Prix des denrées alimentaires : Le statu quo regrettable

0

La baisse des prix des denrées alimentaires annoncées par les autorités n’est toujours pas effective.

 

La semaine dernière, le gouvernement du Mali, face à l’augmentation de 50 F CFA de plus du prix de la miche de pain, c’est-à-dire de 250 F à 300F voire 350 dans certaines localités, a dit avoir pris des mesures.

Dans un communiqué, les autorités maliennes annoncent la baisse du prix de plusieurs denrées de première nécessité notamment le pain.  Le communiqué annonce que le prix du pain doit être désormais à 250 F CFA.  Si dans certaines boutiques, le prix est fixé à 250 F CFA, la recommandation du gouvernement, n’a pas été suivie des effets escomptés.

Les prix restent toujours inchangés dans plusieurs points de vente du pain (gros pain dans les pâtisseries). En Commune V, tous les points de vente du pain cèdent la miche à 300 F CFA.

Le prix du sac de farine est toujours cédé chez les grossistes à 18.250 F contre 15. 250, il y a quelques semaines.

Interrogé sur le maintien du prix, malgré l’annonce des autorités, un gérant de pâtisserie laisse éclater sa colère. « Si les autorités disent négocier avec les importateurs de farine et consentent à renoncer à certaines taxes, les boulangers, eux, ne ressentent pas jusque-là cette faveur. Le prix du sac de farine reste inchangé même chez les demi-grossistes, c’est-à-dire qu’ils sont aux mêmes prix depuis plusieurs semaines », explique-t-il.

Idem pour le prix de la viande. Le kilogramme de viande avec os est vendu sur plusieurs marchés de Bamako à plus de 2.500 F CFA. Celui sans os est cédé à 3.400 F CFA.

A quoi sert la direction du Commerce et de la concurrence si elle n’arrive pas à faire respecter les prix qu’elle a négociés avec les responsables des boulangers et autres ?

Mamadou Sidibé

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here