Election présidentielle du 29 juillet : les syndicats des administrateurs civils menacent de prendre en otage le processus électoral

1
les syndicats des administrateurs civils menacent de prendre en otage le processus électoral
photo à titre illustratif

Le syndicat autonome des administrateurs civils (SYNAC) et le syndicat libre des travailleurs de l’administration territoriale (SYLTMAT) ont tenu une assemblée générale, le lundi 18 juin dans la cour du ministère de l’Administration territoriale,  pour protester contre les actes odieux et mauvais traitements qui leur sont infligés depuis un certain temps. C’était en présence du ministre de tutelle,  Mohamed Ag Erlaf.

Trop c’est trop ! Chevilles ouvrières du processus électoral, les  administrateurs civils sortent de leur réserve et tapent du point sur la table. Excédés par les violences, les pressions politiques et sociales de toutes sortes, les représentants de l’Etat menacent de s’aborder le processus électoral.

Dans une déclaration conjointe à l’attention du gouvernement lue devant le ministre de l’Administration territoriale, Mohamed Ag Erlaf,  le syndicat autonome des administrateurs civils (SYNAC) et le syndicat libre des travailleurs de l’administration territoriale (SYLTMAT) dénoncent avec force les actes odieux et mauvais traitements infligés aux représentants de l’Etat. Par conséquent, ils  demandent au gouvernement « d’user de tous les pouvoirs à lui conférer par les textes pour assurer sans délai la sécurité et la protection des représentants de l’Etat ; d’entreprendre toutes actions urgentes pour la libération du préfet de Ténenkou et de son chauffeur ; d’affecter, en relation avec le ministère de la Sécurité, une garde rapprochée à chaque représentant de l’Etat à domicile et au service ».

La mise en œuvre des actions ci-dessus contribuerait selon les syndicats à la restauration de l’autorité de l’Etat et à la sérénité des représentants de l’Etat dans l’exercice de leur fonction.  Sans quoi prévient, le représentant des syndicats,  Ousmane Christian Diarra, les administrateurs civils se donnent le droit d’utiliser tous les moyens légaux.  Très remonté, le  visage ferme et la voix grave  il ajoute «  nous sommes prêts à mettre en péril le processus électoral. » Car pour organiser le scrutin, il faut être en vie, glisse-t-il.

A titre de rappel, les syndicats des administrateurs civils fulminent contre la multiplication des menaces, notamment l’assassinat des préfets, des préfets adjoints et sous préfets à Kidal le 17 mai 2014, les enlèvements du préfet de Ténenkou et de son chauffeur le 8 mai 2018, l’attaque ciblée contre le sous préfet de Ouinerden le 29 mai 2018, les relèves arbitraires des préfets de Kolondiéba et Koro et les destructions de lieux de travail, de domiciles et de biens personnels des représentants de l’Etat à Kénieba et Kani-Bonzon le 11 juin 2018. Aussi, les administrateurs civils  protestent contre l’accroissement des pratiques de substitution de pouvoir des autorités traditionnelles et certaines composantes de la société civile aux attributions des représentants de l’Etat.

En réponse, le ministre Mohamed Ag Erlaf a affirmé avoir pris acte de la déclaration et a assuré au syndicat tout son soutien par rapport à la protection demandée.

Abdrahamane SISSOKO

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. C’est ensemble qu’on doit trouver les moyens pour que ce processus électoral ait lieu. Il faut donc que les administrateurs mettent un peu d’eau dans leur vin et l’Etat maliens prennent toutes les dispositions pour leur sécurisation. Ma foi des mesures sont déjà prises pour que ces élections se tiennent dans les meilleures conditions. Saboter les élections serait un acte qui donnerait victoire aux ennemis de ce pays qui ne veulent pas que ce pays soit en paix. Il ne faut pas leur faire ce plaisir de fuir nos responsabilités face à l’adversité.

Comments are closed.