Presse de bas étage au Mali: La colère de la pègre !

3

“L’inter de Bamako”, c’est le nom que porte ce journal que nous qualifions comme tel pour le respect que nous avons pour cette Dame qui a osé tenté l’aventure, là où nombre d’hommes ont échoué.

Hélas, notre consœur, vient de céder au zèle d’un de ses journalistes de la 25ème heures, un gros et gras “Sow” qui, certainement pour justifier ses tartines s’en est pris au directeur du journal 26 Mars, il y a quelques jours.

Le pauvre, Yoro Sow a en effet fait usage de tout son médiocre “talent” de rédacteur pour tenter de discréditer le Directeur  du journal 26 Mars, au motif que celui-ci avait dénoncé dans son édition du 15 octobre 2012, les amalgames et les irresponsabilités de cette “Presse” qui fait honte à la profession.

Il s’agit de cette pègre qui lançait, il y a trois semaines un “SOS” en faveur du journal les Echos qui serait entrain de mourir, faute d’argent et de cette autre du même genre qui a annoncé aux nécrophages que l’ancien Président de la République du Mali Alpha Oumar Konaré était devenu un paralytique.

Depuis quand, les journalistes de la 25ème heure, sont-ils devenus des chercheurs de fonds pour aider des “confrères” en difficulté ?

D’où tirent-ils cette “information” selon laquelle Alpha serait paralysé ?

Simplement de leurs hallucinations machiavéliques.

Ils sont vraiment capables de tout, surtout du pire, ces parias de la presse malienne.

Sur un tout autre plan, Yoro Sow, indique que le Directeur de 26 Mars est “un camera man”. De quoi faire rire un… âne.

A son attention, nous lui précisons que Boubacar Sankaré est titulaire d’un DEA en journalisme (avec mention Excellent) de l’Université de Santiago de Cuba depuis 1987.

Il est aussi, Sankaré, le doyen (pas le plus vieux) des journalistes professionnels de la presse privée Malienne.

Que se taisent donc les cancres !

“A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire”, disait  Pierre Corneille.

M. Yoro Sow n’est ni de taille, ni de poids à livrer une bataille contre 26 Mars.

Pour finir, que sache M. Sow que jamais à 26 Mars, le Directeur n’a partagé un seul centime avec ses rédacteurs. Contrairement aux autres de cette Presse pourrie qui ne vivent que de l’argent de la corruption qu’ils partagent au quotidien avec les opportunistes et mercenaires utilisés pour les basses besognes.

A propos de la gestion de 26 Mars, son  directeur a le droit de la confier à qui il veut.

Même rentrés par effraction dans le métier de journalisme, les misérables doivent s’abstenir de se mêler de ce qui ne les regarde pas. Sinon, ils courront le risque de se faire dénuder.

 

Boubacar Sankaré

Directeur de publication 

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. “nous avons pour cette Dame qui a osé tenté l’aventure, là où nombre d’hommes ont échoué.” Sans me mêler de ce qui ne me regarde pas, ces propos sentent la mysoginie! Ce n’est pas parce que les Hommes ont échoué que les femmes ne peuvent pas réussir! :mrgreen: 😆 👿

  2. Les journalistes aussi se déchirent ???? Au sein de l’armée on se déchire !!!! Au sein des politiques on se déchire !!! Au sein des musulmans du HCI on se déchire !!! Sur les forums on se déchire !!! Au sein du gouvernement on se déchire il parait, selon des journalistes présents dans la salle du conseil des ministres « ils apportent même les phrases tenues par les ministres avec les virgules qui vont avec » !!!! Hummmmmmmmmmmmmm… quels sont les vrais objectifs de ce pays même dans tout ça ???? Des querelles de personnes insensées !!! C’est ça la démocratie non ??? Ok cool, bon courage hein…. Tant qu’on ne se contribue pas, on n’avance pas !!! Même en période de crise dans le pays !!! Oui oui j’oubliais, c’est une loi de la nature le fait de se contredire !!! Que des bobards à longueur de journée….. 👿 👿 👿

    • C’est la geurre entre les frères Sow et Sankaré( fils de la femme peulh)

Comments are closed.