Affaire des 49 militaires ivoiriens: Antonio Guterres rejette le qualitatif « mercenaires » et prône « une résolution diplomatique »

6

En marge de l’Assemblée générale des Nations-Unies  en cours à New York,  son secrétaire général Antonio Guterres a accordé une interview à plusieurs médias occidentaux dans lequel il rejette  la qualification ‘’mercenaires ‘’ attribuée aux 49 militaires ivoiriens détenus à Bamako et prône une résolution diplomatique  de ce problème qui crispe les relations entre Bamako et Abidjan. 

La tension entre le Mali et la Côte d’Ivoire a  connu une dimension internationale où le Conseil de sécurité national, présidé par le Président Alassane Ouattara, a décidé de saisir la commission de la CEDEAO. Pendant ce temps à New York, le secrétaire général des Nations-Unies veut profiter de l’Assemblée générale en cours  pour trouver une solution diplomatique à cette crise qui crispe les relations entre les deux voisins.

Interrogé par les journalistes occidentaux sur la question, le patron de l’ONU, a clairement annoncé qu’il va rencontrer la délégation malienne à New-York.  Pendant que le gouvernement de transition du Mali a qualifié les soldats ivoiriens de «mercenaires » en évoquant le droit international, Antonio Guterres affirme le contraire. « Non, ce ne sont pas des mercenaires et c’est évident », a déclaré  le  chef de l’ONU.

C’est la première fois que le patron de l’ONU prend la parole  sur ce sujet. Il s’était contenté d’un communiqué  de la Mission des Nations-Unies au Mali  La MINUSMA avait reconnu des dysfonctionnements dans le déploiement de ces militaires Ivoiriens  « Il apparaît que certaines mesures n’ont pas été suivies et la Mission s’efforce de mieux comprendre comment ces dysfonctionnements ont pu se produire afin d’éviter qu’ils ne se reproduisent à l’avenir », avait  indiqué  le communiqué de la MINUSMA, quelques jours après une déclaration du Président Alassane Ouattara qui demandait à l’ONU de « faire la transparence » sur cette affaire. Abidjan persiste et signe que ces soldats arrêtés devaient prendre la relève d’autres Ivoiriens déployés au Mali en tant qu’éléments nationaux de soutien (NSE). Celui-ci est une procédure de l’ONU permettant aux contingents des missions de maintien de la paix de faire appel à des prestataires extérieurs pour des appuis logistiques. Sur cette question, la Minusma avait été on ne peut plus clair : « La Minusma n’a pas connaissance d’un contrat entre l’Allemagne et des tiers pour la protection de la base allemande de NSE ».

Alors que la médiation togolaise a permis d’obtenir la libération de trois soldates ivoiriennes  à titre « humanitaire » sur les 49 arrêtés, Antonio Guterres  insiste  sur  une résolution  diplomatique de ce problème pour la libération définitive du reste du contingent ivoirien. «J’ai fait appel aux autorités maliennes pour que ce problème puisse se résoudre. On est en contact permanent avec eux. Je n’ai pas parlé directement avec Goïta, mais je vais recevoir la délégation du Mali et c’est une chose qui est pour moi très importante. Il faut résoudre ce problème », a –t-il dit dans cette interview.

Ces propos d’Antonio Guterres interviennent quelques jours après une escalade verbale entre Abidjan et Bamako. D’une part, les autorités ivoiriennes dénoncent un « chantage inacceptable » et qualifie la détention de ses militaires « de prise d’otages ». Les autorités maliennes  ne voient   cette affaire sous cet angle et estiment que «l’affaire des 49 mercenaires ivoiriens est purement judiciaire et bilatérale ».  Le  gouvernement est même allé plus loin  en proférant  des mises en gardes contre la nouvelle approche adoptée par la Côte d’Ivoire. «Le gouvernement malien  met en garde contre toute instrumentalisation de la CEDEAO par les autorités ivoiriennes pour se soustraire de leur responsabilité, vis-à-vis du Mali », a prévenu le communiqué du gouvernement, qui a rejeté la transformation du dossier judiciaire en une crise diplomatique  avec la CEDEAO. « Le gouvernement n’est nullement concerné par cette procédure devant l’instance communautaire », a insisté  le communiqué.

Sous l’égide de la médiation Togolaise,  les autorités maliennes continuent à conditionner la libération des 46 autres militaires ivoiriens à l’extradition de certaines personnalités politiques maliennes réfugiées en Côte d’Ivoire. Le Président Colonel Assimi Gôita  reproche à ces anciens dignitaires du défunt régime « de préparer un projet de déstabilisation du Mali » sous la bénédiction des autorités ivoiriennes qui, selon lui, leur accordent « protection ».

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. Je ne sais pas pourquoi se mêle t-il d’un problème entre le Mali et la Côte d’Ivoire. Si les 49 mercenaires ne le sont pas, qu’il vienne les libérer. Son organisation qui doit protéger l’humanité, le livre aux mafieux . Si jamais , les Nations Unies se mêlent de ce problème de mercenaires arrêtés à Bamako, les conséquences seront fâcheuses pour elles . Depuis plus de 8 ans que la MINUSMA , l’union européenne dont la France sont au Mali pour lutter contre le terrorisme , votre bilan négatif est la parfaite illustration . Les combines entre les différents partenaires seront dévoilées au grand jour. Vous étiez au Mali comme des larrons en foire . Il a fallu chasser le roi fainéant IBK pour que le peuple comprenne vos jeux troubles . Comme il dit que ceux qui ont été interpellé, actuellement incarcéré ne sont pas des mercenaires , alors qu’il nous dit ce qu’ils sont .

  2. Antonio est une honte car sans definition et paramètres judiciaires il fait des declarations qui contredisent les Nations-Unies elles-memes, honte a Antonio, il a montre au monde qu’il est un politicien Portugais colonial, sans vertu et sans vergogne. Le Ministre Maiga a été clair dans ses qualifications juridiques quand il a décrit ces 49 voyous d’ Allassane Dramane Ouattara comme des mercenaires et il a tout a fait raison! et Antonio a tord, il rentrera dans l’histoire comme le Secrétaire General des Nations Unies, le plus peureux, le plus incompétent et le moins effectif et intelligent!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here