux à la place de ceux qui ont participé au coup d’ état , alors ils méritent pire que ça ! Ils voulaient que les militaires s’ entretuent en empirant la situation du Mali ! Ce coordinateur est l’ avocat du diable ! Il veut plaire au détriment de l’intérêt national !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here