Après sa réélection ATT : ATT victime de spéculations commerciales

0

Depuis quelques jours, une question de faux pagnes à l’effigie d’ATT agite les milieux maliens du commerce et de l’industrie. Et si le problème n’a pas débouché sur le début d’une action judiciaire, c’est tout simplement parce que le locataire de Koulouba n’a pas désiré trop tirer sur la corde.rn

Très imaginatif, en effet, le commerçant Dioncounda Lah de Ségou allait réaliser l’un des profits les plus substantiels des élections générales de 2007. En intelligence vraisemblablement avec le Directeur commercial de la COMATEX-SA, il était l’auteur d’une commande de plusieurs dizaines de balles de tissus frappés à l’effigie du chef de l’État nouvellement réélu et qui comportaient des slogans laudateurs du genre ‘Le soleil de ATT’, ‘Investiture ATT’. Mais à peine leur écoulement entamé, les marchandises ont dû être retirées du marché sur instruction des autorités indiquées pour ce faire. Interrogé par non soins, M. Harouna Cissé, directeur de campagne du candidat vainqueur de la présidentielle 2007, reconnaît avoir personnellement émis un avis défavorable.

rn

Avait-il également attiré l’attention des spéculateurs commerciaux sur l’illégalité dont procède la confection de pagnes sans l’agrément du couple présidentiel ? Toujours est-il que 32 des 34 balles de tissus que le commerçant a perçues de la COMATEX font l’objet de mesure conservatoire dans ses magasins. La quantité de la commande est apparemment beaucoup plus importante car le Directeur commercial de l’entreprise, interrogé par qui de droit en même temps que le commerçant, impute à une simple erreur un surplus de 200 balles en sus de la commande passé par son partenaire.

rn

Les deux personnalités citées ne sont pas les seules interrogées par les autorités chargées de voir clair dans cette exploitation commerciale abusive de l’image présidentielle, à quelques encablures de son investiture. Au nombre des célébrités interpellées figurent le DG de la COMATEX-SA en personne, lequel avait laissé entendre que la spéculation lui est passée par-dessus la tête. Et à la différence des autres le Chinois Wu Sheng Gen est excusable d’avoir immédiatement enjoint à son directeur commercial d’arrêter la confection des tissus frauduleux.

rn

Les deux personnages fautifs répondront-ils du délit de production et vente illicites de pagnes à l’effigie de la plus haute autorité ? Depuis le lundi dernier, Dioncounda Lah et Amadou Bakary Coulibaly devaient en principe comparaître devant le Procureur de la Commune III. Mais l’affaire, selon toute évidence, est appelée à s’éteindre comme feu de paille à cause de la magnanimité d’un président du président de la République très sensible à la situation de fautifs qui se confondent en excuses depuis leur interpellation.                                

rn

    rn

  1. Keïta
  2. rn

rn

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER