Réchauffement climatique : Le forum des peuples donne de la voix depuis Siby

0

En marge de la COP21 en cours à Paris, le forum des peuples, à l’initiative de la Coalition des alternatives africaines dettes et développement-Mali (CAD-Mali), a tenu sa 11ème édition les 5 et 6 décembre derniers, à Siby (cercle de Kati). Une façon pour eux d’apporter leur contribution au débat sur le réchauffement climatique.

Les thèmes débattus pendant ces deux jours portaient sur  le changement climatique; paix et sécurité; gouvernance durable des ressources naturelles; crise migratoire, quelle alternative; accaparement des terres; agriculture familiale et  souveraineté alimentaire, etc. la cérémonie d’ouverture était présidée par le ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières, Me Mohamed Aly Bathily. En guise de mot d’ouverture, le président de la CAD-Mali, Issa Kamissoko, dira que le forum des peuples se tient annuellement en contrepoids au sommet du G8 et G20 et vise à contribuer au renforcement du contrepoids citoyen et à la construction du partenariat entre les gouvernements africains et leurs peuples. La spécificité de cette 11ème  édition, a-t-il ajouté, réside dans le fait qu’elle se tient au moment de la tenue de la 21ème  conférence des parties de la conférence cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, COP21. C’est pourquoi, le message principal  de  cette édition a été «COP21, les peuples du Sud refusent la fatalité et demandent justice au changement climatique».

La saga du ministre Bathily                                  

Une véritable vedette, que le ministre Bathily. Devant un peuple en désarroi, il a trouvé les mots justes pour haranguer les foules. Il a profité de l’occasion qui lui a été offerte pour donner son point de vue sur l’accaparement des terres par les spéculateurs fonciers. Sujet d’ailleurs qu’il se plait à étayer partout où il passe. Selon lui, la sécurité de façon générale passe obligatoirement par celle du foncier.  Il pense qu’il n’est pas possible de parler de souveraineté alimentaire au Mali sans une sécurité foncière.  Le ministre a laissé entendre toute sa déception quant au fossé entre les beaux textes juridiques, les beaux discours et la réalité en matière foncière au Mali où les paysans sont illégalement expropriés, sans aucune forme de procès, de leurs terres au profit des riches. L’ancien ministre de la Justice affirme que la justice malienne est à deux vitesses, elle refuse de faire le procès aux spéculateurs fonciers et emprisonne les véritables victimes. A titre d’exemple, il soutient avoir déposé des plaintes contre les plus grands spéculateurs fonciers de Bamako et de Kati,  mais à ce jour, aucun juge n’a osé toucher à ce dossier. Mieux, ce sont ces ‘’bandits fonciers’’ qui traduisent aujourd’hui leurs victimes et même l’Etat en justice, comme le cas de Amadou Kindi Bathily, qui a osé assigner en justice la directrice nationale des Domaines et du Cadres pour avoir refusé de céder à ses caprices. A noter que c’est la troisième fois que le forum des peuples se tient à Siby, après la première édition en 2002 et la deuxième en 2003. Cette 11è édition du Forum des peuples a enregistré plus de 500 participations, venues du Burkina-Faso, du Sénégal, de la Guinée-Conakry, de la Côte d’Ivoire et du Benin. Certains pays occidentaux y étaient attendus, mais à cause de la crise sécuritaire, ils n’ont pu faire le déplacement. Le forum a pris fin par une marche pacifique sanctionnée par une déclaration finale.

Harber MAIGA

PARTAGER