Violences suite à la manifestation du 10 juillet 2020 : Les deux camps se jettent la responsabilité

7

Décidément, est ce que le moment n’est pas arrivé de désespérer du Mali par la faute des maliens d’aujourd’hui (gouvernants, acteurs de la société civile, politiques, religieux et autres opérateurs économiques…)? Comment, un pays doté de mécanismes traditionnels puissants de résolution de conflits en tout genre, soit incapable de trouver l’intelligence à hauteur de souhait pour sortir de cette autre impasse imposée à la Nation, déjà suffisamment ballotée ?

 Le 11 juillet 2020, à la mi-journée, le Premier Boubou Cissé s’est rendu à l’hôpital Gabriel pour rendre visite aux blessés. Mais, on retient qu’à son passage, l’hôpital Gabriel Touré, du 10 au 11 juillet 2020, avait reçu 55 blessés, dont 36 libérés et 4 décès (2 arrivés morts et deux décédés des suites de leurs blessures). Mais, au moment où nous écrivons cet article, nous avons appris la mort d’une 5ème personne dans les environs de la Maison de la Présidente de Cour constitutionnelle.

En plus de ces victimes humaines, c’est le lieu de regretter les nombreux dégâts matériels occasionnés sur des édifices publics et des biens de particuliers. Et, comme en pareil cas, les différents protagonistes fuient leurs responsabilités et se jettent la pierre.

Mais, l’on est en droit de se poser une grande question. Comment des maliens ont pu admettre qu’une crise comme celle que vit actuellement le pays, aille chercher sa solution dans la rue, au risque de faire des victimes humaines? Au regard du contexte actuel du pays, la table du dialogue franc et de la négociation, devait être suffisamment large et surtout conciliante pour mettre la nation à l’abri d’une aventure incertaine.

Sans vouloir trancher et sans prendre position pour aucune partie, nous regrettons le fait que les protagonistes n’aient pas suffisamment donné la chance aux négociations sincères. Et, du coup, à réfléchir de près, l’on comprend que depuis le début de cette crise, les différents protagonistes, sans le dire clairement, ont fait l’option de régler le différend en bandant leurs muscles dans la rue.

 Qui pour assumer les responsabilités ?

Et, les différentes sorties suites aux conséquences regrettables de la manifestation du 10 juillet 2020, le prouvent à suffisance.

En réalité, les tenants du pouvoir, ont voulu avoir le M5-RFP à l’usure. Mais, surtout les accuser de tous les dérapages qui résulteraient de leurs manifestations dans la rue. Du côté du M5-RFP, tout porte à croire qu’ils s’attendaient et souhaitaient par moment que le sang coule malheureusement pour faire porter le chapeau au pouvoir.

Et, comme, il fallait s’y attendre, la manifestation du 10 juillet 2020, a été suivie de dégâts matériels considérables et même des pertes en vie humaine, sans compter les nombreux blessés. Les deux protagonistes n’ont-t-ils pas atteints leurs objectifs ?

Dans son message sur les évènements en cours dans le pays, le Président IBK a été suffisamment clair. « Vous le savez, c’est au nom de l’Etat de droit que les pouvoirs publics ont autorisé la manifestation  d’aujourd’hui du M5-RFP, malgré les incitations à la violence véhiculées par les messages de certains  responsables de ce Mouvement », a-t-il déclaré. Mais, auparavant, il a indiqué : « C’est le cœur serré que je m’adresse à vous en ce moment pour regretter les scènes de violence et de saccage ainsi que les tentatives d’occupation  de nos Institutions et services stratégiques auxquelles il nous a été donné d’assister en cette journée du 10 juillet 2020 ». Et, en attendant «  le bilan  et les circonstances exactes des pertes humaines et matérielles reste à établir », IBK a annoncé qu’ « Une enquête est diligentée à cette fin ». Mais, toutefois, il a exprimé sa « sincère compassion aux familles des victimes ainsi qu’aux citoyens dont les biens ont été pillés ».

Il a ensuite indiqué que c’est au nom de ce même Etat de droit qu’il lui incombe d’assurer la sécurité des biens, des citoyens et des Institutions. « Et cela sera fait, sans faiblesse aucune », a-t-il déclaré.  Mais, toutefois, il a voulu  de nouveau rassurer  le peuple sur sa volonté de poursuivre le dialogue et a  réitéré  sa disposition à prendre toutes les mesures qui sont en son pouvoir en vue d’apaiser la situation.

Dans son communiqué N°001- CS/M5-RFP, le Mouvement du 5 Juin – Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP), a indiqué : « dans l’attente de faire le point sur l’évolution de la situation, le M5-RFP tient pour responsable le pouvoir IBK de toutes les violences et leurs conséquences sur les personnes et les biens publics et privés ».

Dans ce document cosigné par Cheick Oumar Sissoko, Issa Kaou N’Djim et Choguel K. Maiga, le M5-RFP a d’abord félicité le Peuple malien pour sa mobilisation exceptionnelle, le vendredi 10 juillet 2020, à Bamako, dans les capitales régionales, dans les villes secondaires et dans la Diaspora. Ils y ont exhorté « le Peuple à maintenir et à renforcer cette mobilisation jusqu’à l’atteinte de l’objectif qui est et demeure la démission de Monsieur Ibrahim Boubacar Keita et de son régime ». Mais, le mouvement M5-RFP a « demandé également à la Population de ne pas céder à la provocation de ceux commis pour commanditer des actes de violence et de vandalisme dans le seul but de ternir l’image de notre Mouvement qui reste démocratique, populaire et pacifique ».

En réalité, voilà la situation déplorable dans laquelle notre pays se trouve depuis bientôt un mois. Des protagonistes qui n’arrivent à développer leurs capacités d’écoute mutuelle pour préserver le pays d’une énième catastrophe.

Assane Koné

 

 

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. Vrai de vrai
    Nul part au monde on ne peut permettre à des gens de saccager, bruler et piller comme ils veulent.
    La communauté internationale ne doit pas encourager les casses.
    Si les contestataires font violence, les forces de l’ordre doivent aussi faire violence.
    Les causes sont justes, tout le monde en convient, même si elles sont défendues par des gens aussi fausses et responsables de la déchéance du pays que ceux qui sont au pouvoir actuellement.

    Pour rétablir l’ordre, les forces de l’ordre doivent procéder ainsi (entre autres options):
    1. Positionner une colonne ‘au moins 4 véhicules chargés de policiers, gendarmes, gardes sur les principaux axes de la ville: Axe Rond Point Eléphant/Aéroport; Axe ancien ENA/Route de Sénou; Axe Lafiabougou/Route de Sotuba et Axe GMS/Route Koulikoro.
    Les véhicules se suivent à 15 minutes d’intervalles pour dégager par force et arrêter tous ceux qui foutent la merde.
    2. Positionner une cinquantaine d’hommes devant tous les points stratégiques: le siège de toutes les institutions de la République; la Cité Administratives, toutes les DFM, les domicile de tous les hauts responsables de l’État et des institutions (AN, CC, etc.)
    3. Ne relâcher les leaders des contestataires que lorsqu’ils font des déclarations solennelles d’arrêts des violences et de leur mouvement
    4. Ne jamais faiblir devant les manifestants, mater tout débordement.
    5. L’État aussi doit s’engager en travailler désormais dans la bonne gouvernance et ne tolérer aucun manquement à cette bonne gouvernance.
    6. Mouvance présidentielle: prenez dès aujourd’hui vos responsabilités face à un poltron comme IBK avant que ce ne soit trop tard. l’Armée n’est jamais loin.

  2. Ne noyons pas le poisson dans l’eau. Cela s’est passé devant tout le monde et la communauté internationale de bonne foi à tout vu sauf ceux qui ont un autre agenda c’est à dire le pays des radios 1000 collines et ceci à la fin des turbulences trouveront un autre Mali plus lucide plus devant eux. Le Président s’est presque couché à terre pour vous supplier d’abandonner ce projet macabre. Mais hélas on dirait que les écoles coraniques forme des gens qui n’ont aucune morale, encore moins de peur de Dieu jusqu’à violer la sacralite de la vie humaine. Les hommes ont leurs principes de Droit. Mais sachons que tout le monde va mourrir et que Dieu serait sans pitié pour tous ceux qui ôteront la vie d’autrui ou qui seraient à la base, sauf légitime défense… Que chacun porte sa croix…Mr le journaliste n’insister pas en disant que les responsablilites sont partagées par politesse pour vos lecteurs…

  3. BAGDADbougou la martyre!

    Le régime politique le plus corrompu le plus incompétent et le plus sanguinaire d’Afrique occidental a été balayé par le peuple digne du Mali.

    L’assaut final contre cette peste Ibkorona sera donné cette semaine par la vaillante jeunesse du Mali.

    C’est le lieu de saluer la bravoure et la détermination des dignes fils du Mali qui aux risques de leur vie bravent avec courage et brio la Milice Assassine et Terroriste qui se nomme FORSAT au Mali.

    Des lâches en uniforme cagoulés et PD tirent à balles réelles sur des populations désarmées dans les rues de bamako.

    Badalabougou ou Bagdadbougou est devenue l’épicentre de la 2ème révolution malienne, les martyrs de ce beau quartier de la Sema (ancienne où Gesco) ou de l’ancien badalabougou, sont les portes étendard de la dignité malienne et de sa bravoure d’antan.

    Badalabougou la noble
    Badalabougou la digne
    Badalabougou de l’imam Dicko
    Badalabougou de la colline du savoir!
    Badalabougou des deux premiers ponts de bamako
    Badalabougou qui loge le système des nations Unies au Mali.

    Tu ne seras jamais seule face la barbarie du régime sanguinaire d’ibkakala.

    Le peuple malien dressé comme un seul homme te délivrera cette semaine en balayant les assassins du peuple et en poursuivant devant les juridictions compétentes avant de les pendre sans Ménagement tous un à un sur la place de l’indépendance du Mali.

    #JE SUIS BADALABOUGOU

    Salute.

    Ibkkala

    Ibkkala

    Ibkkala

  4. BAGBAGbougou la martyre!

    Le régime politique le plus corrompu le plus incompétent et le plus sanguinaire d’Afrique occidental a été balayé par le peuple digne du Mali.

    L’assaut final contre cette peste Ibkorona sera donné cette semaine par la vaillante jeunesse du Mali.

    C’est le lieu de saluer la bravoure et la détermination des dignes fils du Mali qui aux risques de leur vie bravent avec courage et brio la Milice Assassine et Terroriste qui se nomme FORSAT au Mali.

    Des lâches en uniforme cagoulés et PD tirent à balles réelles sur des populations désarmées dans les rues de bamako.

    Badalabougou ou Bagdabougou est devenue l’épicentre de la 2ème révolution malienne, les martyrs de ce beau quartier de la Sema (ancienne où Gesco) ou de l’ancien badalabougou, sont les portes étendard de la dignité malienne et de sa bravoure d’antan.

    Badalabougou la noble
    Badalabougou la digne
    Badalabougou de l’imam Dicko
    Badalabougou de la colline du savoir!
    Badalabougou des deux premiers ponts de bamako
    Badalabougou qui loge le système des nations Unies au Mali.

    Tu ne seras jamais seule face la barbarie du régime sanguinaire d’ibkakala.

    Le peuple malien dressé comme un seul homme te délivrera cette semaine en balayant les assassins du peuple et en poursuivant devant les juridictions compétentes avant de les pendre sans Ménagement tous un à un sur la place de l’indépendance du Mali.

    #JE SUIS BADALABOUGOU

    Salute.

  5. LA PRAVDA
    TOUT LE MONDE SAIT QUE TU MANGES A LA SOUPE DU PRÉSIDENT. SI TU NE DEFNDS PAS CES CAFARDS ET CES CRETINS, TU NE MANGERAS PAS CAR TU N’AIMES QUE LA FACILITE.
    MAIS SACHEZ QUE DIEU NOUS DEPARTAGERA A L’ISSU DE CE CONFLIT.
    UN PRESIDENT IVRE, VOLEUR QUI TUE LES ENFANTS DU PEUPLE IRA DIRECTEMENT EN ENFER.
    TELLEMENT QU’IL A MARTYRISE CE PEUPLE, IL EST MALADE ET TEIGNEUX ET NE SERA JAMAIS GUERRI.
    IL MOURIRA BIENTOT AVAC LA MALADIE CAR IL A SUCCE LE SANG DU PEUPLE.
    PAREIL POUR VOUS LES PROCHES, VOUS ALLEZ TOUS MOURRIR ETANT GRAVEMENT MALADE CAR VOUS AVEZ TETANISE LE PEUPLE MALIEN.

  6. À qui la faute ?
    Nul part au monde on ne peut permettre à des gens de saccager, bruler et piller comme ils veulent.
    La communauté internationale ne doit pas encourager les casses.
    Si les contestataires font violence, les forces de l’ordre doivent aussi faire violence.
    Les causes sont justes, tout le monde en convient, même si elles sont défendues par des gens aussi fausses et responsables de la déchéance du pays que ceux qui sont au pouvoir actuellement.

    Pour rétablir l’ordre, les forces de l’ordre doivent procéder ainsi (entre autres options):
    1. Positionner une colonne ‘au moins 4 véhicules chargés de policiers, gendarmes, gardes sur les principaux axes de la ville: Axe Rond Point Eléphant/Aéroport; Axe ancien ENA/Route de Sénou; Axe Lafiabougou/Route de Sotuba et Axe GMS/Route Koulikoro.
    Les véhicules se suivent à 15 minutes d’intervalles pour dégager par force et arrêter tous ceux qui foutent la merde.
    2. Positionner une cinquantaine d’hommes devant tous les points stratégiques: le siège de toutes les institutions de la République; la Cité Administratives, toutes les DFM, les domicile de tous les hauts responsables de l’État et des institutions (AN, CC, etc.)
    3. Ne relâcher les leaders des contestataires que lorsqu’ils font des déclarations solennelles d’arrêts des violences et de leur mouvement
    4. Ne jamais faiblir devant les manifestants, mater tout débordement.
    5. L’État aussi doit s’engager en travailler désormais dans la bonne gouvernance et ne tolérer aucun manquement à cette bonne gouvernance.
    6. Mouvance présidentielle: prenez dès aujourd’hui vos responsabilités face à un poltron comme IBK avant que ce ne soit trop tard. l’Armée n’est jamais loin.

    • Je vois que tu n’as pas vécu le génocide du Rwanda. Tout ce que tu dis ne signifie rien devant une foule en colère. Le mieux serait juste de ne pas céder à la provocation et en s’éloignant des lieux de troubles. Point barre.

Répondre à Fangantigui Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here