Ségou : Le Cnid/Fyt à la rencontre des militants

0

Le Congrès national d’initiative démocratique (Cnid/Fyt) a délocalisé son 6e congrès statutaire à Ségou pour aller à la rencontre des militants de la Cité des Balanzans qui ont tout donné à ce parti.

 

Après mai 2011, le Congrès national d’initiative démocratique (Cnid/Fyt) a tenu du 19 au 20 décembre 2015, son 6e congrès ordinaire à Ségou. Statutaire, ce congrès a plutôt été dominé par les sujets d’actualité, notamment l’accord pour la paix et la réconciliation issu du Processus d’Alger, la sécurité, l’engage dans la mouvance présidentielle et le compte-rendu des activités menées par le comité exécutif national ces quatre dernières années.

Le président de la section Cnid de Ségou, Mamadou Niang, a précisé que la tenue du congrès des centristes dans la ville de Ségou est un engagement du bureau politique national pour être plus proche des militants. Cette première expérience, qui a été une réussite, sera dans toutes les villes du Mali. Il est une opportunité pour les militants de s’approprier sur les textes et règlements intérieurs du parti, a-t-il affirmé.

Le président du parti, Me MountagaTall a souligné que depuis le dernier congrès, beaucoup d’évènements se sont passés dans notre pays et les questions relatives à la sécurité, à la paix, à la réconciliation ont été plus que jamais d’actualités.

“Avec d’autres partis politiques et d’organisation de la société civile, le Cnid a créé la Convergence pour sauver le Mali. Objectif : concilier deux courants dont les points de vues étaient extrêmement opposés. Il s’agit du Front uni pour la sauvegarde de la République et de la démocratie (FUDR) et la Coordination des organisations patriotiques du Mali (Copam).  Le Cnid est comptable du bilan de la transition. Ce combat est en droite ligne avec notre leitmotiv qui est de prouver que nous pouvons pour un temps oublier nos agendas et ambitions et penser Mali et agir Mali”, a-t-il expliqué.

Pour préserver les acquis de l’accord, le président Cnid, Me MountagaTall dira que la lutte contre les attaques des groupes jihadistes constitue des défis majeurs auxquels le pays reste confronté. “Les Maliens ne doivent en aucun cas accepter d’être le sanctuaires pour des intégristes religieux”, a-t-il souhaité. Et de conclure que le Cnid contribue aux actions de la majorité par son appartenance à la Convention des partis politiques de la majorité présidentielle.

Bréhima Sogoba

PARTAGER