L’Etat se sortirait – il de ça ?

17

La coïncidence entre l’état d’urgence et le Maouloud et les commentaires en réactions qui s’en sont suivis, ont gêné, énormément gêné les maliens, au point qu’ils continuent de s’interroger sur la rigueur de l’Etat face à l’influence des leaders religieux. L’Etat du Mali, continuerait encore à regarder dans la direction de ces associations et leurs leaders pour agir ?

Le Mali est un pays laïc, nous dit- on, pas islamique à l’instar de la Mauritanie, mais faut-il continuer d’accepter la totale mainmise de la religion sur la chose publique. Pour un oui ou un non, la République fait appel aux leaders religieux, lesquels ont fini par prendre totalement et même plus, la place qui est normalement dévolue à la société civile, qui sans le dire, est plus politique que les partis, intéressée au plus haut niveau. Enfin de compte, l’Etat donne l’impression de ne tenir sa légitimité que par le quitus de nos leaders religieux, par tout ce qu’il est tenté de poser comme acte
fort. Tout faire pour ne pas les mécontenter. Cette attitude défaitiste de l’Etat du Mali, a commencé avec la tentative d’introduction de la mouture du projet de code de la famille, déposée sur la table de l’AN. Fâchées contre un projet qui paraissait à leurs yeux comme un projet scélérat, les associations musulmanes jusqu’ici tolérées mais tenues loin de la gestion des affaires publiques, ont
engagé un bras de fer, en organisant un meeting géant, le premier jour du ramadan de 2010. Ce jour-là, ATT était en Libye et son Premier ministre d’alors, qui fait feu de tout bois aujourd’hui,  Modibo Sidibé, puisqu’il s’agit de lui, était à Ségou, où, il représentait son patron, à la finale de la coupe du Mali de football. Ce jour-là, personne assurément ne voulait du pouvoir qui traînait dans les rues, de Yirimadio, à Koulouba en passant par les quartiers populaires de Banankabougou, Sogoninko, Badalabougou, Bozola, et Médine. Précipitamment rentré de Ségou, après la finale, Modibo Sidibé accueillera son patron le lendemain. Au complet, à Bamako, ils retireront tout simplement, le projet en question.

Le projet retiré, consacrait le recul du pouvoir face à la foudre islamique, disons modérée.
Ce retrait du projet de la table de l’AN pour les tiroirs des bureaux obscurs de la présidence, consacra définitivement l’entrée des associations religieuses sur la scène politique nationale. Et depuis, plus rien ne se fait sans leurs bénédictions. Même les candidats à la présidence de la République, ne sentent pas politiquement en sécurité, en allant pas les rendre bonjour, comme si par avance, leurs influences déterminaient l’issue du scrutin. Chose qu’il faut refuser, chose qu’il ne faut accepter, parce que, inacceptable, intolérable. Sinon gare ! Tout le Mali a vu comment l’état d’urgence en cours est malmené, avant de nous entendre dire, que l’état d’urgence, n’interdisait pas les rassemblements. Alors à quoi bon donc de le décréter, si une période d’état d’urgence, n’a rien de spécial par rapport à une situation normale ? Seulement, cette dernière explication qui n’a pas convaincu grand monde, illustre piteusement la faiblesse de l’Etat face à la volonté des leaders religieux, attitude très dangereuse pour la République.

Sory de Motti

PARTAGER

17 COMMENTAIRES

  1. Nos hommes politiques ne comprennent t’ils pas qu’en accordant trop de places à ces intégristes,ils sont entrain de dilapider le capital de cohésion chèrement acquis par nos ancêtres?
    Je le dit haut et fort ces intégristes sont minoritaires dans notre pays.
    Notre pays a toujours adopté,depuis l’époque de kankou MOUSSA,un islam modéré acceptant toutes les confessions.Ces islamistes,guidés par l’Arabie saoudite,veulent y mettre fin.
    Ils sont entrain de placer patiemment leurs pions.Leurs objectifs à terme:instaurer un ÉTAT islamique imitant ainsi le pays qui leurs finance.
    Nos politiques,toutes tendances confondues majorités et oppositions,sont entrain de leur ouvrir le boulevard accédant à leur but ultime.
    Si on ne fait rien maintenant,nous nous dirigeons inéluctablement vers une désintégration de la société malienne car le malien,dans sa grande majorité,est contre la radicalité.Ensuite les autres confessions n’accepteront jamais qu’on leur impose la LOI islamique.
    Le MALI est entrain de se «soudaniser»c’est à dire des compatriotes,en voulant imposer leur religion aux autres,mènent le pays dans une guerre interminable.
    Je suis étonné que les TIEBILE DRAME soient prompte à dénoncer les agissements malsains du pouvoir.Mais quand il s’agit de dénoncer les actes qui sapent le fondement de la république,on les entend pas.
    Ces hommes politiques ne pensent pas au pays.Mais LEUR INTÉRÊTS BASSEMENT POLITIQUES.
    Vivement une révolution pour refonder la république.
    QU’ALLAH SAUVE LE MALI!

  2. Dire que nos guides religieux sont ceux là-même qui violent la loi, cela est lamentable et décevant. Le gouvernement malien a décrété l’Etat d’urgence pour une cause bien approuvable. Surtout que les terroristes sont partout dans notre pays. 👿 👿 👿 👿 👿

  3. Nous savons tous que le Mali est confronté à une situation pénible, d’où le terrorisme. Une raison bien précise qui a poussé le gouvernement a décrété l’Etat d’urgence. La moindre des choses était d’appliquer ce décret à la lettre pour le bien du peuple.

  4. Jamais je ne pouvais imaginer que nos leaders pouvaient réagir de la sorte en violant la loi. Lors de ces rassemblements tout peut se passer. Les terroristes peuvent commettre des exactions pénibles et douloureuses en cette période.

  5. Aucun d’entre nous n’est au-dessus de la loi, le Maouloud, n’a jamais été un obstacle au Mali. C’est-à-dire, les religieux l’ont toujours fêté comme bon leur semble. Mais cette décision gouvernementale devrait être respectée par tous.

  6. A ce que je sache, le gouvernement malien n’a pas interdit le Maouloud, il a juste interdit les rassemblements. Dans ce cas, nos religieux devraient annulés les rassemblements cette année car cela peut engendrer une situation embarrassante.

  7. De toute évidence on est dans un pays laïc, mais cela ne veut point dire que chacun doit violer la loi. Le Mali est un pays dont les musulmans représentent 95%, donc c’est à nous de donner l’exemple.

  8. S’il y’a quel qu’un qui doit respecter l’Etat d’urgence à la lettre, c’est bien nos guides religieux. Malheureusement, ce fut le contraire au Mali, au lieu de tenir compte de la vie des maliens. Ils ont préférés viser leurs poches.

  9. En tant que citoyen lambda, je suis déçu par cette attitude de nos chefs religieux. Ils se doivent de protéger la vie de la population et non de les mettre en danger. Le gouvernement malien n’a pas agi pas dans le vide.

  10. Personne ne doit amuser avec l’Etat d’urgence, on doit respecter ses textes à la lettre pour notre bien-être. Par contre, nos religieux ont violés non seulement la loi mais ils ont aussi mis la vie de la population en un extrême danger.

  11. En tout cas on ne s’amuse pas avec l’Etat d’urgence, mais nos leaders religieux ont violés la loi. Nos leaders religieux doivent être l’exemple, c’est eux que les autres doivent suivre et non le contraire.

  12. OUI
    Le Mali est un pays laïc mais il faut ajouter à plus de 90% musulman
    on laissera pas la minorité faire la loi mais on les considèrent dans la société
    ceux qui disent que le régime a donné trop de pouvoirs aux religieux se trompent
    c’est la population malienne qui à donner le pouvoir aux chefs religieux et les régimes passés et présents
    les chefs religieux sont écouté et considéré que le gouvernement mais chacun à sa place dans la sociéte.
    n’essayer pas de semer la polémique

  13. Le mal du MALI réside dans la mentalité des du peuple maliens. Yako!! IBK, c’est le plus grand défi, vivement 2016, que Dieu t’aide président 😳 😳 😳 😳 😳

  14. Il faut dire que les régimes précédents ont trop donnés le pouvoir aux religieux dans ce pays. Ce qui nous arrive aujourd’hui n’est que la conséquence de l’incompétence des régimes précédents.
    Il est temps que les autorités inculquent aux religieux que le président de la République ne prête pas serment sur le Coran, mais sur la constitution. Ce n’est pas les versets coraniques les régissent les lois établies dans notre pays.
    Il est temps de mettre un peu de l’ordre dans la tête de certains personnes dans notre pays.

  15. Attitude très dangereuse pour la République certes, mais encore plus dangereuse pour le régime qui semble ne pas être conscient de l’ampleur du péril. Transiger sur la loi avec ces opportunistes ne fait que les rassurer qu’il ont un pouvoir de nuisance et cela, eux-aussi ne badinent pas avec. Le recul de ATT et de l’AN sur le projet d’inscription de deux articles aux code de la famille est ce qui lui a coûté son poste deux mois avant le terme. À l’époque au lieu de dire la vérité à ces obsédés sexuels la classe politique toute entière a bondi sur l’affaire, chacun croyant pouvoir profiter de l’aberration pour briller plus que les autres.

    Le jour qu’on a voulu s’aventurer dans un putsch contre lui c’est l’aval de Mahmoud DICKO qu’on est allé chercher. Depuis ce jour ce dernier se prend pour un faiseur de Roi. Entre temps MARIKO qui avait dirigé les jeunes putschistes vers lui a vu que par la faute de l’ingratitude et de l’opportunisme de DICKO, son crime ne lui a pas profité, ça a profité à IBK. Aujourd’hui le même MARIKO s’affiche aux côtés d’une confrérie rivale du WAHABISME de DICKO pour là aussi, prôner le non respect des lois et des institutions de la République. Des lois que lui-même a votées.

    On a vu comment chacun avait couru à la soupe toxique de Kati pour exprimer son soutien ou pour se faire remarquer plus que les autres. Le jour que quelqu’un s’aventurera contre LADJI, c’est moi-même qui deviendrai le Griot et le Premier Ministre autoproclamé de ce Crétins. WALLAYE !! 👿 😥

Comments are closed.