CAN 2019 : la grande valse des entraîneurs

7

La 32e Coupe d’Afrique des nations qui s’est déroulée au Caire aura été dévastatrice pour les sélectionneurs. Revue de détails.

La liste est longue et pourrait s’allonger encore. Un à un, les sélectionneurs des équipes africaines qui ont le moins « performé » lors de la Coupe d’Afrique des nations (CAN), sont limogés ou annoncent leur départ. A l’heure où les finalistes et leurs supporteurs sont tout juste rentrés, où l’Egypte retrouve un rythme plus habituel, c’est un véritable remue-ménage qui s’opère dans le football africain.

Au Maroc, le Français Hervé Renard tire sa révérence

C’est désormais officiel, le coach français Hervé Renard ne sera plus sélectionneur de l’équipe du Maroc. C’est via un communiqué publié sur les réseaux sociaux que le sélectionneur a officialisé sa décision. Il avait assumé ses responsabilités dès la défaite des Lions de l’Atlas face aux Ecureuils du Bénin en huitièmes de finale. Après près de trois ans et demi, Hervé Renard tire donc un trait sur son aventure marocaine. A son crédit, les Lions sont tout de même passés de la 81e place à la 47e du classement des nations FIFA.

En Egypte, plus d’entraîneur ni d’équipe technique

Javier Aguirre, le sélectionneur mexicain de l’Egypte, dont l’équipe a été éliminée dès les huitièmes de finale, s’était d’emblée désigné comme seul « responsable » de cet échec. Dans la foulée de ce que Javier Aguirre a qualifié de « triste nuit », celle de la défaite inattendue de son équipe face à l’Afrique du Sud (1-0), le président de la Fédération égyptienne de football (EFA), Hani Abou Rida, a lui aussi présenté « sa démission » et « limogé » toute l’équipe technique de la sélection nationale. Cette décision répond, selon M. Abou Rida, à « une obligation morale ».

En Guinée, Paul Put limogé

Le sélectionneur de l’équipe de football de Guinée, Paul Put, a, lui, été limogé, a annoncé la Fédération guinéenne de football, alors que le Belge occupait ce poste depuis mars 2018.

La Guinée a été éliminée en huitièmes de finale par l’Algérie (3-0). Au premier tour, elle avait fait match nul (2-2) contre Madagascar, et enregistré une défaite (1-0) face au Nigeria, puis une victoire (2-0) face au Burundi. Antonio Souaré, président de la Fédération, a affirmé que M. Put n’avait pas atteint l’objectif qui lui avait été assigné : « Sur 12 matches officiels disputés par l’équipe nationale sous le coaching de Paul Put, nous avons enregistré un résultat qui n’est pas satisfaisant, qui s’est soldé par cinq défaites, quatre matches nuls et trois victoires. »

La Fédération a également dissous ses six commissions et suspendu deux de ses responsables mis en cause dans la fraude sur l’âge de deux joueurs cadets ayant abouti à l’élimination de la Guinée pour la prochaine Coupe du monde dans cette catégorie. L’entraîneur national des cadets, Mohamed Maléah Camara, et les deux joueurs concernés par cette fraude sur l’âge ont également été suspendus, en attendant que le tribunal arbitral du sport se prononce sur le dossier.

Le sélectionneur Camerounais évincé

Pour Clarence Seedorf, le match face aux Super Eagles du Nigeria constituait son premier test comme sélectionneur des Lions indomptables, moins d’un an après sa nomination. Après cette défaite, il a été jugé qu’il avait échoué et son limogeage a été annoncé dès le 16 juillet.

L’Ouganda prend les devants

Dès le 7 juillet, la Fédération ougandaise de football (Fufa) avait annoncé mettre un terme au contrat de son sélectionneur français, Sébastien Desabre, après l’élimination de l’équipe nationale en huitièmes de finale, en saluant son travail. « La Fufa est reconnaissante de la contribution de M. Desabre pour le développement sportif et professionnel des Grues de l’Ouganda, y compris la qualification pour la phase finale et les huitièmes de finale de la CAN 2019 », avait indiqué l’instance dans son communiqué, sans préciser le nom de son remplaçant.

La Tanzanie dit bye-bye à son sélectionneur

La Tanzanie, dont la sélection a perdu tous ses matches lors de la phase de groupes, a annoncé au lendemain de ce fiasco qu’elle se séparait de son entraîneur nigérian, Emmanuel Amunike. « La Fédération tanzanienne de football et le coach de l’équipe nationale Taifa Stars, Emmanuel Amunike, sont parvenus à un accord de rupture de leur contrat », a indiqué la Fédération dans un communiqué en swahili, ajoutant que « le processus de recrutement du nouvel entraîneur est immédiatement enclenché ».

Ancien international nigérian, Emmanuel Amunike, 48 ans, avait signé en août 2018 un contrat de deux ans avec la Fédération tanzanienne. Il avait réussi à qualifier l’équipe pour sa première CAN après trente-neuf ans d’absence de la compétition panafricaine. Mais, pour son retour, la Tanzanie a perdu ses trois matches de poule contre l’Algérie, le Sénégal et le voisin kényan.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. Je ne veux pas faire de distinction entre entraineurs expatriés et entraineurs locaux, mais je parle plutôt de la qualité d’un bon entraineur et l’objectif affiché pour atteindre un résultat. Djamel BELMADI qui vient de remporter la CAN avec l’Algérie n’est pas un entraineur expatrié mais il a de la valeur. Il y a des entraineurs qui ont atteint les quarts de final lors de cette CAN, mais ont été finalement remerciés par leurs fédérations. Même notre coach actuel Mohamed MAGASSOUBA, s’il pense qu’il peut remporter la CAN dans quatre ans et qualifier l’équipe à la coupe du monde 2026, il n’a qu’à signer avec la FEMAFOOT un contrat d’objectifs. Nous avons actuellement au Mali six (06) grands entraineurs, mais est ce qu’ils sont capables de bâtir en deux (02) ans une grande équipe et réaliser ce que Djamel BELMADI vient de réaliser en 18 mois pour son pays? S’ils sont capables, ils n’ont qu’à déposer leurs CVs, leurs prétentions salariales et leurs motivations pour entrainer l’équipe nationale de football du Mali, et la suite on verra.

  2. Au Mali on a tout le temps eu des Sélectionneurs Européens. Une seule fois, on est arrivés en finale ( 1972 ) autant dire depuis l’antiquité pour les Jeunes Générations. Le COACH CISSE, du SÉNÉGAL nous a prouvé qu’on n’est pas obligés d’avoir uniquement des COACHS Européens-BLANCS pour arriver en Finale de la CAN.
    MAGASSOUBA est bon. Les COACHS Européens nous coûtent chers et les résultats ne sont pas plus meilleurs… !
    Sauf à vouloir nous faire croire que seuls les COACHS Européens-BLANCS sont dignes de confiance et de respect… ?

  3. Dans le temps, les phases de Finale de l’EURO de FOOTBALL ( l’équivalent européen de la COUPE d’AFRIQUE des NATIONS ), étaient marquées par des violences extrêmes, parfois avec des blessés et même des morts. Mais depuis quelques années les Gouvernants Européens ont pris des mesures anti-hooligans, pour mieux sécuriser les abords des Stades, les alentours et les centre-Villes.

    Les Gouvernants Africains devraient prendre des mesures de pédagogie pour dépassionner les enjeux des matchs de la CAN. Les instances du football Africain, sauf à être lâches et corrompus… Doivent refuser la victoire et la coupe à un pays dont les joueurs ou les supporters auront provoqué des violences entraînant mort d’homme ou tout désagrément de nature à saper les valeurs de Fair-Play du Football.

    Je suis sur que de tels ” incidents ” ne se reproduiront plus jamais, si par exemple, les Autorité Algériennes prenaient l’initiative de rendre cette coupe à la CAF…, montrant ainsi que la coupe, ce n’est pas la guerre entre Maghreb et Afrique Noir, que ce n’est une guerre entre Arabes et Noirs Africains et que ça ne mérite pas d’ôter une vie humaine.

    Quand le Mali joue contre le Sénégal, il faudrait considérer que c’est simplement un match de foot et souhaiter que le meilleur gagne et que les deux protagonistes et leurs supporters respectifs se considèrent avec respect et Fair-Play.

    De même que quand l’Algérie, le Maroc ou la Tunisie joue contre un pays d’Afrique Noir… Les Supporters des deux camps doivent considérer que ce n’est pas le Maghreb contre l’Afrique Noir ni les Arabes contre les Noirs… Et que ce n’est pas la guerre…!
    Les deux camps devraient considérer que c’est simplement un match de foot et souhaiter que le meilleur gagne et que les deux protagonistes et leurs supporters respectifs se considèrent avec respect et Fair-Play.

    La Can de football génère un investissement émotionnel irrationnel chez certains supporters. Un investissement émotionnel qui dépasse le cadre du football. Le nationalisme prend le pas sur le Fair-play en sport. Dommage… !

  4. Moi je veux une coupe d’Afrique pour mon pays et la qualification pour la première fois de notre histoire à une coupe du monde et je te jure le coach Mohamed MAGASSOUBA ne peut pas réaliser cet exploit avec les Aigles du Mali. Il faut connaitre la personnalité d’un entraineur, sa lecture du jeu et la stratégie qu’il est capable de mettre en place pour faire contrer l’équipe adverse. Le coach Mohamed MAGASSOUBA a remporté la coupe des vainqueurs de coupe avec le Daring Club Motementebé du Zaïre en 1997 et c’est le seul palmarès qu’il a au niveau africain. Il a fait un séjour en Côte d’Ivoire qui n’a pas été prolifique. Il a entrainé pendant une saison le stade Malien de Bamako après son sacre en 2010. Il a été limogé après une saison ratée et la défaite du Stade Malien de Bamako contre le Djoliba par 6 buts à 0 en match retour du championnat national. Le coach Mohamed MAGASSOUBA tâtonne trop dans le choix des joueurs alors qu’il dispose d’une des meilleures équipes du continent. Il a démontré lors des matchs amicaux contre le Sénégal à Dakar, contre l’Algérie au Qatar et lors de la récente coupe d’Afrique au Caire contre la Côte d’Ivoire qu’il n’est pas capable de faire une bonne lecture du jeu et en concertation avec son staff technique de dégager une stratégie pour ne pas faire perdre son équipe. Je n’ai rien contre le coach Mohamed MAGASSOUBA mais je veux le meilleur pour mon pays.

  5. Non et non plus jamais de coach étranger au Mali. Ayons notre fierté pour toujours, Magassouba a fait du bon boulot, aucun coach étranger ne fera mieux! gardons au moinss nos sous chez nous. En plus Conté est entrain de faire briller le Mali au Congo en tant que coach, ailleurs aussi les maliens ont fait leurs preuves comme coachs. Tout coach étranger qui sera recruté n’aura pas plus de diplômes que les maliens, quant à l’expérience les maliens sont plus à même de conduire une compétition africaine qu’un blanc (qui viendra surtout pour son Cv et son porte monnaie). Aucun pays européen ne se fera coaché pau un africain pour l’Euro de football ou la Mondial, pour quoi nous nous rabaissons toujours?
    Hervé n’est pas mieux Magassouba, ni Dramé, Mourlé et autres je suis désolé! Eux ils ont apporté des trophées au Mali quel est le blanc qui nous a ramené une coupe?

    • Bonjour M.touré ,et comment allez-vous? J’espère très bien par la grâce d’Allah!! Mais je ne vous comprends pas !! Quel bon boulot à fait notre entraineur !!? Rien du tout !!car il n’a pas pu gagné ces deux matchs de texte !!!qui était celui de la Tunisie et de la cote d’Ivoire !!franchement je suis désolé !!M.magasouba n’a rien foutu.Si le malien ne change pas de mentalité,on ne pourra jamais aller plus loin dans les compétitions Car si vous dites qu’il a fait du bon boulot,c’est l’encourager à être nul. Tout le monde cherche à etre sur le podium !! Et lui n’a même pas été près du podium!!!Car Toutes courses mène à une victoire !!!Donen un mot,M.magassouba n’a rien foutu. ………………Respect

  6. Parmi les entraineurs demis de leur fonction, seul Hervé RENARD pourra faire l’affaire de la sélection nationale du Mali secondé par Baye BAH et Mamoutou KANÉ dit Mourlé et confier la Direction technique à Jean Amadou TIGANA et Mohamed MAGASSOUBA. Le premier cité, en plus de son rôle de Directeur technique national pourra s’occuper de l’équipe nationale cadette avec comme objectif remporter la coupe du monde cadet et le second, en plus de son rôle de Directeur technique national adjoint pourra s’occuper de l’équipe nationale juniore avec comme objectif remporter la coupe du monde junior. L’ excellent Ministre des sports et le CONOR doivent anticiper le recrutement de Hervé RENARD comme nouveau sélectionneur des Aigles du Mali avec un contrat d’objectifs (remporter la CAN 2021 au Cameroun et se qualifier à la coupe du monde 2022) en attendant la mise en place du nouveau comité exécutif de la FEMAFOOT le 29 Août prochain. Allez les Aigles du Mali!!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here