Coupe du Mali de football : Et de 20 pour les Rouges de Bamako !

0

Plus d’une décennie après son dernier sacre, le Djoliba AA vient de remporter, le samedi 25 juin dernier au stade Modibo Kéïta, le trophée de la 61ème Coupe du Mali en s’imposant par le score de 2-0 face à l’AS Réal. Ce trophée est désormais le 20ème des Rouges de Bamako dans cette compétition prestigieuse.

Cette finale de la 61ème édition de la Coupe du Mali de football était présidée par Dr Choguel Kokalla Maïga, Premier ministre, en présence de Mossa Ag Attaher, ministre de la Jeunesse et des Sports, chargé de l’Instruction Civique et de la Construction Citoyenne ; Habib Sissoko, Président du Comité National Olympique et Sportif du Mali, Mamoutou Touré dit Bavieux, président de la Fédération malienne de football ; Yacine Idriss Diallo, président de la Fédération ivoirienne de football ; Matthias Grafstrom, secrétaire général adjoint de la Fifa ; Adama Coulibaly dit Police, ancien international ; Malick Traoré, journaliste et présentateur à Canal+, ainsi que plusieurs responsables sportifs du pays. Cette finale était considérée par les observateurs du football malien comme un duel au sommet. Heureusement, elle a tenu toutes ses promesses car les deux clubs ont pu produire un match au-dessus de la moyenne.

Très en formé cette saison, les poulains de Sékou Bako Seck, entraîneur du Djoliba AC, ont été surpris par la qualité du jeu produit dès l’entame de la rencontre par les joueurs de l’AS Réal. D’ailleurs, à la 17ème minute de jeu, l’ailier gauche de l’AS Réal Issa Kéïta a déclenché une longue frappe qui a été repoussée par la barre transversale du portier du Djoliba AC, Youssouf Koïta.  Après une demi-heure sous la domination de l’AS Réal, les joueurs du Djoliba AC ont commencé à inverser la tendance en créant des actions offensives dans la surface de réparation de l’AS Réal de Bamako. Suite à une de ces actions, ils obtiennent un penalty qui a été transformé par Ousmane Coulibaly dit Kalaba, à la 38ème minute de jeu. C’est sur ce score de 1-0 que l’arbitre de la partie a renvoyé les deux équipes aux vestiaires.  A la reprise, les joueurs de l’AS Réal de Bamako, menés à la première période, ont tout mis en œuvre pour vite revenir au score. Malheureusement, ils sont tombés sur une équipe du Djoliba AC très déterminée, avec une envie ferme de gagner la rencontre.  À la 62ème minute de jeu, les djolibistes, soutenus par leurs supporters, vont doubler la mise par Hamidou Sinayoko, suite à un contre parfaitement mené. Ce deuxième but du Djoliba AC a fortement entamé le moral des joueurs de Nouhoum Diané, entraîneur de l’AS Réal de Bamako. À quelques minutes de la fin de la rencontre, les joueurs de l’AS Réal de Bamako ont obtenu un penalty, malheureusement raté par Makan Samabali.

Finalement, c’est sur ce score de 2-0 que les Djolibistes remportent la finale de cette 61ème édition de la Coupe du Mali. Avec cette victoire, les Djolibistes mettent fin à plus de dix années de disette. En plus, avec ce succès, les poulains de Sékou Bako Seck, entraîneur du Djoliba AC, sont assurés de jouer la saison prochaine une compétition africaine des clubs.  Pour les récompenses, le Djoliba AC, vainqueur de la Coupe du Mali, a reçu en plus du trophée un chèque de dix (10) millions de Fcfa, tandis que le vaincu, l’AS Réal de Bamako, s’est consolé avec la somme de cinq (5) millions de Fcfa. Le prix du meilleur joueur de la finale est revenu à Aboubacar Diarra dit Senior. Il a reçu un chèque de 500 000 Fcfa des mains de Mme Doucouré Fatoumata Sangaré, représentante du Directeur Général de Orange-Mali.  

Des récompenses !

Pour l’édition 2022 de la Coupe du Mali, le vainqueur à savoir le Djoliba AC a reçu un chèque de 10 millions de nos francs tandis que le finaliste malheureux, l’AS Réal de Bamako s’est contenté d’un chèque de 5 millions de F CFA. Les deux finalistes ont également des médailles en or et en argent. Le prix du meilleur joueur a été décerné à Aboubacar Diarra du Djoliba avec un chèque de 500 000 F CFA.                 

Mahamadou TRAORE

Le palmarès de la coupe du Mali :

1961 : Stade malien de Bamako 3-3 / 2-1 Djoliba AC

1962 : AS Réal 7-1 Sonni AC (Gao)

1963 : Stade malien de Bamako 6-3 Avenir (Ségou)

1964 : AS Réal 4-3 ap Djoliba AC

1965 : Djoliba AC 5-1 Kayésienne

1966 : AS Réal 0-0 / 2-0 Avenir (Ségou)

1967 : AS Réal 4-1 US Sévaré

1968 : AS Réal 1-0 Stade malien

1969 : AS Réal 8-2 Africa Sports (Gao)

1970 : Stade malien de Bamako 10-0 Kayésienne

1971 : Djoliba AC 4-0 Jeunesse Sportive (Ségou)

1972 : Stade malien de Bamako 5-1 Avenir (Ségou)

1973 : Djoliba AC 1-1 1-0 AS Réal

1974 : Djoliba AC 2-0 Cercle Olympique

1975 : Djoliba AC 1-1 1-0 Stade malien de Bamako

1976 : Djoliba AC 0-0 3-0 Avenir (Ségou)

1977 : Djoliba AC 6-1 Débo Club (Mopti)

1978 : Djoliba AC 1-1 / 2-1 AS Réal

1979 : Djoliba AC 3-1 ap Stade malien de Bamako

1980 : AS Réal 1-0 Djoliba AC

1981 : Djoliba AC 1-0 AS Réal

1982 : Stade malien de Bamako 4-2 ap AS Biton (Ségou)

1983 : Djoliba AC 1-0 Stade malien de Bamako

1984 : Stade malien de Bamako 3-1 Djoliba AC

1985 : Stade malien de Bamako 4-2 Djoliba AC

1986 : Stade malien de Bamako 1-1 / 2-1 Djoliba AC

1987 : AS Sigui Kayes 2-1 AS Réal Bamako

1988 : Stade malien de Bamako 3-1 Djoliba AC

1989 : AS Réal Bamako 2-0 Djoliba AC

1990 : Stade malien de Bamako 1-0 Djoliba AC

1991 : AS Réal Bamako 2-1 AS Mandé Bamako

1992 : Stade malien de Bamako 1-1 / 1-0 AS Réal Bamako

1993 : Djoliba AC 4-0 USFAS Bamako

1994 : Stade malien de Bamako 2-0 ap AS Nianan

1995 : USFAS Bamako 2-0 Stade malien de Bamako

1996 : Djoliba AC 2-1 AS Réal Bamako

1997 : Stade malien de Bamako 2-1 AS Réal Bamako

1998 : Djoliba AC 1-0 ap Stade malien de Bamako

1999 : Stade malien de Bamako 1-0 AS Nianan

2000 : Club Olympique de Bamako 1-0 Stade malien de Bamako

2001 : Stade malien de Bamako 5-0 Mamahira AC (Kati)

2002 : Club Olympique 2-1 Stade malien de Bamako

2003 : Djoliba AC 2-1 ap AS Tata National (Sikasso)

2004 : Djoliba AC 2-0 AS Nianan (Koulikoro)

2005 : ASB 1-1 (tab 5-4) Djoliba AC

2006 : Stade malien de Bamako 2-1 ASB

2007 : Djoliba AC 2-0 AS Bakaridjan

2008 : Djoliba AC 2-0 Club Olympique de Bamako

2009 : Djoliba AC 1-0 Stade malien de Bamako

2010 : AS Réal 1-0 Centre Salif-Kéïta

2011 : Club Olympique de Bamako 2-1 ap Stade malien de Bamako

2012 : US Bougouni 2-1 AS Onze Créateurs de Niaréla

2013 : Stade malien de Bamako 1-0 Djoliba AC

2014 : AS Onze Créateurs de Niaréla 1-0 Djoliba AC

2015 : Stade malien de Bamako 2-1 AS Onze Créateurs de Niaréla

2016 : AS Onze Créateurs de Niaréla 0-0 (tab 7-6) USFAS Bamako

2017 : Non disputée

2018 : Stade malien de Bamako 2-1 Djoliba AC

2019 : Non tenue

2020 : Coupe abandonnée

2021 : Stade malien de Bamako 3-2 Binga FC

2022 : AS Réal de Bamako – Djoliba AC  : 0 – 2

 

1961 : Stade malien de Bamako 3-3 / 2-1 Djoliba AC

1962 : AS Réal 7-1 Sonni AC (Gao)

1963 : Stade malien de Bamako 6-3 Avenir (Ségou)

1964 : AS Réal 4-3 ap Djoliba AC

1965 : Djoliba AC 5-1 Kayésienne

1966 : AS Réal 0-0 / 2-0 Avenir (Ségou)

1967 : AS Réal 4-1 US Sévaré

1968 : AS Réal 1-0 Stade malien

1969 : AS Réal 8-2 Africa Sports (Gao)

1970 : Stade malien de Bamako 10-0 Kayésienne

1971 : Djoliba AC 4-0 Jeunesse Sportive (Ségou)

1972 : Stade malien de Bamako 5-1 Avenir (Ségou)

1973 : Djoliba AC 1-1 1-0 AS Réal

1974 : Djoliba AC 2-0 Cercle Olympique

1975 : Djoliba AC 1-1 1-0 Stade malien de Bamako

1976 : Djoliba AC 0-0 3-0 Avenir (Ségou)

1977 : Djoliba AC 6-1 Débo Club (Mopti)

1978 : Djoliba AC 1-1 / 2-1 AS Réal

1979 : Djoliba AC 3-1 ap Stade malien de Bamako

1980 : AS Réal 1-0 Djoliba AC

1981 : Djoliba AC 1-0 AS Réal

1982 : Stade malien de Bamako 4-2 ap AS Biton (Ségou)

1983 : Djoliba AC 1-0 Stade malien de Bamako

1984 : Stade malien de Bamako 3-1 Djoliba AC

1985 : Stade malien de Bamako 4-2 Djoliba AC

1986 : Stade malien de Bamako 1-1 / 2-1 Djoliba AC

1987 : AS Sigui Kayes 2-1 AS Réal Bamako

1988 : Stade malien de Bamako 3-1 Djoliba AC

1989 : AS Réal Bamako 2-0 Djoliba AC

1990 : Stade malien de Bamako 1-0 Djoliba AC

1991 : AS Réal Bamako 2-1 AS Mandé Bamako

1992 : Stade malien de Bamako 1-1 / 1-0 AS Réal Bamako

1993 : Djoliba AC 4-0 USFAS Bamako

1994 : Stade malien de Bamako 2-0 ap AS Nianan

1995 : USFAS Bamako 2-0 Stade malien de Bamako

1996 : Djoliba AC 2-1 AS Réal Bamako

1997 : Stade malien de Bamako 2-1 AS Réal Bamako

1998 : Djoliba AC 1-0 ap Stade malien de Bamako

1999 : Stade malien de Bamako 1-0 AS Nianan

2000 : Club Olympique de Bamako 1-0 Stade malien de Bamako

2001 : Stade malien de Bamako 5-0 Mamahira AC (Kati)

2002 : Club Olympique 2-1 Stade malien de Bamako

2003 : Djoliba AC 2-1 ap AS Tata National (Sikasso)

2004 : Djoliba AC 2-0 AS Nianan (Koulikoro)

2005 : ASB 1-1 (tab 5-4) Djoliba AC

2006 : Stade malien de Bamako 2-1 ASB

2007 : Djoliba AC 2-0 AS Bakaridjan

2008 : Djoliba AC 2-0 Club Olympique de Bamako

2009 : Djoliba AC 1-0 Stade malien de Bamako

2010 : AS Réal 1-0 Centre Salif-Kéïta

2011 : Club Olympique de Bamako 2-1 ap Stade malien de Bamako

2012 : US Bougouni 2-1 AS Onze Créateurs de Niaréla

2013 : Stade malien de Bamako 1-0 Djoliba AC

2014 : AS Onze Créateurs de Niaréla 1-0 Djoliba AC

2015 : Stade malien de Bamako 2-1 AS Onze Créateurs de Niaréla

2016 : AS Onze Créateurs de Niaréla 0-0 (tab 7-6) USFAS Bamako

2017 : Non disputée

2018 : Stade malien de Bamako 2-1 Djoliba AC

2019 : Non tenue

2020 : Coupe abandonnée

2021 : Stade malien de Bamako 3-2 Binga FC

2022 : AS Réal de Bamako – Djoliba AC  : 0 – 2

xxxx

Prétendu mauvais arbitrage de  la finale de la coupe du Mali :

Le professionnalisme de l’ORTM met fin à un débat stérile

L’émission sportive de l’ORTM “Performances” de lundi dernier a permis de taire toutes ces accusations contre le corps arbitral de la finale de la Coupe du Mali, jouée le samedi 25 juin 2022. Sur les images, la faute de main est incontestable, et le défenseur réaliste couvrait totalement l’attaquant djolibiste quand celui-ci marquait le 2e but. L’ORTM dans sa volonté d’éclairer l’opinion a fait appel aux services de l’ex-arbitre assistant international, Dramane Danté. Les images et ses explications  collent parfaitement et disculpent le trio arbitral dirigé par Boubou Traoré dit Peny-Peny. Au finish le débat est clos, et le Djoliba AC mérite sa Coupe. Coup de chapeau à l’ORTM pour son professionnalisme ! C’est cela aussi la passion du service public.

L’arbitre de la rencontre, Penipeni

La finale de cette 61e édition de la Coupe du Mali s’est caractérisée par des accusations graves contre les arbitres. La pomme de discorde ? Les deux buts du Djoliba AC. Sur le coup les Réalistes contestent d’une part le penalty et d’autre part dénoncent une position de hors-jeu flagrant sur le deuxième but. Il est clair que les règlements sur les fautes de main dans la surface de réparation et l’interprétation des positions hors-jeu sont évolutifs, c’est-à-dire qu’ils font l’objet de modifications à tout moment. Seuls les arbitres et leurs instructeurs savent les interpréter pour une bonne application des lois du jeu.

Ce samedi, jour de finale, le dispositif sécuritaire autour de la loge officielle, contiguë à la zone de la presse, nous obligea par mesure de prudence à suivre le match dans les gradins, au milieu des spectateurs.

Le profil de journaliste nous conféra logiquement le statut de consultant au milieu des supporters, qui nous ont reconnu. Donc à chaque action litigieuse, ils sollicitaient notre avis. Face aux pluies de questions sur le penalty accordé au Djoliba AC, voilà  nos réponses : “Peny-Peny n’est pas un arbitre qui prend des décisions sans conviction.

S’il a sifflé le penalty, il serait convaincu que le défenseur a commis la faute de main. Mieux que tout cela au début de sa carrière, il a frôlé une suspension. Koman Coulibaly faisait partie des membres de la Commission Régionale des Arbitres (CRA) qui soutenaient cette sanction, en application des textes.

Aujourd’hui le même Koman est inspecteur des arbitres de ce match, est-ce que Peny-Peny prendrait le risque de commettre des erreurs volontaires ? Donc pour diriger cette finale de Coupe du Mali, il ne s’exposera pas “.

Sur le deuxième but, nous avons dit que l’action est tellement rapide que seules les images pourront édifier l’opinion. Et l’ORTM a clos le débat. Ces scénarios sont monnaie courante dans notre football.

En 1985, la finale de la Coupe du Mali qui a opposé le Djoliba au Stade malien a été interrompue pendant au moins une dizaine de minutes. Au motif que les Rouges réclamaient une position hors-jeu sur le but marqué par l’attaquant stadiste Mahamadou Cissé dit Tostao. Que s’était-il passé ? Au terme d’une remontée, le latéral droit Mamadou Coulibaly dit Kouicy par un centre millimétré donne rendez-vous dans la surface de réparation. Dans la confusion Seydou Diarra dit Platini et un défenseur djolibiste se retrouvent à terre, et Tostao surgit pour marquer le but. Cela créa un désordre sur le terrain avec des positions tranchées entre Djolibistes et Stadistes.

L’arbitre central Modibo Ndiaye et son assistant Sidi Békaye Magassa ne s’entendaient pas sur la décision à prendre. La télé malienne était à ses débuts et le replay n’était pas de la mer à boire. Finalement Modibo Ndiaye prit ses responsabilités et confirma la position hors-jeu. Dans le cadre de la rubrique “Que sont-ils devenus ?”, il nous affirma avoir flairé une hésitation de son assistant. Donc il fallait agir d’une manière ou d’une autre pour mettre fin à la récréation.

L’incident s’est arrêté à ce niveau, parce que le Stade malien a fini par s’imposer 4 buts à 2.  Autre anecdote sur les décisions arbitrales ? La demi-finale de la Coupe du Mali en 2005 entre le Stade et l’ASB. Ce jour-là, l’arbitre assistant Balla Diarra a refusé le but égalisateur des Blancs de Bamako.

C’était une rébellion sur le banc de touche du club. L’entraîneur à l’époque, Abdoul Razak s’en est violemment pris à l’arbitre central, Mamadou Kéita. Il l’a bousculé, pendant que les joueurs tentaient de régler le compte de l’arbitre assistant à l’origine de leur “malheur”. Cette pression stadiste n’aura produit aucun effet, et l’ASB se qualifiera pour la finale. Seul point de recours, les images de l’ORTM que les supporters stadistes attendaient pour dispositions à prendre.

En réalité, les arbitres avaient raison, la position hors-jeu était très claire sur les images. Ce jour, l’émission de l’ORTM a pris du retard, l’accusé principal Balla Diarra n’ayant pas dormi. Il est resté devant son petit écran. Et quand le visionnage lui a donné raison, il s’empressa d’appeler son compère, l’ancien arbitre assistant Mahamadou Haïdara (actuellement en service au Caire  au compte de la Caf). Celui-ci confirma sa présence devant sa télé. En conclusion, l’arbitre Balla Diarra a été sauvé.  Cette grande responsabilité de refuser un but litigieux fut un facteur déterminant dans le rehaussement de sa cote.

Au-delà de tout, ne doit-on pas comprendre que les arbitres sont des êtres humains, donc coupables d’erreurs indépendantes de leur volonté ? En la matière, la passion ne doit dépasser la raison. Aucun  pré jugement ne saurait permettre ces deux aspects. Dommage !                                 

O. Roger

    Tél (00223) 63 88 24 23

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here