Economie : Menace sur la grève des banquiers

0

Non content des motifs de la grève annoncée par les banquiers, le comité syndical de la BDM se désolidarise du Syndicat national des banques et établissements financiers (Synabef).  Une assemblée générale du comité syndical de la BDM en a décidé ainsi le 12 octobre. « Depuis plus d’un an, nous assistons avec vous à une panoplie de sorties médiatiques d’un Groupuscule du Synabef, sorties exclusivement dirigées contre la BDM-SA », a dénoncé Papa Sadio Traoré, le secrétaire général de la BDM.

Il a expliqué que le conférencier principal du groupuscule, Hamadoun Bah, est en réalité le premier Secrétaire général adjoint du Synabef (cf. congrès de novembre 2018), aujourd’hui en service dans le Système des Nations Unies suite à un abandon en plein vol (signature d’un PV d’autorisation de versement, de retrait et de virement en pleine grève de la centrale Untm). Les dessous de cette signature compromettent l’éthique syndicale, selon le syndicat de la BDM : « Nous nous interrogeons quelques fois : pour qui travaille-t-il ? Quel est l’agenda du Mouton de panurge à la Rabelais ?”

Le Comité syndical de la BDM-SA s’est opposé à une forme de mercantilisme syndical, mettant les intérêts personnels d’un groupuscule au-dessus de ceux des travailleurs. Cette forme est caractérisée par des visites de courtoisie, des demandes personnelles (en nature et/ou en espèces), de l’acharnement, du 2/6 harcèlement. Exemple : Cadre juriste syndicaliste qui menace pour être Directeur du Recouvrement.

Le Comité BDM-SA a fait de la production et de la présentation du rapport financier du compte du Synabef la condition sine qua non pour le paiement des cotisations. Le Comité estime que certaines valeurs sont antérieures à la carrière syndicale : Le patriotisme, l’éducation familiale, le langage de vérité, la crainte de dieu, l’éthique…

En date du 29 juin 2020, le Comité a convoqué sa base en AG. Celle-ci a décidé, à l’unanimité, de se désolidariser du mot d’ordre de grève dans une fausse affaire dite Fatoumata Sangho. Le Comité a déploré et exigé le respect du principe de la hiérarchie syndicale (Comité syndical-section des banques-Synabef-Untm) et des valeurs syndicales dont la droiture et la transparence. “Le Comité estime que le syndicalisme est un sacerdoce règlementé qui ne saurait être synonyme de sorcellerie (Si tu ne me donnes pas, je te mange). La grève est l’arme du petit soir du syndicat à ne pas brandir dès l’aube”, a déclaré Papa Sadio Traoré.

Parmi les points du préavis de grève du Synabef du 07 octobre 2021, il y a l’Affaire licenciement de Kane Djénéba Sall. Selon le syndicat de la BDM, cette dernière a été licenciée pour un double motif : malversations de FCFA 44 585 000 du GAB de l’Agence de Missira et opérations frauduleuses sur les comptes de clients en sa qualité de chef de ladite agence, en substituant son nom à celui des clients pour brouiller les contrôles quotidiens.

Preuves: elle n’a pas respecté la dualité des clés depuis sa nomination comme chef d’agence contrairement aux procédures. Il y a aussi la reconnaissance verbale devant sa hiérarchie, son adjointe et les services de contrôle à son domicile du manquant de FCFA 44 585 000 ; reconnaissance écrite et signée de sa responsabilité à la direction de la conformité et du contrôle permanent concernant le même montant.

 

Nampaga KONE

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here