Grand rassemblement à Bamako le vendredi dernier : Mahmoud Dicko promet de manifester chaque vendredi jusqu’à la démission du Premier ministre Soumeylou Maïga

11

A l’appel de l’imam Mahmoud Dicko, président du Haut conseil islamique du Mali (HCIM), un grand meeting rassemblant des centaines de milliers de personnes s’est tenu, le vendredi 05 avril 2019, dans l’après midi sur le boulevard de l’indépendance, pour inviter les gouvernants à faire preuve de bonne gouvernance au Mali. La marrée humaine s’étendait de l’Ecole normale supérieure (ENSUP) jusqu’à la Bourse du travail. Les manifestants en plus des pancartes, scandaient « IBK dégage », « Boubèye dégage », « arrêtez le massacre ». De l’insécurité avec l’attaque du village peulh d’Ogossagou (Mopti) ayant fait plus de 160 morts, à la cherté de la vie en passant par la crise scolaire, tous les maux qui minent le Mali actuellement ont été dénoncés par les manifestants. D’ailleurs, au cours de ce meeting qui a rassemblé une marrée humaine, l’initiateur, Mahmoud Dicko a exigé la démission du Premier ministre du Mali, Soumeylou Boubèye Maïga. Faute de quoi, il promet d’organiser un grand rassemblement tous les vendredis.

Un grand rassemblement, comme du jamais vu dans l’histoire contemporaine du Mali, a eu lieu le vendredi passé. Des centaines de milliers de personnes ont répondu à l’appel de l’Imam Mahmoud Dicko, sur le boulevard de l’indépendance, autour du monument de l’Indépendance pour réclamer la bonne gouvernance au Mali et le départ de Soumeylou Boubèye Maïga de la primature. Outre l’initiateur, l’imam Mahmoud Dicko, président du Haut conseil islamique du Mali (HCIM), on notait la présence du représentant du Chérif de Nioro Bouyé Haïdara, des acteurs du mouvement démocratique au Mali, des candidats à l’élection présidentielle de 2018, des responsables politiques, des élus de la nation, des leaders religieux, des responsables de la société civile et de nombreuses autres personnalités. La marrée humaine s’étendait de l’Ecole normale supérieure (ENSUP) jusqu’à la Bourse du travail. Les manifestants scandaient « IBK dégage », « Boubèye dégage », « arrêtez le massacre ». Ces slogans étaient écrits aussi sur les pancartes. Prenant la parole devant un public acquis à sa cause, l’organisateur du rassemblement, l’imam Mahmoud Dicko, président du Haut conseil islamique du Mali (HCIM) a vivement remercié tous ceux qui ont effectué le déplacement. Avant de déplorer l’attaque du village peulh d’Ogossagou dans le cercle de Bankass (Région de Mopti), le 23 mars 2019 ayant fait plus 160 morts. Selon lui, il y a eu du massacre au Mali. Et pour se rassembler et exprimer l’indignation collective, cela ne devrait pas être conditionné à la délivrance d’une autorisation. « Ils doivent être tous (gouvernement, majorité, opposition, assemblée nationale) là aujourd’hui, pour qu’ensemble nous disions « non à l’amalgame, non à la confusion, non à la barbarie. Plus jamais ça au Mali, c’est ça le message », a-t-il dit. L’imam Dicko a invité les uns et les autres à faire en sorte qu’il n’y ait pas de conflit intercommunautaire au Mali. Par ailleurs, il a rappelé le meeting du 10 février 2019 tenu au stade du 26 mars de Bamako au cours duquel la démission du Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga avait été réclamée. Selon lui, ce message a été mal compris et mal interprété par les autorités. « Encore, nous leur demandons d’écouter, de comprendre et de diligenter ce message. Nous avons vu l’exemple, il y a quelques jours, le président Bouteflika a été l’artisan de l’indépendance de son pays (Algérie). C’est le peuple qui lui a demandé de partir. Il est parti avec dignité en adressant une lettre d’excuse de pardon à son peuple. C’est ça la grandeur, la dignité, l’honneur. C’est ce que les grands hommes font face à l’histoire », a dit l’imam Dicko. Ainsi, il a invité le président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) à limoger le Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga. « Je pense que si les grandes personnalités du pays ont dit ou réclamé quelques choses, le président de la République doit l’exécuter rapidement. Il ne doit pas penser que c’est un manque de respect à son regard. Le peuple lui a fait confiance. Rien de grave n’existe entre nous et le premier ministre Soumeylou Boubèye Maiga. Mais les gens ont vu que la gouvernance du premier ministre Soumeylou B. Maïga n’est pas à hauteur de souhait. Donc sa démission ne doit pas être un problème. Si les autorités arrivent à entendre et comprendre cela, tant mieux. Mais dans le cas contraire, chaque vendredi, ce genre de grand rassemblement s’effectuera jusqu’à la satisfaction de notre revendication, à savoir la démission du premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga », a martelé Mahmoud Dicko. Par ailleurs, il dit avoir toujours contribué à la paix au Mali. Présent au lieu du rassemblement, le représentant du Chérif de Nioro, Bouyé Haïdara a exprimé sa solidarité envers les manifestants.

« La patrie est en danger »

Au cours de ce meeting, les uns et les autres ont donné leurs impressions. Selon le chargé de communication du chef de file de l’opposition, Nouhoum Togo, membre du Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD), il faut un changement de système de gouvernance au Mali, car des citoyens sont tués tous les jours. Pour sa part, l’honorable Oumar Mariko du parti SADI, membre de la Coalition des forces patriotiques (COFOP) dira que la patrie est en danger. « Nous sommes venus répondre à l’appel patriotique de l’imam Mahmoud Dicko. Ce n’est pas une lutte religieuse mais c’est parce que la patrie est danger. Toutes les forces doivent se lever pour l’unité », a-t-il dit. Selon lui, les centres de santé ne fonctionnent pas comme il le faut, l’école n’existe pas, l’insécurité est partout. Pour l’honorable Mariko, il faut tout faire pour rétablir l’ordre démocratique. Aux dires de l’ex ministre Tiébilé Dramé du FSD, c’est le moment du sursaut national. « C’est un mouvement populaire pour une nouvelle gouvernance, contre les massacres horribles qui sont perpétrés au Mali, contre l’incompétence des autorités, pour alerter et pour la nécessité de dialogue. Je crois que tous ceux qui se sont mobilisés aujourd’hui, leur message devra retentir aux quatre coins du Mali, aux quatre coins du monde », a-t-il dit. Avant de signaler que le Mali est en crise et en difficulté. A cet effet, il a fait savoir qu’il est indispensable de créer les conditions que les maliens se parlent pour sauver le Mali. A l’issue du meeting, des échauffourées ont eu lieu entre quelques manifestants et les forces de l’ordre. Car  des manifestants se sont dirigés vers le domicile du Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga au quartier du fleuve de Bamako et ont été repoussés par les forces de l’ordre à l’aide de gaz lacrymogène. Aux alentours du domicile du Premier ministre, certaines intersections étaient barricadées, des pneus étaient brulés sur la route.

Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

11 COMMENTAIRES

  1. FAAROH FINW! KAAFAAROHW ! MAAFAAROW! ....TOUS LES ADAPTES DES RELIGIONS ABRAHAMIQUES SONT DES COLLABORATEURS A LA DESTRUCTION DES NOIRS, DES PEUPLES DES FAAROHW....

    ….BIEN YUGUBANE…..
    …..CONTINUE A NOUS ECLAIRER SUR LE SUJET,….
    LES PARASITES ABRAHAMISTES AYANT SEME LE DESAROI EN TERRES AFRICAINES DU NORD, ALORS LES PEUPLES SE SONT MAJORITAIREMENT REFUGIEES SUR LES COURS D EAUX AU SUD DU SAHARA…..
    ….MEME APRES CE RETRAIT AU SUD, LES ABRAHAMIQUES ONT CONTINUER LEURS GUERRES AUX FILS DES FAAROHW EN VENANT LES RECHERCHER SUR LES COTES EST ,OUEST ET SUD, LES EMBARQUER POUR LIBERER LA TERRE….LES EXTERMINER EST UN BOULOT PRESENTEMENT EN COURS…..

    ….TOUS LES ADAPTES DES RELIGIONS ABRAHAMIQUES SONT DES COLLABORATEURS A LA DESTRUCTION DES NOIRS, DES PEUPLES DES FAAROHW….

  2. Oui COMBAT IDIOT-LOGIQUE, on ne lit pas bêtement. C’est d’ailleurs pourquoi je t’apprends aujourd’hui que je parle le MUNUKUTUBA (autrement dit le KIKONGO) aussi bien que le BAMBARA et que le mot “per” et “khénou” ne signifient dans ces deux langues. 😀😀😀😀😀😀😀😀

    Il n’y a pas trois mois de cela, je regardais une chaîne Américaine et les chercheurs avaient conclu qu’avec le développement de la science, les nouvelles méthodes de datation et déchiffrage, on se rend compte que tout ce que racontent les Égyptologues est faux. En voici une des preuves. Le seul point sur lequel ils te rejoignent est qu’il est temps de reconnaître que les Égyptiens étaient des NOIRS, que toutes les études scientifiques sérieuses et non partisanes concordent à ce résultat. 💡💡💡💡💡💡

  3. EEEEEHHHH aw bèbika aw yèrè singain aw de votera IBK ye nekoni ma vote ayé
    Né min kadayé abokè
    CHÈ TIWILI KABO AFANKA

  4. LES ABRAHAMEUX ONT TROUVE LE NOM PHAAROH ET L ONT LAISSE EN PARTANT DE L AFRIQUE, TROP LOURD POUR EUX A EMPORTER TROP IMMENSE A CACHER, QUE FAIRE?....FAAROH NOIR ! COMBATS IDEOLOGIQUES ! FAAROH FIN LAH AUX FILS DES FAAROHS !

    …YUGUBANE… OU YUGUBA-LEN…

    (ON RECHERCHE ON LIT PAS BETEMENT CE QUE L ABRAHAMIQUE CRACHE DANS LA CERVELLE COMME LA TIENNE)

    https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tymologie_du_terme_pharaon

    Champ lexical du mot per (maison)
    maison miniature grossière
    Maquette d’une maison égyptienne – provenance inconnue – Musée égyptien de Leipzig.
    Restituer le mot Per-aâ (pharaon) par « Grande Maison » revient à rester au stade de la simple traduction littérale. Ce mot à mot est généralement dépassé par le milieu égyptologique en expliquant qu’il s’est produit un phénomène de métonymie où le Palais a fini par désigner l’individu qui y réside. Ce fait s’illustre couramment dans la pensée contemporaine occidentale. Dans la presse journalistique, l’« Élysée » désigne fréquemment le président français, le « Kremlin » est pris pour le président russe et la « Maison-Blanche » pour le président américain5.

    Le cas égyptien est toutefois plus complexe et il est possible d’aller par-delà cette assertion. Premièrement, Per-aâ n’est pas à proprement parler le nom du Palais royal. Plusieurs demeures sont attestées à travers le pays et les époques (Thèbes, Amarna, Licht, Memphis, Pi-Ramsès, Tanis). Toutes ces habitations royales portent un nom spécifique. Certaines dénominations sont basées sur le prénom du monarque qui l’a fait édifier ou reflètent la beauté du lieu. À titre d’exemple, le palais fondé par Hatchepsout près de Karnak s’appelle « Je ne m’éloignerai pas de lui »6. Deuxièmement, d’autres mots génériques peuvent servir à traduire le terme « Palais » tels khénou « résidence royale », per-nesou « Maison du roi » ou setep-sâ « palais (lieu sous surveillance armé) »7. Troisièmement, à l’instar d’un nombre conséquent de langues africaines contemporaines (Ewe, Bambara, Munukutuba, Kinyarwanda), le mot égyptien « Maison » peut, selon le contexte, dépasser la simple désignation de l’édifice habité. Ainsi, le terme per peut signifier plus largement « maisonnée (famille et domestiques) » ou « domaine agricole » et le terme khénou peut aussi signifier « village », « pays » ou « patrie »8,9.

    La géographie égyptienne est riche de toponymes basés sur le mot per. Les plus célèbres localités sont Per-Bastet (Boubastis) « Maison de Bastet », Per-Ousir (Busiris) « Maison d’Osiris », Per-Atoum (Pithôm) « Maison d’Atoum », Per-Ouadjyt (Bouto) « Maison de Ouadjet », Per-Hout-Hor (Aphroditopolis) « Maison de Hathor », Per-Ramessou-aâ-nekhtou (Pi-Ramsès) « Maison de Ramsès, la victorieuse »10. Dans la toponymie religieuse, le mot per est généralement accolé à un théonyme (nom d’une divinité)11. Pour ces occurrences, le terme « Maison » est à traduire par « Temple » tout en sachant que pour les Égyptiens, un temple n’est rien d’autre qu’une habitation sacrée destinée à capter sur terre les puissances divines par l’intermédiaire de statues cultuelles12. L’acte de fondation de la ville d’Akhet-Aton (Amarna) par le roi Akhénaton (XVIIIe dynastie) sur un terrain désertique permet de comprendre que le pays égyptien est avant tout perçu comme appartenant aux dieux et aux ancêtres royaux : « C’est Aton, mon père, qui m’a conseillé à ce sujet, afin qu’Akhet-Aton soit réalisé pour lui. Voyez, je ne l’ai pas trouvée ornée de chapelles, creusée de tombes ou couvertes de […lacune…]. Voyez, c’est Pharaon — qu’il vive, prospère et soit en bonne santé — qui l’a trouvée, alors qu’elle n’appartenait à aucun dieu, ni à aucune déesse, à aucun souverain, ni à aucune souveraine, à personne qui y ferait ses affaires »13.

    Dépositaire de la cohésion de toutes les maisons, à savoir toutes les institutions (familles, domaines, villages, villes, temples), le roi égyptien est « Pharaon » c’est-à-dire la Grande-Maison non pas comme on l’entend dans le sens premier et littéral. Pharaon n’est pas tant la « Grande Maison » que « Celui qui est en charge de la plus grande des Maisons (institutions) »9 ; c’est-à-dire le représentant du peuple égyptien vis à vis des dieux, des étrangers, des vivants et des ancêtres défunts.

  5. …PETIT YUGUBANE COMME TON NOM L INDIQUERAIT, QUE SIGNIFIERAI PHARAON EN HEBREUX? PEUX TU NOUS LE DIRE?….
    ..LES PHARAONS N ONT ILS PAS EXISTE AVANT LES HEBREUX?…PLUS D ECLAIRCISSEMENT ….

    LE MOT EGYPTE N A MEME PAS DE RACINE, MEME LES GENS QUE VOUS CACHEZ SOUS CE NOM NE SE NOMMENT PAS AINSI MEME AUJOURDHUI….

    TES COMMENTAIRES ”D ECLAIRE DES ECOLES ABRAHAMIQUES”

  6. ama si tu veux precipiter la fin du Mali tu vas mettre Barou le fou comme Premier Ministre! Nous nous pensons que Dicko se trompe de cible car les echecs au Mali ne sont pas des echecs du Premier Ministre mais de BOUA IBK, alors dites-lui la verite crue!

  7. COMBAT IDIOT- LOGIQUE, si tu pouvais cesser un peu de verser des conneries, ça allait faire du bien à toi et à nous tous. 😋😛😜 Je t’en prie, arrêtes de faire du lien PHARAON et FARAFIN. Il est évident que tu ne sais pas que les Égyptiens mêmes n’ont jamais appelé leur Roi PHARAON, c’est les HÉBREUX qui les appellent ainsi. Si le mot FARAFIN vient du mot PHARAON, cela veut dire que toi-même n’est qu’une création des ABRAHAMIQUES que tu vilipendes en longueur d’année.

    PHARAON N’EST PAS UN MOT ÉGYPTIEN, C’EST UN MOT ISRAÉLITE. 💡💡💡💡💡💡💡💡

  8. Lhomme de sebenicoro qui est constamment sous perfusion d’alcool est loin d’être lucide!
    Il est poussé à la sortie par son PM .
    Ces deux hommes trop diminués, l’un par l’alcool, l’autre par la méchanceté et son hypotension sont entrain de conduire le pays vers sa disparition !

    Boubeye embobine Boua whisky, il veut remplacer des fonctionnaires des localités sous coupe terroristes par ses pions !
    Ce PM est plus que malade,il doit être posséder, le G5 fuit mopti et se réfugie à Badalabougou,toi expert en connerie,tu demandes aux fonctionnaires de regagner sous peine d’être remplacer!
    C’est compris,il faut placer ses hommes en cas d’élections anticipées qu’ils me rendent l’ascenseur !

    Vous êtes tous deux avertis!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here