FEMAPH : un nouveau bail de 4 ans pour Mouctar Bah

0

La Fédération malienne des personnes handicapées (FEMAPH) a réélu à sa présidence Mouctar Bah au terme de son Assemblée générale tenue les 22 et 23 décembre 2015, à la Maison des aînés. C’était en présence des participant-délégués venus des 8 régions du Mali et du District de Bamako, sous la présidence du président Mouctar Bah et du chef de Cabinet du ministère de la Solidarité, de l’Action humanitaire et de la Reconstruction du Nord, Mme Timbo Oumou Diallo.

Cette Assemblée générale a débuté par l’observation d’une minute de silence en la mémoire d’Ismaïla Konaté, ancien président d’honneur de la FEMAPH ; de Diadié Diallo, des jeunes de l’UMAV ; et de toutes personnes disparues.

Dans son intervention, le président de la Fédération maliennes des personnes handicapées (FEMAPH) a tout d’abord rappelé que malgré la crise que le pays a traversée, avec l’accompagnement de l’État et de certains partenaires, son organisation a pu opérer des progrès. Parmi eux, dit-il, il y a la poursuite de la subvention de l’État à la Femaph, aux associations nationales et aux institutions d’éducation spéciale ; la poursuite de la participation de la Femaph au processus d’amélioration du projet de loi Protection sociale des personnes handicapées ; la collecte des textes relatifs aux droits des personnes handicapées ; la participation de la Femaph à l’organisation des activités du mois de la solidarité et de la lutte contre l’exclusion ; l’adoption du Plan stratégique 2014-2024 du ministère de la tutelle en Conseil des ministres ; le recrutement de 11 diplômés handicapés dans la fonction publique en 2014, qui complète le nombre total de diplômés intégrés à 342; la mise en stage de qualification de plus de 80 diplômés handicapés par l’Agence pour la promotion de l’emploi des jeunes (APEJ)….

En dépit de ces quelques progrès cités, le président Mouctar Bah dira que le chemin à parcourir reste long et s’allonge de jour en jour «tant qu’il y a des discriminations, des conflits, des violations des droits, des maladies et les accidents de tout type». Selon lui, les défis restent grands et nombreux à relever. Notamment, l’adoption de la Loi de protection sociale des personnes handicapées et son décret d’application ; le financement pour la mise en œuvre du Plan stratégique 2015-2024 du ministère de la tutelle ; l’élaboration et la transmission du rapport du Mali sur la mise en œuvre de la Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées ; la prise en compte du handicap dans toutes les politiques et programmes sectoriels de l’État ; le recensement général des personnes handicapées du Mali ; la relance du recrutement des personnes handicapées à titre exceptionnel ; la promotion et la protection des droits des femmes et des enfants handicapés…

La question du handicap étant, annonce le président Bah, une question transversale, d’intérêt général, l’implication de tous est vivement souhaitée.

Seydou Karamoko KONÉ

PARTAGER