Session inaugurale du CNT : Le Colonel Malick Diaw porté à la tête du CNT

0

48 heures après la publication de la liste des 121 membres du Conseil national de Transition (CNT) la cérémonie inaugurale a eu lieu au CICB le samedi 5 décembre 2020. A l’ordre du jour étaient inscrites l’élection du président du CNT et la mise en place de la commission ad ‘hoc pour l’élaboration du statut et règlement du nouveau organe législatif de la Transition.

 

Tôt le matin, les halls du CICB ont été pris d’assaut par les tous nouveaux désignés membres du CNT pour s’inscrire. Après l’inscription, un à un, chacun passait prendre son badge pour avoir accès à la salle. A l’intérieur, 121 chaises avec des numéros et des noms étaient bien arrangés. Petit à petit, la salle fut remplie avant 10h. La quasi-totalité des membres étaient présente. Certains représentés. A la lecture de la liste de présence, 3 grands absents sans mandat ni procuration se font remarquer parmi lesquels, le président de la Maison de la Presse Dramane Aliou Koné et sa collègue Ramata Diaouré. Tout le reste avait, soit délivré une procuration ou donné des consignes de vote.

Le quorum est atteint. 118 membres sur 121 étaient là. Les travaux pouvaient commencer. Un secrétariat de séance a été mis en place avec à sa tête Djigui Diarra 88 ans, né en 1932 et le plus âgé des membres du CNT et deux plus jeunes. A l’ordre du jour, l’élection du président du CNT et la mise en place de la commission de l’élaboration du statut et règlement du CNT.

Pour être candidat, les règles sont fixées et adoptées. Un parrainage de 40 membres obligatoire. Le colonel Malick Diaw, 2ème vice-président du CNSP est l’unique candidat. Il décroche 108 parrainages. Malgré tout le vote continue. Un petit bulletin est offert à tous les membres afin d’y inscrire le nom du candidat, l’unique candidat. Le colonel Malick Diaw. Parmi les 118 votants, la salle a enregistré 111 voix pour Malick Diaw avec 7 bulletins nuls parmi lesquels, les 3 absents cités, 2 votes blancs, et 2 votes pour Bah N’Daw et Assimi Goïta, président et vice-président de la Transition. Le colonel Malick Diaw est ainsi plébiscité à la tête du 2ème organe de la Transition.

Après son élection, Malick Diaw prend le maillet et place sa présidence sous des nombreux défis à relever, la question sécuritaire du pays, la pandémie de la Covid-19 et les réformes politiques et intentionnelles. La désormais 3ème personnalité du pays estime qu’il faudrait l’union de tous les fils et filles du Mali pour faire le nouveau Maliba tant attendu par les Maliens.

Après son élection, une liste de 15 personnes a été présentée à la séance pour la composition de la commission d’élaboration du statut et règlements du CNT avec à sa tête le professeur universitaire Dr. Souleymane Dé, expert auprès du CNSP. La liste a été amandée à quelques points et validée. Les travaux continueront, dans les locaux de l’Assemblée nationale dans les jours à venir, a confié un membre du comité.

Koureichy Cissé

 

 MISE EN PLACE CNT

Ils ont dit…

Après la mise en place du CNT et l’élection du colonel Malick Diaw comme président de la structure, sur place, nous avons recueilli des propos. Lisez…

 ISSA KAOU DJIM, (coordinateur de la Cmas-Dicko)

Il faut aller à une IVème République”.

 “Cette élection de Diaw par le nombre réconforte les forces armées et de sécurité qui sont la colonne vertébrale du pays et qui doivent assurer la continuité de l’Etat pour la mise en place des institutions démocratiques et républicaines. Nous nous réjouissons de son élection. Aujourd’hui, nous avons besoin de l’union sacrée autour du discours qu’il a tenu. Le peuple nous regarde, le monde nous observe. Nous devrons agir pour l’intérêt supérieur de la nation. Nous devons dépasser nos égos, nos querelles partisanes et aller à l’essentiel. Le Mali a besoin des institutions fortes. Pour cela, il faut la paix, la confiance entre les Maliens et doter le pays de textes pour aller à une IVème République apaisée. La refondation passerait obligatoirement par une IVème République”.

 MAMADOU DIARRASSOUBA, (ancien député)

Aujourd’hui le Mali a besoin d’un consensus”

“Ça a été un consensus total. La priorité ce sont la sécurité, ensuite doter le pays des textes qui apporteront le changement attendu que ça soit la Constitution, la Charte des partis, la loi électorale et le découpage. Le CNT aura pour mission de contrôler les actes majeurs de la transition. Une transition est une parenthèse de la vie d’une nation où il faut mettre les entités à l’écart pour travailler pour le Mali”.

 AMADOU DIALLO, (président du CNJ)

“Il faut avancer, mais ensemble”

“L’objectif est atteint par rapport à l’ordre du jour. Il faut avancer et ensemble. Les attentes pour la jeunesse, c’est le chômage, l’emploi, la formation professionnelle,  l’insécurité et l’orientation. Nos attentes sont énormes et nous allons travailler pour les réaliser”.

FATOUMATA NAMORY KEITA, (la plus jeune du CNT)

Les attentes sont celles attendues de la Transition…”

“Les attentes des Maliens au CNT c’est ce qu’on attend de la transition au fait. Le CNT est l’organe législatif de la transition. Beaucoup d’espoirs sont fondés sur nous et on espère vraiment que chacun pourra relever le Défis”.

Propos recueillis par

Koureichy Cissé

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here