Paix et réconciliation : Le parti Yelema fait un diagnostic sans complaisance de l’accord de paix

0
Le Premier ministre Moussa Mara : « La riposte du Mali sera à la hauteur de l’agression »
L’ex- Premier ministre Moussa Mara

Selon le président dudit parti, l’ancien Premier ministre, Moussa Mara, l’accord d’Alger est un document majeur pour l’avenir de notre pays. Pour lui, l’accord doit être lu  et compris par tous les Maliens.
Les sympathisants et militants du parti Yélèma,  venus de toutes les régions (excepté bien sûr Kidal) et de l’extérieur, se sont réunis en nombre autour d’un atelier sur le processus de la paix et de la réconciliation nationale. Selon l’ancien Premier ministre et président du parti Yélèma, Moussa Mara, cet atelier participe du principe que le parti Yelema se veut à l’avant-garde des questions nationales. Mais aussi, il s’agissait à travers cet atelier de discuter sans tabou sur le processus de la paix, la réconciliation et sur le document de l’accord d’Alger qui sera signé le 15 mai 2015 par les différentes parties engagées dans les négociations.
« Dès le paraphe du document, le parti Yelema a souhaité organiser à Bamako une telle rencontre. Cet exercice est un exercice classique du parti. Mais aussi, il répond à un vœu des autorités qui veulent qu’il y ait un maximum de communication autour du document d’accord… », a déclaré d’entrée de jeu le président du parti Yelema, Moussa Mara.
Pour l’ancien Premier ministre, il est primordial et plus que nécessaire que tous les Maliens lisent et cherchent à comprendre le contenu du document d’accord que le Gouvernement s’apprête à signer le 15 mai. Cet accord, estime-t-il, est un document majeur pour notre pays.
L’ancien Premier ministre a saisi également l’occasion pour répondre à certains détracteurs de l’accord. Car, indique-t-il, le long processus de la paix et de la réconciliation a été le plus inclusif possible. A cet effet, indique-t-il, ‘’il est difficile de dire que le document est hors sujet. Puisque tout le monde a été associé à son élaboration’’.
La nécessité pour les Maliens de comprendre le document d’accord
Devant ses militants venus de l’intérieur comme de l’extérieur, le président Mara leur a expliqué la nécessité de chercher à comprendre l’accord point par point. A cet effet, il les a exhortés à  lire de long en large le document d’accord afin d’en comprendre les tenants et les aboutissants. « On a entendu tous les commentaires autour du document d’accord. Si vous arriverez à comprendre le document, personne ne vous mènera en bateau », a laissé entendre le Premier ministre Mara. Avant d’ajouter : «  l’accord de paix permettra à notre pays de se remettre durablement debout et d’assumer son rôle de point sensible des questions sécuritaires du sahel ; il traite des questions essentielles qui sont posées à nos gouvernants et à nous tous, citoyens moyens et auxquelles nous devons contribuer à répondre, en nous engageant dans son application, chacun en la place qui est la sienne… ».
Des solutions innovantes
Cet atelier d’une importance capitale a permis au président du parti Yelema, Moussa Mara, d’expliquer de manière succincte le document d’Alger. Pour l’ancien Premier ministre, l’accord de paix et de réconciliation propose des solutions innovantes et quelques fois radicales pour faire sortir le Mali des difficultés. « Ces solutions touchent à tous les aspects de la crise et méritent d’être bien analysées, pour pouvoir être mises en œuvre avec le maximum de chances de succès », a-t-il expliqué.
L’ex Pm Mara s’est prêté à l’exercice d’expliquer certains articles très importants de l’accord et sur le processus de la régionalisation en cours au Mali. Après son exposé, l’assistance a eu droit à poser des questions sur le processus de paix et de réconciliation et sur l’accord. Moussa Mara s’est éver tué à y répondre de manière satisfaisante.
En définitive, cet atelier d’une importance capitale sur le processus de la paix et de la réconciliation nationale a permis aux délégués du parti Yelema (venus de tous les horizons) de comprendre son contenu..
Badra Aliou

Commentaires via Facebook :

PARTAGER