Situation sécuritaire, politique, méchanceté et haine envers SBM : Pourquoi IBK doit refuser son limogeage

10

Depuis plusieurs mois, l’opposition politique qui avait mordu la poussière à la faveur de la dernière présidentielle,  peine à digérer sa défaite. Dans la foulée, elle a appelé à la démission du Premier ministre Soumeylou Boubèye Maiga, considéré comme le maître d’œuvre de la victoire du président sortant.

Des religieux, qui avaient appelé à voter contre IBK, étaient déçus des résultats obtenus par leurs candidats, au premier et au second tours.  Résultat : ils sont entrés en opposition ouverte contre le régime, avec des déclarations dénonçant « la mauvaise gouvernance du pays ». Pour manifester leur hostilité au pouvoir, les chefs religieux (l’Imam Mahamoud Dicko et le Chérif de Nioro) ont réussi une démonstration de force, le 10 février dernier, au stade du 26 Mars, en mobilisant l’opposition politique en perte de vitesse,  des associations religieuses, des syndicats, des étudiants, et bien sûr des chômeurs de la Républiquedans un rassemblement censé être un meeting de bénédiction pour le pays.

Devant ce beau monde, le meeting convoqué pour faire des bénédictions pour le pays s’est mué en forum politique. C’est ainsi que l’Imam wahabite a réclamé le départ du Premier ministre SoumeylouBoubèyeMaiga. Sans pour autant donner les griefs qui militent en faveur de cette doléance.

IBK, un homme qui n’accepte pas qu’on le trimbale, n’a pas donné une suite favorable à cette revendication. Entre temps Ogossagou est intervenu avec plus de 150 morts. Une aubaine pour les acteurs hybrides (religieux transformés en politiques) pour exiger encore la démission du Chef du gouvernement, à la faveur d’une marche gigantesque, le vendredi 5 avril dernier. Ils entendent remettre ça, tant que Boubèye demeure à la Primature. Pour l’instant, il y est. La marche projetée ce vendredi est suspendue, en raison des pourparlers engagés avec le chef de l’Etat.

En réalité, Boubèye n’a rien fait de mal. Il est victime de méchanceté politique qui frise la haine. En effet, on veut lui faire porter une responsabilité qui est au-dessus de la capacité du pays, à savoir la lutte contre le terrorisme. Le Premier ministre, avec les moyens dont dispose le pays, a fait de son mieux, en initiant un plan de sécurisation du centre, en ymultipliant  les missions. Tous les esprits avisés savent que la lutte contre le terrorisme a besoin à la fois, du temps, des moyens, des hommes et surtout de l’engagement de tous.

Le gouvernement a multiplié les recrutements, équipé les Forces armées et de sécurité, fait adopter une loi pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail, afin de faire face au danger. Il ne revient donc pas à SoumeylouBoubèyeMaiga d’aller sur le terrain pour combattre l’ennemi. Suivez mon regard. Le discours populiste dans un milieu fragile fait croire que si le locataire de la Primature s’en va, le problème serait résolu. Ce qui est faux et archifaux. Sur quel argument se fonde cette aberration ? Allez y savoir.

Certains veulent la tête de Boubèye parce qu’il est un véritable homme d’Etat, qui s’oppose à des intérêts mesquins, égoïstes. Sa présence à la Primature fait obstacle à des ambitions politiques. Ils veulent donc l’abattre pour assouvir leur dessein inavoué. Ils veulent aussi l’abattre pour atteindre IBK pour la bonne raison qu’il a toujours accepté d’aller au charbon, de prendre les coups, de sauvegarder la première Institution du Mali contre vents et marées, pour la bonne marche du pays.

Toutes les initiatives prises par l’opposition et les acteurs hybrides pour déstabiliser le régime n’ont pas donné les résultats escomptés.

La dernière trouvaille consiste à déposer une motion de censure contre le gouvernement à l’Assemblée Nationale. Si elle devrait y avoir, ça serait ce jeudi 11 avril, conformément à l’article 96 du règlement intérieur de cette Institution. Il stipule : «  le dépôt des motions de censure est constaté par la remise au président de l’Assemblée nationale, au cours d’une séance publique d’un document portant l’intitule « Motion de Censure » suivi de la liste des signatures d’au moins un dixième (1/10) des membres de l’Assemblée nationale… La Conférence des présidents fixe la date de discussions des motions de censure qui doit avoir lieu au plus tard le troisième jour de séance suivant le jour du dépôt… L’adoption d’une motion de censure à la majorité des 2/3 des membres composant l’Assemblée nationale entraine automatiquement la démission du gouvernement ».

L’URD, initiatrice de la motion, qui pourrait probablement être déposée demain, est loin d’avoir les 2/3 des députés pour faire tomber le gouvernement. Elle compte sur des mécontents du parti majoritaire (RPM) ou de la mouvance présidentielle pour réussir cette aventure.

En raison des informations que nous détenons, tout laisse à croire qu’une éventuelle motion de censure ne passera pas, que la mouvance présidentielle ne trahira pas.

L’initiative du départ du Premier ministre reste au président de la République, Ibrahim Boubacar Keita. Dans le contexte actuel, il sait qu’il y a une forte nécessité de renforcer la cohésion au sein de la majorité présidentielle. Celle-ci doit être soudée pour mener à bien la réforme constitutionnelle qui est l’élément le plus important de la communauté internationale. En cas de faillite politique, c’est-à-dire l’incapacité de la classe politique à mener la révision d’ici fin juin, le mandat de la MINUSMA ne sera certainement pas renouvelé. Les USA avaient déjà menacé et demeurent réfractaires à un nouveau mandat. Dans cette optique, le nord du pays sera délaissé de ses bases MINUSMA, (disparition d’une force de dissuasion). Cela sera hautement préjudiciable pour la paix et la sécurité. Place donc aux groupes terroristes et narcotrafics.

Barkhane sera aussi affaiblie et ne pourra plus se concentrer sur le centre comme prévu actuellement. Le G5 Sahel, sans la présence actuelle de la MINUSMA, ne pourra nullement être opérationnelle. Que dire des FAMAS ? Elles seront aussi affaiblies.

C’est pourquoi, les Maliens doivent faire l’union sacrée autour de SoumeylouBoubèyeMaiga pour réussir le scrutin référendaire. Le cas contraire, l’échec pourrait être au rendez-vous et c’est bien le Mali qui perd. Le pire est donc à craindre. Ce qui est sûr, ce que Boubèye partira un jour ou l’autre. Mais aujourd’hui ce n’est ni le moment ni la manière. Que Dieu sauve le Mali !

El Hadj ChahanaTakiou

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

10 COMMENTAIRES

  1. Le départ des forces étrangères et la chute de IBK arrangent Dicko and co. Parce que sans nul doute le Mali tombera entre les mains des djihadoterroristes avec lesquels il est en accointances depuis fort longtemps et il sera leur PM à défaut d’être leur PR. Allah ko tè. Fanga gnini dé do. Donc chacun a son agenda. Il y a ceux qui marchent pour l’amour du pays, très sincèrement, il y a les vaincus politiques qui ne cherchent que le départ de IBK, et cela même si le pays doit cramer, il y a des analphabètes en mal de repère, il y a les enseignants et autres fonctionaires aigris et incompétents qui cherchent tout bêtement à résoudre leurs problèmes par cette voie.
    Les plus dangereux sont ces politi-chiens et les “religieux” fanga gninina, ambassadeurs de Iyad. Quand on parle de cheval de Troie, il s’agit des derniers, n’en déplaise aux dickoistes. Malheureusement IBK et ses hommes ne font rien de logique pour bien gérer la situation, incompétents qu’ils sont. Que Dieu assiste le Mali.

  2. Faites la sourde oreille, vous récolterez les conséquences.
    Un vent moins violent que celui qui souffle actuellement sur Bamako a fait partir Moussa Traore et ATT. IBK semble incapable de retenir les leçons de l’histoire contemporaine du Mali.
    A bon entendeur salut

  3. “…le nord du pays sera délaissé de ses bases MINUSMA, (disparition d’une force de dissuasion). Cela sera hautement préjudiciable pour la paix et la sécurité. Place donc aux groupes terroristes et narcotrafics.”
    DANS CE CAS , CELA FACILITERA LE TRAVAIL DE L’ARMEE MALIENNE POUR RECUPER TOUT LE TERRITOIRE.

  4. “..En cas de faillite politique, c’est-à-dire l’incapacité de la classe politique ????? à mener la révision d’ici fin juin, le mandat de la MINUSMA ne sera certainement pas renouvelé….”
    POURQUOI BLAMER TOUTE LA CLASSE POLITIQUE POUR UNE CARENCE DU GOUVERNEMENT? QUAND IL Y A DES LAUREATS A DECLARER ON SE L’APPROPRIE, MAIS QUAND CA RATE, ON CHERCHE BOUC EMISSAIRE.
    SI VOUS VOULLEZ QUE LES PARTIS POLITIQUES SOIENT “RESPONSABLE” DE LA REFORME CONSTITUTIONNELLE, LAISSER LEUR L’INITIATIVE DE CETTE, REFORME.
    SINON LE GOUVERNEMENT NE PEUT PAS SE “CHARGER’ DE CETTE REFORME ET BLAMER LES PARTIS POLITIQUES QUAND CA RATE…

  5. “…En effet, on veut lui faire porter une responsabilité qui est au-dessus de la capacité du pays, à savoir la lutte contre le terrorisme. Le Premier ministre, avec les moyens dont dispose le pays, a fait de son mieux, en initiant un plan de sécurisation du centre, en ymultipliant les missions….”
    ALORS POUR TOI, PERSONNE N’EST RESPONSABLE DE LA SITUATION AU CENTRE? ET POURTANT JUSQU’EN 2013 ET 2014, ON NE PARLAIT PAS DU CENTRE EN TANT EPICENTRE DE LA LUTTE CONTRE LE DJIHADISME. QUI A DONC LAISSE LA SITUATION POURRIR JUSQU’A CE POINT…
    _ OGOSSAO RELEVE DE LA RESPONSABILITE DU PM SMB
    _ IBK EST RESPONSABLE DU POURRISSEMENT AU CENTRE. IL COMPLOTE AVEC LES REBELLES POUR DIVISER LE MALI A PARTIR DU CENTRE.. IL EST TEMPS QU’ON LE CHASSE…

  6. “…IBK, un homme qui n’accepte pas qu’on le trimbale,…” ?? HUM Tu reves.. IL A ETE TRIMBALE , HUMILIE ET TOUT LE MALI AVEC PAR LES REBELLES, TES MAITRES… AUJOURD’HUI, QUAND LES REBELLES TOUSSENT SE MET A GENOU DEVANT EUX EN LES IMPLORANT D’EPARGNER SON POUVOIR…

  7. Mr TAKIOU tu fais une belle analyse de la situation ! les malheureux ki veulent le depart de SEM SBM ne savent pas que SBM est le meilleur PM que le Mali n’a jamais eu car il est arrivé en des moments très difficiles et il faut etre stratège pour y faire face !!

  8. Chahana Takiou l’avocat du diable oublie que même des personnalités importantes du pouvoir ont demandé le départ de ce gouvernement.
    Ce qui est incompréhensible, c’est de voir un journaliste s’afficher sans aucune logique derrière le pouvoir et des hommes politiques aveuglement. Faute de changer de veste lorsque ces hommes ne seront plus la.

  9. Une révision constitutionnelle n’est vraiment pas une priorité du moment au Mali. Un dialogue politique réunissant les tous les acteurs sociopolitiques est une urgence. Pourquoi le pouvoir refuse t-il d’organiser cette assise nationale avant une hypothétique révision constitutionnelle rien que pour satisfaire les caprices des séparatistes de l’Adrar et ses partenaires internationaux. Merci !

  10. IBK s’est endossé sur trois forces pour accéder à KOULOUBA :son parti politique conduit par TRETA,les religieux conduits par Dicko et les putschistes conduits par SANOGO.
    Tous ces soutiens ont toujours été contre SOUMEYLOU BOUBEYE MAIGA,en plus des MOUSSAISTES qui sont dans les allées du pouvoir.
    Malgré les rejets des piliers de son régime IBK a nommé SBM premier ministre après l’avoir jeté comme un mal propre sous la pression de ces mêmes soutiens
    IBK est il le véritable initiateur de la nomination de SBM?
    SBM n’est il pas le VRAI détenteur du pouvoir après les dernières élections présidentielles ?
    On sait qu’ IBK dirige ce pays sous l’autorité de la France depuis la débâcle de kidal à partir de laquelle,il a été obligé de recevoir ceux qu’ il a toujours refusés de recevoir tant qu’ ils sont armés.
    Au Nord,les éléments de la France dictent leurs souhaits à IBK,au Sud SBM est un élément de la France qui s’impose à notre président.
    IBK EST PRIS EN OTAGE POUR EXÉCUTER LES INSTRUCTIONS DE LA FRANCE.
    Il est pris en otage parce qu’il est sale à cause de son amitié avec TOMI.
    SBM dicte tout à IBK.
    Les comportements tactiques de rencontrer le chef de fil de l’opposition après le meeting du 10 février et les rencontres des chefs religieux après la grande marche du 5 mars viennent de lui.
    Il agit pour désarmocer les contestations contre sa personne.
    Peut il réussir?
    Il est le pion principal de la France au sud.Il doit succéder à IBK pour que la France puisse continuer à appliquer son plan savamment élaboré depuis qu’ ATT exerce.
    Le départ de SBM est un échec pour la France et un risque pour le régime d’Ibk et le CLAN autour.
    C’est pourquoi les ENNEMIS d’Ibk et anciens alliés accentuent leurs attaques sur SBM.
    IBK n’a pas d’autres choix que de manœuvrer pour satisfaire ses anciens alliés tout en gardant SBM.
    C’est ce manoeuvre qui est en cours.
    Le griot takiou chahana y participe.
    La réussite du départ de SBM va provoquer une transition politique et le départ des forces internationales .
    C’est pourquoi pour la France,il ne doit pas partir.
    OSER LUTTER ,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here