Phénomène de la mendicité des enfants dans notre pays : La COMADE prône des actions de proximité pour son éradication

4
Mendiant
Deux jeunes Mendiants

Cette rencontre qui s’inscrit dans un dialogue constructif et responsable pour la cause des enfants (à travers la lutte contre les pires formes de la mendicité) a regroupé, outre le président de la coalition, M. Amadou Bocar Téguété, la présence du coordinateur des chefs de quartier, les représentants du Ministère de la Solidarité, de l’Action Humanitaire et de la Reconstruction du nord, du gouverneur et du maire du district, des services techniques, les organisations de la société civile et les structures membres de la COMADE.

Cette rencontre fait suite à celle organisée en janvier  avec les maitres coraniques, les maires, les chefs de quartiers et les leaders religieux. La rencontre vise à dégager des palliatifs contre le phénomène de la mendicité des enfants en général et dans ses pires formes pour les élèves coraniques en particulier.

Dans ses propos liminaires, le président de la COMADE a tenu à remercier le ministre de la  Solidarité, de l’Action Humanitaire et de la Reconstruction du nord pour sa vision partagée avec le projet de sa structure et le soutien financier pour ses activités en faveur des enfants. Le président de la COMADE a indiqué que les spectacles dégradants d’enfants mal vêtus, sans chaussures et occupant les voies et places publiques à la recherche d’argent doit interpeller tous, parents, éducateurs, responsables administratifs, communautaires et religieux.

Selon lui, l’éradication du phénomène passe par l’amélioration des conditions d’existence et d’étude pour les Talibés, et surtout d’exercice pour les maitres auxquels ces enfants sont affiliés. Mais pour Amadou Bocar Teguété, le phénomène est complexe puisque tous les enfants mendiants ne sont pas Talibés ni élèves coraniques. Il a déploré que dans bien des cas c’est une profession encouragée par des parents qui exploitent ces enfants. D’où la nécessité de faire la part des choses en impliquant les maires, les coordinateurs et chefs de quartiers ainsi que les leaders religieux pour circonscrire ce phénomène à la fois sensible et complexe.

La rencontre a permis aux différents acteurs de convenir sur des actions de proximité à entreprendre avec tous, tant au niveau individuel que collectif.

A noter que le phénomène de la mendicité est lié à plusieurs facteurs comme la pauvreté et le concept religieux. Selon les estimations, ce sont près de 7 000 enfants et adultes qui pratiquent la mendicité dans notre pays. S’agissant des enfants, le phénomène concerne trois catégories d’enfants assujettis à la mendicité, à savoir : les enfants mendiants, les enfants Talibés et les enfants sans attaches familiales se divaguant dans les rues.

Daniel KOURIBA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Si les maliens prenaient des pelles et des pioches pour travailler plutôt que de vivre la bite à la main pour passer son temps a copuler ,il y aurait certainement moins de mendiants dans les rues de Bamaako et d’autres villes 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 d’autre part les parents qui pondent une nombreuse progéniture et ne savent pas quoi en faire et refilent leurs momes aux écoles coraniques ,là se sont des pseudos imams véreux qui envoient les gosses mendier pour eux 👿 👿 👿 👿 👿

  2. En un mot c’est l’Etat malien qui a totalement failli, c’est tout, quand le future est bouche et que la corruption, e nepotisme et la delinquence financiere sont les verites du jour alors la grande majorite sera sans abris et sans future et la seule chose qui reste c’est de mendier ou sinon se prostituer. Aussi n’oublions pas que la mendicite d’Etat existe, et que IBK est le premier mendiant au Mali et en meme temps le Mande Zonkeba. Voila pourquoi les gens mendient et pourquoi les gens volent. Les “pintades suivent celle qui est devant” ou sinon disons que le “poisson pourri par sa tete.”

  3. C’est l’islam qui favorise la mendicité. Il faudra faire une Loi pour l’interdire. C’est l’avenir de la génération future qui est compromise.

  4. Le phenomene de mendicite s ‘accentue et reassemble parfois a UN harcelement surtout au moment des embouteillages
    Il n ‘y a pas que des enfants, mais il y a Aussi des bonnes femmes valides, de faux jumeaux loues , des grands garçons et meme parfois des écoliers pour vu que la recette du jour soit fructueuse
    Des 6 heures du matin vous les rencontrez aux abords des rond points , nous avions meme reconnu au rond point de Bako Djikoroni ACI des enfants qui viennent de Kassela
    C ‘est terrible car le phenomene s’amplifie puisque tres rentable
    Moi je propose un recensement general avec photos a l’appui et partager ces fichiers qui seront diffuses dans les mairies et vous verrez les changements

Comments are closed.