Mali : le Pr. Samba Ousmane Sow assigné en justice pour « licenciement abusif » par 70 ex travailleurs de CVD-MALI

2

En attendant de prendre fonction à la tête de l’Institut national de santé publique (INSP), le Pr. Samba Ousmane Sow, directeur général du Centre pour le Développement des Vaccins (CVD-Mali) doit faire face à son passé. 70 ex-travailleurs portent plainte contre la direction générale de CVD-Mali, la structure qu’il dirigeait jusqu’à sa nomination,  pour licenciement abusif. Le jugement est prévu pour le 02 août prochain au Tribunal de Travail.

-maliweb.net- Contrairement à ce qui a été dit dans la presse, le problème de licenciement des 118 personnes du Centre pour le Développement des Vaccins (CVD-Mali) est loin d’être résolu. Pis l’affaire a pris une tournure judiciaire.  Selon nos informations, s’il est vrai que certains, dissuadés par le Pr Sow, ont accepté de prendre de l’argent en guise de droit de licenciement, d’autres (70 sur les 118 personnes licenciées) au contraire qui perçoivent leur licenciement comme abusif ont décidé d’intenter un procès contre la direction générale de CVD-Mali que dirige le Pr. Samba Ousmane Sow.

Dans  le but d’éviter un  procès à l’issue fâcheuse pour lui, l’ancien ministre de la Santé et de l’Hygiène publique et directeur général de CVD-Mali,  sur l’avis de ses conseils, a voulu gérer le problème à l’amiable. Après 02 tentatives de conciliations qui sont se soldées par des échecs,  dont la dernière en date a eu lieu le mardi 27 juillet, l’affaire a été envoyée devant la chambre d’accusation du Tribunal de Travail et le jugement est prévu pour le 02 août prochain.

En attendant l’issue du procès, beaucoup de maliens se demandent comment  Samba Ousmane Sow a été nommé directeur général de l’INSP. Ceux-ci ne comprennent pas comment une personne assignée en justice pour « licenciement abusif » par ses anciens employés peut être nommée à la tête d’une structure aussi stratégique et sensible comme l’INSP. Pour eux, cette promotion de l’ancien ministre de la Santé est contraire à l’esprit du nouveau Mali tant prôné par les autorités de la transition.

A titre de rappel, la procédure de licenciement des  118 personnes  (des médecins, des sages-femmes, des infirmiers, des laborantins, des chauffeurs, etc.) a commencé en février 2021 et c’est en mai dernier qu’elles ont reçu les notifications de licenciement. La direction générale de CVD-Mali explique ces licenciements pour « des motifs économiques ». Ce que contestent les personnes licenciées qui parlent de licenciement abusif.

Ce d’autant qu’elles  assurent que la direction générale de CVD-Mali a procédé au même moment au recrutement de plus d’une centaine de personnes qui ont les mêmes profils que les personnes licenciées. Ce que ne nie pas la direction générale de CVD qui assure toutefois que ces recrutements ont été faits localement (Koutiala, Kigna, Kita, les lieux abritant les sites de CVD). Le directeur des ressources de CVD, un cousin de Samba Ousmane Sow, prétend que ce sont les partenaires financiers qui ont exigé ce mode de recrutement.

Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. COMBIEN D ANNEES ”CES FENEANTS” ETAIENT ASSIS SUR LEURS QUEUES ? COMBIEN DE VACCINS ONT-ILS INVENTE, ….APRES-EUX QUELS PROGRES ONT ETE FAITS?….

    S IL A RENVOYE DES INCOMPETENTS C EST NORMAL! MAIS S IL A RENVOYE DES GENS POUR LES REMPLACER PAR DES PEULHS< ALORS IL FAUDRA LE DECAPITER…PUBLIQUEMENT….UN SOW EST …

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here