Plus de 600 attaques et autres violations contre les personnes atteintes d’albinisme de 2006 à nos jours dans 28 pays africains

0

La Maison de la presse a abrité samedi 03 octobre une  conférence sur l’état de la mise en œuvre du plan d’action régional sur l’albinisme, qui a été adopté lors du Forum Consultatif-Action sur l’Albinisme  qui a eu lieu les 17, 18 et 19 juin à Dar es Salaam en République de Tanzanie. C’était sous l’égide de Monsieur Mamadou Sissoko, président de la Coalition des organisations des personnes atteintes d’albinisme (CORPA).

Plus de 600 attaques et autres violations contre les personnes atteintes d’albinisme ont été signalées dans 28 pays de la région africaine de 2006 à nos jours. C’est ce qu’a indiqué Mamadou Sissoko, président de la Coalition des organisations des personnes atteintes d’albinisme (CORPA). Il estime, compte tenu de la taille relativement réduite de ce groupe de personnes, que de tels chiffres témoignent de l’importance de la menace à la vie des personnes atteintes d’albinisme sur le continent africain.

Ces chiffres, assure-t-il, se réfèrent aux seuls cas qui ont été signalés. Si l’on sait que de nombreux cas ne soient pas signalés en raison de l’implication des membres de la famille et de l’absence des mécanismes de suivi.

Mamadou Sissoko a indiqué que, dans le but de lutter contre ces violations et d’en endiguer leurs causes profondes, les experts indépendants sur l’exercice des droits de l’Homme et des personnes atteintes d’albinisme, en collaboration avec divers mécanismes de l’Union africaine, ont participé à l’élaboration d’un plan d’action régional, qui a été mis en place entre 2015 et 2016 pour une durée de  vie de 5 ans (2017-2021). Ce plan d’action, explique-t-il, contient quatre grandes mesures qui sont des mesures de prévention, des mesures de protection, des mesures de responsabilité et des mesures d’égalité et de non-discrimination.

Pour sa part, Dr. Bazoumana Traoré a affirmé que ces mesures peuvent être intégrées dans les cadres normatifs et programmes qui existent déjà comme les réformes de la justice pénale que ce soit au Mali ou ailleurs, les stratégies d’éducation publique, les stratégies relatives aux droits des personnes handicapées, les stratégies relatives à la discrimination raciale et les stratégies relatives aux genres. Il a aussi déclaré qu’à un an de l’échéance de ce plan d’action quinquennal, ils doivent se poser des questions pour évaluer le parcours, le bilan et l’impact.

De son côté Mme Maïga Aminata Traoré, présidente de l’Association malienne pour la protection des personnes atteintes d’albinisme(AMAPA), a déclaré que la mise en œuvre de ce plan d’action permettra à ses camarades de voir un changement dans leur vie.

Il s’agit notamment du changement aux niveaux sanitaire et éducatif. Car, poursuit-elle, les personnes atteintes d’albinisme ont besoin de prise en compte de certains besoins spécifiques comme la mise à leur disposition de crèmes solaires et de verres- correcteurs.

Il faut rappeler que cette conférence de presse réunissait les différentes associations pour la défense des droits des personnes atteintes d’albinisme au Mali et les hommes de médias

Fadiala N. Dembélé

Stagiaire

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here