URD : L’implosion annoncée différée par Salikou Sanogo ?

0

L’Urd prolonge le suspense sur le choix de son porte-drapeau à la prochaine présidentielle au risque d’élargir le fossé entre les héritiers et les «opportunistes».

 Contrairement à ce qui était annoncé dans le camp de certains candidats à l’investiture du parti, la question du choix du candidat à la prochaine présidentielle n’était pas à l’ordre du jour de la 10e conférence statutaire de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) organisée samedi dernier (23 octobre 2021) au Palais de la culture de Bamako. Celui-ci (ordre du jour) portait sur l’adoption du rapport d’activités du bureau exécutif national et le remembrement du parti.

«Camarades, ce jour est aussi paradoxalement un jour d’espoir, tant l’homme (Soumaïla Cissé) de là où il nous observe, se réjouit de voir son parti reprendre sa marche en avant, à travers l’organisation de cette 10e conférence statutaire qui nous vaut d’être réunis, ensemble, aujourd’hui», a déclaré le 1er vice-président de l’URD, Pr. Salikou Sanogo, dans son discours d’ouverture. Après avoir assuré l’intérim de feu Soumaïla Cissé, il a été élu à «l’unanimité» président de l’URD à l’issue de cette10e conférence nationale.

Annoncée comme celle qui doit clarifier le choix du candidat pour la prochaine présidentielle, n’a pas ouvertement abordé la question. Mais, difficile d’occulter un sujet qui continue de diviser les cadres et les militants  au point que certains ont tenté de l’imposer aux conférenciers par le forceps. «C’est dans l’union sacrée autour du candidat que le parti choisira que nous pourrons gagner les élections présidentielles à venir», s’est contenté de rappeler le Pr. Sanogo qui a finalement réussi à tempérer l’ardeur des uns et des autres.

Donc le suspense continue quant au choix du porte-drapeau du parti de feu Soumaïla Cissé au prochain scrutin présidentiel.  Et cela au risque d’approfondir le fossé qui sépare les différents camps, donc de compromettre l’unité et la cohésion dont le parti a besoin pour espérer conquérir prochainement le pouvoir exécutif. Il est clair que les partisans de l’un des candidats n’ont pas intérêt à une longue attente d’autant plus que les rumeurs d’un prochain mandat d’arrêt international, donc de poursuites judiciaires, contre leur Joker se font de plus en plus persistantes. Et si elles se confirmaient, cela le disqualifierait d’office de la course à l’investiture du parti. Et visiblement c’est le Bureau exécutif national (BEN) a pris la décision de retarder les choses pour ne pas se retrouver avec un candidat par exemple empêtré dans des dossiers judiciaires.

Un choix judicieux, mais il faudra compter avec la fronde de ceux qui ont adhéré au parti juste pour s’adosser à une puissance électorale afin de réaliser leur ambition. «Malgré le refus de Salikou de procéder au vote, une motion de la conférence à convoquer un congrès extraordinaire le 14 novembre avec Abdoul Wahab Berthé comme mandataire pour l’organiser», aurait confié un cadre du parti à un confrère.

«Les projets des motions et des résolutions proposées ont été adoptés. Mais, celle qui sollicitait l’organisation d’un congrès extraordinaire a été rejetée majoritairement par les participants. Donc le prochain congrès se tiendra en 2024», a assuré sur sa page Facebook Moussa Sey Diallo, élu municipal en commune I et membre du BEN. Et de renchérir, «l’URD a bien tenu sa 10e conférence nationale statutaire ordinaire ce samedi 23 octobre 2021. Il n’y a pas eu de conférence nationale extraordinaire, il n’y aura pas de congrès extraordinaire. Place maintenant à la candidature dont le processus est enclenché… Le choix sera probablement fait en décembre» !

Comme on le constate les héritiers de feu Soumaïla Cissé, les vrais et les «opportunistes», sont loin d’être sur la même longueur d’onde. Mais comme l’a dit notre consoeur Awa Sylla Magassouba en observatrice avertie, «en politique la stratégie n’est pas de créer des fronts, mais de rassembler tout le monde autour d’un idéal commun». Aux uns et aux autres d’y réfléchir puisque c’est exactement à cela qu’était parvenu le regretté président Cissé pour faire de l’URD une force politique incontournable au Mali !

Naby

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here