Célébration de la journée internationale de tolérance zéro aux MGF : Le village de Faraba à l’honneur

0

Le 6 février désormais institué, Journée internationale de tolérance zéro aux Mutilations génitales féminines (MGF) est célébré chaque année dans le monde entier. Notre pays n’est pas resté en marge de cette célébration.  A travers le ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, en collaboration avec ses partenaires  financiers a  rendu visible cette journée. C’était le week-end dernier au village de Faraba, dans la commune rurale du Mandé, sous le thème : « Prévention et réponse aux violences faites aux femmes et aux filles au Mali 2018-2022 ».

Après les mots de bienvenue du chef de village et ceux du maire de ladite commune, la présidente de l’ONG COFESFA a intervenu pour  décrire les actions engagées sur le terrain. Celles-ci sont entreprises à la faveur d’un abandon définitif de la pratique des mutilations génitales féminines. Selon la présidente de cette ONG présente sur le terrain, des avancées notoires ont été enregistrées dans ce sens, grâce à la discontinuité de la sensibilisation. Elle a profité pour faire un plaidoyer par lequel, il faut s’unir et traduire en actions concrètes les décisions politiques prises pour un abandon de cette pratique.

La représentante résident de l’UNICEF au Mali, Mme Sylvie Fouet, au nom du système des Nations Unies a reconnu les efforts des plus hautes autorités du pays dans ce combat. Ceux-ci sont en train de porter fruit avec la signature d’une convention d’abandon par des exciseuses. Ainsi, des centaines de village ont apposé leurs signatures sur ce document.

Quant à SEM. Barth Ouvry de l’Union Européenne au Mali, cette célébration matérialise les engagements pris  par les autorités maliennes  au Plan international. Ceux-ci visent à promouvoir les droits des femmes en général et ceux de la petite fille en particulier. L’ambassadeur a également  demandé de mettre en place un cadre législatif qui doit être  un outil protecteur pour la junte féminine.

Représentant Mme le ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Chiaka Magassa, en qualité de secrétaire général dudit département, dira qu’il ressort d’une enquête effectuée par l’EDS en 2018, donnant la situation suivante. Ainsi, 73% des filles de 0 à 14 ans et 89% des femmes de 15 à 49 ans ont été excisées. A celle-ci s’ajoutent : 76% des filles ayant subi les MGF/E avant l’âge de 5ans ; 45% des femmes de 15 à 49 ans ont subi des actes des violences physique ou sexuelle etc.

Tout en saluant l’initiative « Spotlight », le représentant du ministre a laissé entendre que l’année 2020 a été particulièrement riche en activités. Celles-ci ont été matérialisées par : l’information, la sensibilisation, le plaidoyer, le renforcement des capacités,  la prise en charge des conséquences des MGF.

A noter que cette célébration a été mise à profit pour donner 1000 kits de dignité aux Zone Stop center des régions de Ségou, Sikasso, Koulikoro et le district de Bamako. Ils ont été offerts par l’UNFPA, dont le représentant résident, Dr Eugène Kongnywy a eu le plaisir de remettre au secrétaire général du ministère Chiaka Magassa.

Envoyé spécial

Diakalia M Dembélé

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here