Les recommandations de l’assemblée nationale rendent désormais difficile la médiation pour la sortie de crise du football malien

20
Le président de l'assemblée nationale, Issiaka Sidibé et Boubacar B Diarra, président Femafoot

Vers la suspension du Mali par la FIFA et la fin du football malien

Les recommandations issues de la médiation du bureau de l’Assemblée Nationale rendent désormais difficile la médiation pour une sortie de crise du football malien. Déjà, le Comité exécutif de la Fédération malienne de football dirigé par Boubacar Baba Diarra et les 14 clubs de Ligue 1 ont catégoriquement rejeté ces recommandations surtout le point sur le maintien des quatre clubs (Djoliba, COB, CSK et Avenir de Tombouctou) en Ligue 1 et la reprise du tournoi de montée. A ce rythme, on tend vers une année sans football au Mali et la suspension par la Fifa, si jamais le Département des Sports retirait la délégation à la Femafoot. Ce qui sera une perte énorme pour notre sport roi, à cause des intérêts personnels de certains dirigeants sportifs.

La crise au sein du football malien continue de défrayer la chronique, depuis l’Assemblée générale ordinaire de la Fédération malienne de football, il y a plus d’une année. Depuis, le Département des Sports n’a pas pu trouver un terrain d’entente entre les différents protagonistes. Au contraire, la situation ne cesse de s’aggraver de jour en jour. Et pourtant, il y a bel et bien un Comité exécutif dirigé par Boubacar Baba Diarra, élu légalement lors de l’Assemblée générale élective du 8 octobre 2013 à Mopti. Et c’est ce Comité exécutif qui est reconnu par les instances dirigeantes du football mondial, notamment la Fifa et la Caf. Le ministre des Sports, Housseini Amion Guindo, ne cesse aussi de dire à qui veut l’entendre qu’il travaille jusqu’à preuve de contraire avec l’équipe de Boubacar Baba Diarra.

Malheureusement ou heureusement, le Département des Sports  empêche ce même Comité exécutif de travailler ou d’appliquer les textes qui régissent le football malien. Après l’échec de plusieurs médiations, cette crise du football malien s’est transportée à l’Assemblée nationale. En d’autres termes, les députés avaient pris le dossier en main afin de trouver un accord de crise entre les acteurs du football malien. C’est dans ce cadre que le bureau de l’Hémicycle, présidé par Issiaka Sidibé considéré comme l’un des dirigeants sportifs du pays, a rencontré et échangé, du 7 au 8 janvier, les différents acteurs. Il s’agit d’abord du Comité exécutif dirigé par Boubacar Baba Diarra ainsi que les frondeurs. Les représentants du regroupement des clubs de première division, l’Union nationale des associations des supporters des Aigles du Mali (Unasam) ont été écoutés.

Le bureau de l’Assemblée nationale a également entendu le ministre des Sports, Housseini Amion Guindo et le Pool des médiateurs du Comité national olympique et sportif du Mali (Cnosm) dirigé par Adama Koné.

A l’issue de ces échanges, les différentes parties ont exprimé leur profond attachement à l’avenir du football malien et leur adhésion à la recherche d’une solution à cette crise qui a trop duré.

Les résolutions réparties en huit points, issues de cette médiation, se passent de tout commentaire, selon les nombreux observateurs du monde sportif. Le Bureau de l’Assemblée nationale reconnait la légitimité du Comité exécutif de la Femafoot dirigé par Boubacar Baba Diarra. Il souhaite la levée de toutes les sanctions contre les personnes physiques et morales, ainsi que le retour en Ligue de tous les clubs relégués avec un accompagnement financier de l’Etat.

Il souhaite aussi le démarrage immédiat du championnat national de football Ligue 1. Sans oublier la reprise de l’élection de la ligue de football du district de Bamako sous la supervision de la Fédération malienne de football, du Comité national olympique, la Direction régionale des Sports et du gouvernorat du district de Bamako, la gestion transparente des ressources financières et le respect de l’éthique sportive à tous les niveaux. C’est vraiment du couper-coller des recommandations du Pool des médiateurs que le président Issiaka Sidibé et son équipe se sont contentés de faire. Le hic est que les députés recommandent aussi la reprise du tournoi de montée en première division. Ce qui sera un désaveu total pour la Fédération malienne de football, qui a organisé ces différents tournois dans des conditions requises. Là aussi, certains clubs proches des frondeurs ont catégoriquement refusé de jouer, sans aucune raison valable. C’est ainsi que l’US Bougouni, l’US Kita, Lcba et Débo Club de Mopti ont décroché leur titre de champion. Alors que le Pool des médiateurs n’a jamais évoqué dans son rapport la reprise de la montée. Même le ministre des Sports est convaincu que cette reprise n’est pas possible puisque son club, le Stade malien de Sikasso, a bien participé à ce tournoi.

Les résolutions de l’Assemblée Nationale prouvent à suffisance que les frondeurs sont soutenus par le gouvernement. Quand on sait que Seydou Ag Abeta est l’un des barons du parti au pouvoir, le Rpm. En plus d’être le secrétaire général de la section Rpm de Kidal, il est également membre du bureau politique national et président de la Ligue de football de Kidal.

Depuis l’éclatement de la crise du nord du Mali, les trois ligues régionales (Gao, Tombouctou et Kidal) n’avaient d’autres ambitions que de prendre en otage le football malien. Au même moment, le président Boubacar Baba Diarra se bat pour trouver des financements auprès de la Fifa afin de doter chacune de ces régions du Nord d’un terrain synthétique digne de ce nom, pour plus d’un milliard de FCFA.

En tout cas, le Comité exécutif de la Femafoot a pris acte de ces résolutions faites par l’Assemblée nationale. Du coup, il a refusé de signer le document tout comme les 14 clubs de Ligue 1. “Nous refusons catégoriquement les propositions de l’Assemblée nationale. Au lieu de nous faire une proposition pour une sortie de crise, le Président Issiaka Sidibé rend désormais difficile la gestion de la crise. C’est dommage ! Malheureusement, le ridicule ne tue plus au Mali. Il veut tout simplement pousser Boubacar Baba Diarra à la sortie ou il veut arrêter le football malien. De toutes les façons, on tend vers cela. Que le Bon Dieu nous sauve avec toutes les performances du football malien aujourd’hui“, nous a confié l’un des responsables d’un club de Ligue 1.

Au rythme où vont les choses, on tend vers une année sans football au Mali, malgré que quatre clubs sont engagés en compétition inter-clubs de la Caf. Et l’hypothèse de retirer la délégation au Comité exécutif n’est pas à écarter puisque le gouvernement continue de travailler sur cette lancée. C’est dire qu’il faut s’attendre à la suspension du Mali par la Fifa de toutes les activités du football, à commencer par les éliminatoires de la Can 2017 et de la Coupe du Monde 2018. Ce sera donc une grande perte pour le football malien. Lors du forum de la presse, il y a quelques semaines, le ministre des Sports a été très clair:  “Il y a des gens qui travaillent pour que le Mali soit suspendu par la Fifa“.

Les propositions du bureau de l’Assemblée nationale :

1- La reconnaissance de la légitimité du comité exécutif de la FEMAFOOT dirigé par M. Boubacar Baba Diarra ;

2- La levée de toutes les sanctions contre les personnes physiques et morales ;

3- Le retour en ligue I de tous les clubs relégués avec un accompagnement financier de l’Etat,

4- Le démarrage immédiat du championnat national de football ligue I ;

5- La reprise des élections de la ligue de Bamako sous la supervision de la fédération, du comité national olympique et sportif du Mali, de la direction régionale des sports et du gouvernorat du district de Bamako ;

6- La reprise du tournoi de montée en ligue I ;

7- la gestion transparente des ressources financières et le respect de l’éthique sportive à tous les niveaux ;

8- La poursuite de la médiation concernant les points partiellement ou non prise en charge.

A B H

PARTAGER

20 COMMENTAIRES

  1. C’est dommage de voir comment se pays est entrain de s’effriter d’année en année, de secteur en secteur, de région en région avec pour cause, le laxisme, le mercantilisme, la corruption, le vol, la surfacturation et la livraison à l’administration publique les produits frelatés et de marchés mal exécutés. Le Mali va vers une autodestruction imminente. Citation de Laurent BIGOT qui cause beaucoup de médiocrité dans ce pays, il s’agit ” La cooptation et la corruption sont des leviers bien plus puissants que le mérite. Il faut libérer les énergies si on ne veut pas que le dividende démographique ne devienne une bombe à retardement.” fin de citation. Très Chers responsables de ce pays, vous laisser une bombe entre les mains de vos enfants, dans quelques années quand vous ne serrez plus de ce monde, cette bombe explosera et dans vos tombes vous regretterez. Qu’Allah le tout puissant protège et aide le Mali.

  2. ATTENTION:
    TRES MAUVAISE NOUVELLE POUR LES PINTADES QUI VONT DEVOIR BOSSER JOUR ET NUIT! :mrgreen: 😆 😛
    TRES MAUVAISE NOUVELLE EGALEMENT POUR ZONKEBA QUI DEVOIR S’ACHETER UN CONTAINER ENTIER DE PARACETAMOL POUR CALMER SES MIGRAINES A VENIR! :mrgreen: 😀 😛

    ADAMA DRAME, L’INCOMPARABLE JOURNALISTE D’INVESTIGATION MALIEN VIENT ENCORE DE FRAPPER! :mrgreen: 😛 😀
    Pour les ignares qui ne connaîtraient pas encore Adama Drame et son journal Le Sphynx, Dramé est ENTRE AUTRES celui qui avait écrit sur les accointances Tomi/Ibk, plus d’1 an AVANT (! 8) ) que le journal Le Monde ne le fasse!!! 8) 8) 8) 8) 8)

    C’est aussi celui qui avait décrit noir sur blanc par le menu l’énorme magouille du marché bidon Kagnassy, bien AVANT que celle-ci ne soit avérée et alors qu’elle n’était encore “qu’en préparation”! 8) 8) 8) 8) 8) 8)

    C’est encore celui qui éventé BIEN AVANT tout le monde, le scandale Boeing! 8) 8) 8)

    Et c’est aussi lui qui, une fois la scandale avéré, sera le premier à mettre sur la table la “non propriété” de ce dernier par l’état Malien, le montage avec une société bidon dans un paradis fiscal, l’immatriculation de l’avion dans l’ile d’Aruba, etc etc etc etc etc etc etc etc 8) 8) 8) 8)

    BREF, QUAND DRAME ECRIT QUELQUE CHOSE, NON SEULEMENT ON SAIT QUE C’EST TOUJOURS “DU LOURD”, MAIS ON SAIT EN PLUS QUE C’EST TOUJOURS “DU VRAI” 8) ( Et Ibk aussi, le pauvre! :mrgreen: )

    DONC, SI VOUS TENEZ A EN SAVOIR PLUS SUR LES FAMEUX “200 DOSSIERS” QUE ZONKEBA SE VANTAIT D’AVOIR REMIS A LA JUSTICE, PRECIPITEZ-VOUS SUR:
    http://www.journallesphynxmali.com/la-verite-sur-les-presumes-200-dossiers-remis-a-la-justice-seulement-16-rapports-transmis-par-ibk-192-par-att/ :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  3. le conflit a debuter a cause d baba qui refuse d’explique sa gestion de la femafoot on n parle que des 04 clubs relegué k Dieu aide le foot malien sinon ls textes on ete violé par baba l 1ere

  4. le pays est dans la merde jusqu’au cou ; rien n’avance , mais les députés et les ministres s’intéressent surtout au football malien :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: faites attention la merde monte vite et vous allez bientot l’avaler 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  5. Je pense que nous devons montrer à la face du monde, que nous sommes des responsables et méritons leurs considérations en appliquant tout simplement les textes que nous avons nous mêmes adopté qui tranchent ces genres de situation. Cela va dans l’intérêt de notre football et de notre crédibilité vis à vis du monde sportif international.
    Le Mali a assez souffert de ses arrangements à l’amiable au détriment de nos lois et règlements, on ne construit pas une nation ou un état de droit dans l’injustice.
    Nous devons méditer sur les limites du consensus connus sous ATT , consensus qui a conduit notre dans l’abîme d’où il penne à sortir aujourd’hui.
    Avec un tel règlement de la crise au sein du football Malien, nous semons les germes d’une nouvelle crise pour les générations futures.
    A bon entendeur salut ……. Signé moi

  6. les maliens soyons un peu serieux les textes sont fait pour etres respecter mes chers donc les 4 clubs doivent descendre en 2xieme division sans discuté voila tout le problème du mali ont ne dise pas la vérité c’est une évidence que les 4 clubs descendent en division inférieur et le problème est réglé

    • Si ces clubs descendent en division inférieure, il n y aura pas de championnat car à vaincre sans coup ferir, l’on triomphe sans gloire

  7. Vraiment cette histoire n’as que trop durée , ces dirigeants là que ce soit ceux cette la federation actuelle ou des frondeurs sont tous cloitrés sur leurs positions , surtout le bureau actuel de la federation , alors ou est le compromis , arrêtons de faire de l’avenir du football malien tant chère à bon nombre de malien dont je fait partie “une chose personnelle”.
    Je pense que le général Baba Diarra s’il est reconnut comme president legitime , alors a quoi bon de protester contre la monter de ces 04 équipes frondeurs et aussi des autres mesures qui sont cités par l’assemblé si c’est dans l’intérêt commun pour sortir de cette situation.
    Je pense qu’ils déconnent et vraiment les supporteurs en on marrent , alors attention sinon comme on le crains le pire arrivera , chose que personne ne le souhaites actuellemnt pour un pays qui aassez de problème comme ça .

  8. Mais où sont les supporteurs?Il faut casser la geule de ces(les 2 bureaux) imbeciles qui prennent le foot malien en otage.

  9. Ce n’est pas avec un championnat extirpé de sa valeur intrinsèque qu’on sert le football malien. Le niveau
    d’un championnat se mesure à la qualité des clubs et à l’adversité existant entre les équipes . C’est le besoin qui crée le progrès . Les clubs s’émulant se mettent dans cette situation . Imaginez un match entre le STADE MALIEN de BAMAKO et le DJOLIBA AC ; Les ONZES CREATEURS et le CSKA ; le COB et le REAL . Un match entre ces équipes est toujours un derby comme aiment à le nommer les journalistes sportifs . Il faut se départir des ressentiments destructifs , savoir se transcender et aller sur de bonne base pour le meilleur du football malien .

  10. Tous ce monde d’intérêt qui sont dans toutes les instances dirigeantes du sport ne spéculent que pour intérêt et uniquement leur internet .Ils ne servent pas le sport mais se servent du sport.
    Même si le MALI doit être victime des sanctions que nous devons en toute honnêteté et en toute dignité.
    Si c’était pour l’intérêt du sport au moins une partie allait faire des concessions. Mais hélas.
    Qu’ils soient tous écartés à vie de nos stades et on verra s’ils sont indispensables.
    A nous de choisir entre la survie de notre sport roi et des hommes d’internet.

  11. On n’a pas besoin de FIFA pour la gestion de notre fooball, la FIFA meme a des problemes. Les decisions de l’Assemblee Nationale est legitime et cette decision veut dire que c’est la majorite du Peuple malien qui est d’accord pour les decisions des Pools de Mediation.

    Si Baba Diarra est un vrai homme de droit, il ne doit pas faire objection aux decisions de l’Assemblee Nationale.

    Maintenant nous sommes en train de comprendre que ce n’est un probleme de Baba Diarra, mais ce sont les stadistes qui manipulent Baba Diarra pour le mettre dans l’erreur qui lui sera fatale.

    Un exemple, en Cote d’Ivoire l’article 38 empechait ADO d’etre President mais pourquoi il y a eu arrangement; qui a fait ces textes? Ce n’est Dieu qui a fait cet article mais ce sont les hommes, eviter les surencheres

  12. **** peux tu dire que LCBA mérite de jouer la D1 alors que pour jouer la montée en D1 on devient d’abord CHAMPION DE SA LIGUE ! Dire que d’autres clubs n’ont pas joué la montée pour que LCBA les remplace est un argument qui rattrape la fédération car lorsque les Djoliba ont refusé de jouer pourquoi ils n’ont pas été remplacés ? Donc reconnais que cette MONTÉE a été faite sous la tricherie et la reprendre est LÉGITIME ! On ne monte pas en D1 comme ça, on la mérite, va dire ça à SEKOUBA !

  13. qu’ils dégagent tous, pourquoi ne pas nommer Federic kanouté ou Malamine koné du Airness comme président? ont se servent des expatriés mais une fois leurs carrières terminer ils sont jetés comme des malpropres.

  14. A mon avis c’est la presse qui a grave le conflit. Il faut que chaque partie fasse des concessions.

  15. Respectons les textes c’est tout. Qui veut partiper aux competions de LA FIFA RESPECTE SES REGLES

  16. Je trouve les recommendations du Parlement tres acceptables!!!!! Si les uns et les autres ne veulent rien entendre, ils doivent comprendre qu’ils ne peuvent pas prendre le football malien en otage!!!!! Ils doivent demissionner pour le bien du football et celui des fans de ce sport!!!!!!
    L’autre solution qu’il faut etudier est la privatisation des clubs maliens! 51% des capitaux de chaque club seront detenus par leurs supporters qui seront des actionnaires et 49% par les patrons maliens, l’etat et/ou les investisseurs etrangers. Les patrons desdits clubs vont choisir un nouveau bureau pour gerer le football malien!!!
    La FIFA doit accompagner le football malien et non imposer quoi que ce soit au Mali!!!!
    La sagesse americaine dit: “… When you think that you lead and you look behind and you see that no one is following you, you are not leading!!!!!!!”
    President Diarra de la FEMAFOOT, pensez-vous vraiment que c’est necessaire de maintenir le football malien dans cet etat? Pourquoi s’accrocher a’ votre poste de president si cela signifierait rester dans l’impasse?
    LA SAGESSE VEUT VOTRE DEMISSION MAIS CEUX QUI VOUS CONTESTENT NE DOIVENT POINT VOUS REMPLACER!!!!! Nous avons des milliers de maliennes et de maliens qui peuvent diriger le football malien!!!!
    ALLAH KA BE’ SON HAKILI GNOUMAN NA!!!!!

    • Il n y a pas de recommandations à faire, il faut tout simplement appliquer les textes.
      On n’a pas besoin d’un règlement en dehors des lois soit les fondeurs ont raison ou la fédération, c’est aussi simple que ça.
      Nous sommes un Etat de droit une république bananière.

Comments are closed.