Les jeunes de Konsiga signent et persistent pour le départ du maire de leur commune !

3
Les jeunes de Konsiga signent et persistent pour le départ du maire de leur commune !

Les populations de la commune de konsiga sont sorties une fois encore ce lundi 21 aout  2017 pour une manifestation, après celle tenue le 06 juillet 2017 dernier pour exiger  le départ du maire de la commune suite à l’appel de la cellule du collectif DAGAKAANE de Konsiga.

Cette manifestation a réuni les 05 villages de la commune rurale de Konsiga puis mobilisée tous les décideurs et acteurs de la commune.

Dirigeant la commune depuis plus de 15 ans, l’actuel maire  est contesté par ses siens qui l’accuse d’être source de tension entre les communautés, dont un vieux conflit qui dure depuis 2009.

 

Selon les organisateurs « Le maire nous a été imposé, sur plus de 2000 électeurs, il n’y a eu que 390 qui ont voté pour lui cela  prouve que la population ne veut plus de lui, nous lui avons demandé tout simplement pour le bien de la commune, de démissionner  mais il tient à rester pendant que il n’a plus de conseillers, tant qu’il restera les populations ne payeront pas les taxes de la commune et tous les programmes  de développement sont  aux arrêts. Nous interpelons le Président de la République et son gouvernement sur la situation actuelle de la commune, le maire ne fait plus l’unanimité, qu’il  s’en aille ».

Cette marche pacifique,  partie du centre de konsiga a mobilisé les femmes, les hommes, les enfants et les vieux des différentes communautés peuls et Soninké des villages que compte la commune de konsiga pour demander le départ du premier magistrat de la commune.

« Toutes les femmes et leurs enfants sont présents à cette marche pour demander au maire de partir c’est aussi simple que cela » lâche dans la foulée Assa Sylla présidente des femmes de Konsiga.

Mécontents de la gestion de leur commune, les marcheurs tenaient des affiches hostiles sur lesquelles on pouvait lire « faux et usage de faux, usurpation d’identité, on ne sait pas qui est le maire avec deux dates de naissance différente, la jeunesse demande une nouvelle élection communale dans sa commune ».

Pour pallier à toute éventualité de surprise venant de la part des partisans et soutiens du maire Tamassa Kebe, les organisateurs de la marche ont mis en place une ligne sécuritaire pour sécuriser la marche qui a failli tourner au vinaigre n’y été la promptitude des jeunes qui sécurisaient la marche suite à des provocations des partisans du maire Kebe qui ont tenté de dissuader les marcheurs et en découdre avec eux par des jets de pierre.

Ladite marche a pris fin sur une déclaration lue par le  porte parole des organisateurs de la marche devant la mairie en présence des forces de sécurité.

Selon le porte parole des marcheurs : « nous protestons contre l’autorité du maire et étalons publiquement notre mécontentement à cause de la mauvaise gestion de notre commune .Nous demandons la démission pure et simple du Maire, M Tamassa Kebe pour que la paix règne dans notre village qui est en conflit depuis 2009 .Nous voulons un maire patriote qui veille sur l’avancement de notre commune , qui rassemble les fils et filles de Konsiga , pas un maire qui sème la division et la discrimination entre les communautés de Konsiga. Du constat de ces graves manquements nous voulons un maire démocratique qui n’impose pas les décisions car nous somme dans un pays démocratique. Nous demandons aux autorités une nouvelle élection communale pour notre commune car le maire actuel ne répond pas aux attentes des populations de la commune, nous jeunes de Konsiga, préoccupés par le développement de notre commune demandons que le maire démissionne et quitte à la tête de la commune car les populations ne payent pas les différentes taxes communales source de revenue de la commune ».

Selon les organisateurs de la marche ,12 des conseillers de la commune ont démissionné de leur poste pour prendre position contre le maire Kebe.

Malgré les menaces et tensions qui planaient sur cette marche, elle s’est tenue sans incident majeur et les jeunes ne comptent pas lâcher le rouleau compresseur face au maire pour obtenir sa démission.

Sollicité par notre équipe, le maire Tamassa Kébé a refusé de parler devant nos micros.

Les jeunes de Konsiga interpellent les autorités régionales pour mettre fin à cette crise .

Situé dans le cercle de yelimané, konsiga est à 96 km de Kayes, chef lieu régional.

KayesInfos

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Vous etes entrain de raconter nimporte quoi ou vous êtes entrain de raconter la fâsse caché des choses , je voudrais vous donner quel que précision
    1- Le M Tamassa Kebe a acquis le Maire par coup d’État en 2009 du jamais vu au Mali un pays démocratique
    2- ces M Tamassa Kebe qui as ramener l’armée a Konsiga pour dissou le Maire démocratiquement élus
    3- il es le seule Maire qui prend sont population comme des ennemies
    4- M Tamassa kebe as donner porter plainte 100 personnes de sa population a YELIMANÉ qui ont etaient tous convoquée par la suite
    5- M Tamassa Kebe il as emprisonné plus 30 personnes de sont village yavais des vieux de 70 ans qui fesaient partis dans ces prisonniers
    6- M Tamassa Kebe ne sais pas lit ni écrire ont nés ou la ??
    7- M Tamassa Kebe dite nous depuis 2009 ques ce qu’il as fait au village ???
    8- M Tamassa Kebe le seule travail quil qu’il as fait durant ces année que j’en suis reconnaissant est de pliées l’argent de la commune et emprisonner sa population
    Donc maintenant la jeunesse prendras sa destin en main vive la jeunesse de Konsiga et vive Dagakane

    • Ignorant dans tous les compartiments humains. Les anarchistes n’ont leur place qu’en prison. Nous sommes dans une République. Votre commune n’est pas une exception dans notre République. Si vous ne respectez pas les lois, on vous fout en prison.

  2. Ces frondeurs sont des écervelés. Ils sont anarchistes car le maire est là suivant une loi électorale qui fixe la durée du mandat des elus communaux.
    La loi est une volonté nationale et quand on la votait monsieur Tamassa Kebé n’était ni deputé encore moins le Président de la République chargé de la promulguer.
    Les marcheurs de cette commune sont des ignorants. Ils sont à l’image de leur député fanfaron et le vrai Panglos.

    Pour la République

Comments are closed.