Révision des listes Electorales : Les citoyens boudent l’opération

0

Dans le souci du bon déroulement des élections générales de 2012, le gouvernement du Mali à travers le Ministère de l’Administration Territorial et des Collectivités Locales et la  Délégation Générale des Elections(DGE) ont mis en place des commissions de révision des listes électorales dans l’ensemble des mairies, des régions et cercles ainsi que dans les Ambassades et les Consulat. Les révisions proprement dites ont débuté le 1er octobre dernier  jusqu’au 31 du même mois. La seconde phase qui est celle des réclamations vient de débuter. Elle prendra fin le 20 nombre prochain. Reportage.

Notre équipe de reportage a sillonné les six communes du District de Bamako pour se rendre compte de l’état d’avancement de la révision des listes électorales.

En Commune I et plus précisément à la maire, M. Mamadou Koné, président de la commission   dira que « du 1er octobre au 31 octobre, il y a eu10274 inscrits dont la majorité est composée de jeunes qui sont nés  1994. S’agissant de la radiation, il y a eu 358 et les corrections sont de 54.  Concernant les difficultés, elles en manquent pas. Au point de vue mobilisation des citoyens, le Président Koné se dit satisfait.

Commune II du District de Bamako

Ici, M. Bakary Traoré président de la commission de révision a parlé de 4710 inscrits ; 50 000 carte non enlevées. Concernant les radiations dans l’ensemble des 12 quartiers de la commune II, c’est le quartier N’Gomie seulement qui est radié pour le moment. Pour terminer il a beaucoup apprécie ses éléments pour leur qualité de travail et a lancé un appel à l’endroit de la population afin qu’elle sorte massivement pour remplir leur devoir de citoyenneté.

Commune III

Pour M. Samba Fofana, président de la commission de révision de la commune III du district de Bamako, les nouveaux inscrits sont au nombre de 1993, les cartes non retirées sont de 45 000. S’agissant des difficultés, l’absence des représentants des partis politiques a été signalée.

Commune IV

Le même constat s’impose. Les citoyens ne se bousculent pas pour s’inscrire sur els listes électorales.

Commune V

D’entrée, M. Lassine Dembélé, Président de la commission de révision de la commune V du district de Bamako, déballe  4103 inscrits, 27 transferts ainsi qu’autres inscrits au nombre de 460,  49 radiations 49 et 17 corrections.

Commune VI

Ici, M. Siaka Koné et son équipe à la date du 31 octobre ont pu inscrire malgré la réticence des citoyens à venir s’acquitter de leur devoir citoyen, 8809 ; radiés 130 personnes qui sont quitté la commune VI ; et corrigés 261 noms. Avec une équipe 48 personnes dont 23 sont désignés par le département de l’Administration Territoriale, 25 par els partis politiques, ces résultats ont été atteint à en croire M. Koné, grâce à la formation qui a été dispensée aux délégués les du 1er au 3 octobre. Et le président Koné d’ajouter qu’après cette première phase d’inscription sur els listes électorales, la seconde va du 1er au 20 novembre consiste à corriger les noms par des réclamations. Il a aussi déplorés le manque de sensibilisation des citoyens par rapport ces révisions spéciales des listes électorales pour els quelles le rôle des partis politiques demeure fondamental. Ce qui n’est pas le cas même s’ils bénéficient de l’aide publique de la part de l’Etat.

Il faut rappeler que si le RACE de 2001 a permis de recenser 5793 personnes en âge de voter, avec l’opération actuelle la barre des 9 000 risque d’être dépassée. En commune VI, précise le président Siaka Koné, l’opération actuelle va augmenter, le chiffre de 212 124 électeurs. Mais une inquiétude demeure c’est que 128 474 carte d’électeurs sur 186 057cartes demeuraient non enlevées avant cette opération de révision spéciales des listes électorales. Enfin, sur 30 partis, cinq étaient absents dont le PDS, le PDRPM, l’UFM, le PDA et le FAMA. Ajouter à cela le manque de civisme de nos compatriotes, il y a de fortes chances que le taux de vote ne se rabaisse encore.

A la Direction Générale aux Elections (DGE), la rétention de l’information est de mise malgré toutes les tentatives de rencontrer le Général Siaka ou son adjoint. Ils sont devenus introuvables. Que cachent-ils ?

A quoi jouent-ils ?

La balle est dans leur camp. En tout cas, ce n’est pas en faisant une fuite en avant qu’on convaincra les maliens à aller s’inscrire. Une structure comme la DGE qui est censée donner toutes les informations à cette importante opération. Dommage!

Aliou M Touré

Commentaires via Facebook :

PARTAGER