L’association malienne des procureurs et poursuivants (AMPP) et la référence syndicale des magistrats (REFSYMA) se prononcent

1

Déclaration commune sur la situation en cours Réaffirmant leur attachement aux principes démocratiques et aux valeurs républicaines, dont la bonne gouvernance et la lutte contre l’impunité constituent les corollaires indispensables :

Déplorent les pertes en vie humaine, les blessés graves et les dégâts matériels, suite à l’exacerbation de la tension sociale et à la détérioration du climat entre acteurs politiques, tous patriotes n’ayant à cœur que le Mali.

Étant donné que la principale victime de ces violences est le peuple innocent dont chaque protagoniste prétend défendre les intérêts :

Disent que le Président de la République doit trouver rapidement les voies et moyens de sortie de crise, au besoin en renonçant provisoirement à certaines de ses prérogatives constitutionnelles ;

Invitent incessamment les acteurs politiques notamment les protagonistes des deux camps à la retenue, au sens du dialogue toujours constructif, de la responsabilité et du patriotisme ;

Souhaitent la cessation des troubles et l’arrêt immédiat des hostilités dont le grand perdant est notre peuple ;

invitent tous les responsables des différents mouvements politiques, la société civile et les leaders d’opinion à œuvrer en ce sens.

Considérant d’une part le recours systématique, voire intempestif à la communauté internationale insuffisamment imprégnée de nos réalités et de notre droit positif, pour résoudre les moindres difficultés internes, comme heurtant la grandeur de notre peuple et le sentiment national et, situant d’autre part la cause d’un tel état de fait dans l’absence d’une société civile véritablement crédible :`

– Invitent incessamment les acteurs politiques notamment les protagonistes des deux camps à la retenue, au sens du dialogue toujours constructif, de la responsabilité et du patriotisme ;

-Recommandent l’élargissement des concertations et des débats sur les questions d’intérêt général à des responsables autres que politiques ,ayant des expertises et compétences avérées, en les y impliquant davantage.

Sans occulter les griefs portés contre la Cour Constitutionnelle dont l’arrêt a parfois été présenté comme le détonateur de la crise

Se réjouissent de la courageuse décision, responsable et salutaire de la majorité de ses cinq membres qui, dans le souci d’apaiser la tension, ont trouvésage de rendre leur démission au nom de l’intérêt de la nation, rendant ainsi l’institution au centre de la polémique, non fonctionnelle.

Considérant que la dissolution de l’Assemblée Nationale en l’état, aux fins de reprise intégrale des élections n’est pas sans conséquences sur la vie de la nation d’une part, et en ce qu’elle serait d’autre part de nature à pénaliser les candidats régulièrement élus dans leurs circonscriptions respectives :

-Adhèrent à l’idée largement admise d’organisation d’élections partielles dans les circonscriptions où cela est nécessaire pour le bien de la démocratie ;

-Sans perdre de vue les dispositions régissant l’organisation des élections partielles, estiment qu’il serait toutefois plus juste de mettre dans leurs droits

1° les candidats ayant été recalés pour cause d’erreur matérielle dans le calcul des voix obtenues, ce au nom du droit à l’erreur reconnu à tout juge et à toute juridiction ;

2° les candidats ayant obtenu le plus grand nombre de voix, mais recalés pour cause de composition irrégulière des bureaux de vote, les citoyens étant en dehors d’un tel dysfonctionnement dont la responsabilité n’incombe qu’à la seule administration.

Rappelant le rôle crucial des procureurs et poursuivants dans la lutte contre l’impunité et dans la restauration de l’autorité de l’Etat, les encourage à assumer leur responsabilité, avec l’impartialité requise dans la conduite de l’action publique répressive afin que les auteurs des crimes et délits quels qu’ils soient et où qu’ils se trouveraient, en répondent devant la justice. Invitant les magistrats à l’observation stricte de leur devoir de neutralité à l’égard de la chose ou du jeu politique,

Déplorent le non remplacement de premiers responsables de la cour suprême admis à faire valoir leur droit à la retraite, au regard de la place qu’occupe cette institution régulatrice du droit et à travers laquelle s’exerce le pouvoir judiciaire ; Invitent par conséquent les autorités compétentes d’y remédier

Le Président

Cheick Cherif Koné

Manifestations des 10 et 11 juillet 2020

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Il faut d’abord s attaquer au dossier du génocide que la MINUSMA et ses partenaires sont entrain de créer dans mon pays le Mali.

    Quant la MINUSMA et ses partenaires veulent maintenir ibk jusqu’à ce qu ils trouve un premier ministre de transition pour protéger leur feuille de route sur le Mali.

    MINUSMA et ses partenaires sont les premiers responsables de la situation.

    Plusieurs réunions secrètes pour maintenir ibk, et après ibk.

    La MINUSMA et ses partenaires sont entrain de créer plusieurs conflits à fin de suivre leur agenda sur le Mali.

    L attaque de la mosquée de Dicko et le corbillard était bien plannifie c était de l éliminer selon plusieurs sources.ou l effrayer pour se retirer de la défense des intérêts de notre pays ke mali

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here