Collectif « Bi Ton » : Un grand meeting prévu ce Samedi 23 Juillet

0
Collectif Bi-Ton : «IBK, nos 200. 000 emplois promis !»
Collectif Bi-Ton

Plus de quarantaine d’associations de jeunes sans emploi se sont regroupés pour créer un Collectif dénommé « Collectif Bi Ton », afin de montrer leur indignation contre, le clientélisme, le favoritisme et le laxisme lors de concours de rentrée dans la fonction publique ou de recrutement par les organismes étatiques voire administration parapublique et la fausse information de la création de plus de 180 000 emplois en moins de trois ans par le régime de Président Ibrahim Boubacar Keïta. Ces jeunes se demandent et demandent au gouvernement notamment au ministre de l’Emploi des jeunes et la formation professionnelle, Mahamane Baby où sont ces emplois susmentionnés créés ? Pour répondre à ces questions, il est prévu ce samedi 23 juillet prochain un grand meeting au stade Mamadou Konaté, au cours duquel  les jeunes dénonceront et proposeront des solutions à qui de droit.

Ces informations ont été données lors d’une conférence de presse tenue le samedi 16 juillet 2016, dans la salle de conférence de la Maison de la presse. Elle a été animée par Séga Diarrah accompagné par une trentaine de membres du collectif Bi Ton. Dans son exposé, le conférencier, M. Séga Diarrah a expliqué que le Collectif Bi Ton qui veut dire littéralement « Association d’aujourd’hui » a été créé suite à un constat du fait que la jeunesse malienne est très précarisée et elle en manque des perspectives. « Au-delà de cela, nous constatons que les autorités publiques ont eu à prendre, lors de la campagne présidentielle, de promesse de création d’emplois qui n’est surtout pas assez suffisant pour couvrir des besoins d’emploi de cette jeunesse assez dynamique qui croit en déficit chaque année », a-t-il indiqué. Pour lui, le constat est désolant, « on se rend compte non seulement il y a pas eu d’avancée majeure dans ce domaine-là mais au-delà de cela elles nous racontent tous les jours qu’il a eu plus de 180 000 emplois créés en moins de trois ans ». Cela pose un véritable problème à nos jeunes citoyens, engagés. « Si nous acceptons ce chiffre là c’est comme si on contribue à la diffusion de cette fausse information là », a-t-il ajouté.

Aujourd’hui, a professé Séga Diarrah, il y a lieu de définir qu’est-ce qu’un emploi et qu’est-ce qu’un emploi jeune au Mali et quelles sont les ententes de la jeunesse et quelles sont les solutions adaptées à ce problème ?  Malheureusement ce n’est pas ce qu’on voit de façon générale dans la politique publique. Le jeune Diarrah dira que depuis 5 à 10 ans on se trouve avec les mêmes politiques qui ne produisent pas de résultats.

Il  dénoncera par la suite en ces termes : « Nous constatons que pour chaque compétition,  pour chaque concours organisé quel qu’en soit au niveau de l’Etat ou  au niveau des administrations parapubliques, on se rend compte qu’il y a certains nombre de favoritisme qui se manifestent. Il faut appartenir à un groupe politique ou appartenir à une telle association pour inspirer être sélectionné ou être recruté ». Et à lui d’alerter que si on continue dans ce sens, ce pays arrivera à un moment donné où il y aura une implosion notamment au niveau de la jeunesse.

Abdramane SAMAKE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER