Migrance 10ème édition : Climat, migrations et sécurité humaine au menu

0

 «Notre pays a enregistré, de 2002 à 2014, 91 033 reconductions, dont, malheureusement, 83 609 en provenance d’Afrique, 5 990 d’Europe, 1 370 d’Asie et 64 d’Amérique». Ce sont les mots d’Abdramane Sylla, minitre des Maliens de l’extérieur, lors de la cérémonie d’ouverture de la 10ème édition de Migrance, le mercredi 16 décembre dernier au Centre Amadou Hampaté Ba de l’ancienne ministre Aminata Dramane Traoré.

Initié par le Centre Amadou Hampaté Ba (CAHBA) et le Forum pour un Autre Mali (FORAM) à la suite des évenements de Ceuta et Melilla en 2005, Migrance est un espace de débats d’idées et d’éducation citoyenne qui mobilise chaque année des intellectuels, des artistes et des acteurs politiques et institutionnels autour de la question migratoire.

La rencontre vise essentiellement à renforcer les capacités dans la défense des droits des migrants et des femmes en tant que mères sociales. Cette 10ème édition est placée sous le thème «Climat, migration et sécurité humaine, les intellectuels et les artistes s’engagent. Les mères sociales aussi».

On notait à cette cérémonie, outre la présence du ministre des Maliens de l’extérieur, Abdrahamane Sylla, celles du Professeur Jean Bosco Konaré, de Nathalie M’Dela Mounier, collaboratrice d’Aminata Dramane Traoré, et de beaucoup d’autres invités.

Après l’observation d’une minute de silence en mémoire des victimes de l’immigration, la cérémonie a connu deux moments d’intense émotion, à savoir la  projection du film «Le mur invisible» d’Eduardo Galéano, un documentaire mettant à nu les souffrances des migrants tout au long de leur parcours, et la prestation d’un jeune artiste nommé Ami, qui a dédié une belle chanson à l’immigration.

Le ministre Adbdramane Sylla a, dans son discours d’ouverture, exprimé tout d’abord sa fierté pour la bravoure des migrants maliens à travers le monde, avant de donner des chiffres inquiétant sur le phénomène. «Notre pays a enregistré, de 2002 à 2014, 91 033 reconductions, dont malheureusement 83 609 en provenance d’Afrique, 5 990 d’Europe, 1 370 d’Asie et 64 d’Amérique. Lors des douloureux évènements survenus dans la nuit du 19 au 20 avril 2015, plus de 180 de nos compatriotes ont perdu la vie, ce qui porte à 376 le nombre de nos compatriotes morts en une année en Méditerranée».

Le ministre Sylla n’a pas manqué de rappeler l’engagement du gouvernement, depuis les 1ères heures des crises migratoires, de combattre le fléau, en synergie avec la société civile.

Les femmes du Centre Amadou Hampaté Ba, à travers leur porte-parole, et Nathalie M’Dela Mounier ont fait des témoignages poignants sur le combat qu’elles mènent avec Aminata Dramane Traoré pour la cause des immigrants maliens.

Pendant une semaine, 4 groupes de travail, des Togouna, se pencheront sur des thèmes comme le rôle des intellectuels et des artistes dans la défense des droits des humains des migrants, le rôle des mères sociales, quels enseignement tirer de la COP 21? et le rôle des intellectuels et des artistes dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Mohamed Naman Keita   

PARTAGER