Situation sociopolitique au Mali: Le Consortium des OSC favorable à une Transition civile d’un an

0

Elle doit permettre d’opérer les réformes profondes en relation avec la création d’un organe indépendant et unique de gestion des élections au Mali dans un souci de cohérence et d’efficacité technique et financière.

 Après l’analyse de la situation sociopolitique et le insuffisances des réformes opérés qui ont conduit à la démission du président Ibk par le Comité National pour le Salut du Peuple, un consortium d’organisations de la société civile pour les réformes profondes constitué de Dr Ibrahima Sangho, président de l’Observatoire pour des élections et la bonne gouvernance, l’Ajcad, représenté par son responsable plaidoyer et genres, Fousseyni Diop, et Abdoulaye Guindo, président de la Communauté des bloggeurs Doni-blog ont animé une conférence de presse  samedi dernier à la Maison de la presse. Objectif: apporter leurs expertises à une transition réussie au Mali.

Dans son exposé, le conférencier du jour, Dr Ibrahima Sangho, a affirmé : « jouant notre rôle de contrôle citoyen et d’observation, nous avons toujours alerté l’opinion nationale et internationale sur les pratiques en contradiction avec l’état de droit, la séparation des pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire), les coups d’Etat civil opérés par les Institutions de la République du Mali de 2012 à 2020 et les menaces de partition du pays ».

Grace à son expertise, le Consortium exhorte le Comité National pour le Salut du Peuple à transférer, dans les plus brefs délais, le pouvoir aux Civils en créant un Cadre de concertation à travers lequel seront désignés le Président de la Transition, un Premier ministre de consensus et un Gouvernement, formé majoritairement de technocrates, pour conduire les réformes électorales et institutionnelles appropriées conformément aux textes et engagements nationaux et internationaux en référence à la Déclaration de Bamako en 2000 sur la démocratie et le Protocole additionnel de la CEDEAO de 2001 sur toute accession au pouvoir à travers des élections libres et la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la Gouvernance.

Selon Dr Sangho « l’Acte fondamental N°001/CNSP du 24 août 2020 publié le 27 août 2020, pris sans l’aval du Peuple malien, consacre le coup d’Etat opéré le 18 août 2020 et ouvre la voie à une quatrième République ; tout en consacrant la violation de la Constitution du Mali du 25 février 1992 et de tous les instruments juridiques internationaux ratifiés par notre pays concernant la démocratie, les élections et la gouvernance ».”La nécessité de réformes profondes pendant la Transition civile d’un (1) an ” a soutenu le conférencier.

Par ailleurs, le consortium par la voix de son porte-parole, Dr Sangho Ibrahim, est favorable à une Transition civile d’un (1) an, afin d’opérer les réformes profondes en relation avec la création d’un organe indépendant et unique de gestion des élections au Mali dans un souci de cohérence et d’efficacité technique et financière, avec toutes ou parties des prérogatives, du ministère de l’Administration territoriale, de la CENI, de la DGE et de la Cour constitutionnelle, ou un Organe unique de gestion des élections proclame les résultats définitifs, la révision des modalités de désignation des membres de la Cour constitutionnelle, le plafonnement des dépenses et le dispositif de comptabilité des campagnes, d’instaurer la transparence et améliorer l’équité entre les candidats lors des scrutins, la promotion des débats entre les candidats aux premier et deuxième deux tours des présidentielles; loi électorale, le découpage électoral de l’ensemble des cercles contenus dans les 19 régions créées pour la hausse du nombre des élus nationaux et locaux, conformément à la Loi du mars 2012 et la Loi n°2012-018/ du 02 mars 2012; l’intégration des nouveaux majeurs dans le fichier électoral et la radiation des personnes décédées, l’amélioration de l’état civil, du recensement, du fichier électoral, de la Carte d’électeur et des procurations; sensibilisation civique en français et dans les langues nationales, pour une appropriation véritable de la démocratie par les citoyennes et les citoyens du Mali.

AMTouré

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here