La directrice de l’Unité de Coordination du Partenariat de Ouaga à propos de la 4e réunion annuelle du Partenariat de Ouagadougou : «Le cap d’un million d’utilisatrice supplémentaire de méthodes modernes de contraception dépassé»

0

De 3 millions d’utilisatrices les neufs pays d’Afrique  francophones  que compose  le partenariat de Ouagadougou ont pu atteindre  de 2011 à 2015,  1,800  million d’utilisatrices supplémentaires de méthodes modernes de contraception de femmes âgées de 15 à 49 ans. Cela a été rendu possible a affirmé Mme Sy grâce à des interventions à haut impact   à savoir l’élaboration et la budgétisation des plans d’action du Bénin, le Burkina Faso, la Guinée, la Cote d’Ivoire le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Togo. Elle  l’a fait savoir en prélude à la cérémonie d’ouverture de la rencontre qui se tient à Cotonou depuis le  9 décembre.

Avec comme  mission de  coordonner les efforts et partager les connaissances dans toute la région, l’Unité du Partenariat de Ouagadougou  avait fixé l’objectif d’atteindre un million d’utilisatrices supplémentaires de méthodes de contraception modernes en 2015. Ce chiffre a été largement atteint.

La bonne nouvelle a été annoncée   par la Directrice de l’Unité de Coordination du Partenariat de Ouagadougou, Mme Fatima Sy lors de sa présentation sur les progrès réalisés dans le cadre de la mise en œuvre des activités. De 3 millions d’Utilisatrices les neufs pays d’Afrique  francophones  que compose  le partenariat de Ouagadougou ont pu atteindre  de 2011 à 2015,  1,800  million d’utilisatrices supplémentaires de méthodes modernes de contraception de femmes âgées de 15 à 49 ans.

Cela a été rendu possible a affirmé Mme Sy grâce à des interventions à haut impact  comme l’élaboration et la budgétisation des plans d’actions. D’après lui chacun des pays a apporté une contribution substantielle. De même que l’engagement des bailleurs de fonds.  Elle a tenue salué cet engagement des bailleurs qui ont contribué à hauteur de  plus de 14 milliards de F CFA pour la planification familiale entre 2012-2014.

Ainsi a telle rappelé que les pays comme le   Sénégal, la Cote d’Ivoire, le Burkina Faso, le Niger et le Mali ont pu atteindre successivement  261 000, 200 000, 110 000, 106 000, et 85 000 nouvelles utilisatrices de méthodes modernes de contraception.

Quant au Bénin la Guinée le Togo et la Mauritanie les resultats tournent autour de 80 000, 71 000, 65 000 et 18 000 nouvelles utilisatrices de méthodes modernes de contraception.

En ce qui concerne la contribuer à la mobilisation de fonds la mise en œuvre des plans planification chiffré au Bénin l’engager les leaders religieux dans la promotion de la PF a été un grand apport. De même qu’au Burkina ou les  Journées du Djandioba ont été initié pour booster  la Planification Familiale. Quand à la Côte d’Ivoire  des stratégies de  consultation foraine gratuite ont été mise en place en matière de PF.

Le Mali a misé sur la dévolution de l’insertion d’implants par les matrones pour atteindre les résultats, entre autres.

Nonobstant Mme Fatoumata Sy a soulevé des obstacles qui ont pour noms la satisfaction de la demande de la planification familiale  dans les pays du Partenariat de Ouagadougou, les difficultés lié à la santé reproductive des jeunes et des adolescents et la sécurisation contraceptive en Afrique de l’Ouest. S’y ajoutent l’intégration de la PF dans les services de santé.

RamataTembely

PARTAGER