Période transitoire : Le Mali sous embargo des syndicalistes !

3

2020, une année de l’embargo pour le Mali. Après la Covid-2019 et les mouvements sociopolitiques qui ont paralysé presque tous les secteurs, après les sanctions vulgaires de la CEDEAO suite au renversement du régime IBK, le Mali est maintenant sous embargo des syndicats qui paralysent le pays avec une multitude de grève. La dernière est celle de la plus grande centrale syndicale, l’UNTM.

Embargo sur embargo, plus rien ne bouge ! Malgré le départ de l’ex-président de la République Ibrahim Boubacar Keita, la situation est restée comme telle.

En effet, depuis début de l’année 2020, le Mali comme tous les autres pays du monde est frappé par la Covid-2019. Fermeture de frontières aériennes et terrestres, couvre-feu, arrêts des activités dans des secteurs rentables comme la culture, le tourisme, l’hôtellerie, le commerce… ont paralysé l’économie du pays. Les conséquences de cette pandémie ont également affecté le secteur privé. Aux conséquences de cette pandémie, se sont ajoutés celles de l’insécurité globalisée, de la corruption encouragée par le régime sortant, du népotisme, du clientélisme…

Comme si la Covid-2019 ne suffisait pas, le Mali a été victime des mouvements sociopolitiques liés à des contestations contre le régime sortant. Trois mois durant : juin, juillet et août, tout le pays était paralysé, les activités arrêtées, bref le pays était sous embargo qui ne disait pas son nom.

Comme si c’est un malheur qui était tombé sur le Mali, après le renversement du Président Ibrahim Boubacar Keita par les militaires, le 18 août, la CEDEAO a aussi montré ses muscles. Pendant près d’un mois, le Mali a été mis sous embargo. Toutes les frontières étaient fermées. Seuls les produits pharmaceutiques, carburants, électricité et des produits de première nécessité pouvaient entrer ou sortir. Cet embargo a duré presque un mois.

Le Mali sous embargo des syndicalistes !

La CEDEAO a levé ses sanctions contre le Mali, les blocus dus à la Covid-2019 ont été levés, mais le Mali se trouve toujours sous embargo. Venant de qui ? Des syndicalistes !

En effet, au moment où nous mettons cet article sous presse, le pays se trouve complètement paralysé par des grèves intempestives. Presque chaque semaine, un ou des syndicats déclenchentla grève. Les Administrateurs civils, les travailleurs des collectivités territoriales, les surveillants de prison, les travailleurs du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale…ont tous fait  grève. Certains dont les Administrateurs civils ont même décrété une grève illimitée il y a deux semaines. Chacun réclame l’amélioration de ses conditions de vie et de travail. Ce sont des revendications légitimes. Mais la transition peut-elle résoudre ce problème, puisque n’étant pas un pouvoir élu ?

En plus de la grève des différents syndicats, le même scénario se poursuit à travers les 72h de grève ébauchée par la plus grande centrale syndicale de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM).

Par conséquent, le pays étouffé, l’économie nationale durement impactée pour qui analyse le manque à gagner par l’Etat durant ce moment difficile.

Puisque presque tous les services publics et privés sont actuellement fermés. En vue d’observer le mot d’ordre de cette grève, les banques du pays ; les postes de douane, les frontières, les services miniers, les impôts, les fonctionnaires de l’Etat…etc, décident ainsi de rester à la maison jusqu’à ce vendredi 20 novembre. L’ébullition du front social fait que le pays est bloqué à nouveau.

Selon un responsable syndical, la grève de l’UNTM a été une réussite totale. En ce sens qu’elle a été respectée à 99%.Ces mouvements syndicaux font donc que le pays est complètement arrêté. Ces grèves mettent ainsi le pays sous embargo. C’est d’ailleurs ce que pensent certaines personnalités politiques comme Dr. Aboubacar Sidick Fomba, président de l’Alliance démocratique du peuple malien (ADEPM). « Le Mali est encore mis sous un embargo après celui de la CEDEAO et la crise sanitaire (covid-19) », a-t-il écrit sur sa page Facebook.

Mamadou Diarra

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. All of this life altering nonsense is result of us acquiring foreign methods that are not fitting to our total circumstance thus results to both sides not ever reaching conclusion having degree of benefits that should be. We deserve better but first we must let go of stupidity foreigners intentionally pass on to us as if that stupidity is in our best interest.
    This is another condition one party democratic political system would eliminate with transparency plus accountability having us at this moment making winning war as soon as possible our primary focus. Thus now government must be chameleon like making changes having those who comprehend how to manage war with resources we possess or may timely get managing government or power hungry plus corrupt will run amuck. With one party system this condition would have been made clear plus need for boycott avoided with power hungry union leaders knowing boycott under total circumstance is treasonous act that should be punished by them being imprisoned.
    At times I see our acquisition of foreign ways very much like I see christian, hindu plus islamic religion relation to Negroids. Those ways are subtly imposed upon us with pat on our back in friendship with foreigners knowing for us to apply those methods is to poison our ability to survive yet we do it. In slavery or/ plus colonialism it was imposed upon our ancestors to accept foreigners religions as their own or they were beaten or/ plus deprived of food or shelter or/plus murdered. Those who survive passed on with many bloodlines that their children should worship under these religions without ever sharing we worship under these religions as results of our ancestors being in bondage of slavery or colonialism. Where this truth is made clear youth reject foreign religion knowing it is better to have one of their own by them plus for them.
    Sometimes sinister side of me consider reparation for slavery many African American Negroids spoke of unto they fell for trickery of Obama presidency that benefited few Negroids if any. I conclude maybe caucasians quietly hold position of if Negroids ancestors had not become slaves Negroids would not know jesus plus knowing jesus is of greater value thus they do not owe Negroids reparation for slavery instead Negroids owe them for introducing them to jesus.
    You see us acquiring practice of worshipping god under foreign religions is bullshit. Our ancestors gave world belief in one god, democracy plus male penis circumcision but world will not tell it .
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  2. LA GREVE EST UN DROIT POUR LES SYNDICATS . MAIS CHOISIR LE MOMENT D’UNE GREVE EST UN ACTE CITOYEN ET PATRIOTIQUE. VUE LES MULTIPLES PREAVIS DE GREVE DEPOSES PAR LES SYNDICATS ON SE POSE LA QUESTON SI REELLEMENT CES GENTS LA VEULENT CE PAYS LA ?, SI REELLEMENT CES DES VRAIS MALIENS OU SI REELLEMENT ILS CONNAISSENT UNE PERIODE DE TRANSITION ? DANS TOUS LES CAS NE TRAVAILLER MEME PLUS , CE QUI EST SUR PERSONNE NE VIENDRA FAIRE CE PAYS A NOTRE PLACE . JE NE VOIS PAS COMMENT LA TRANSITION VA RESOUDRE VOS PROBLEMES SI VOUS VOULEZ PAS TRAVAILLER . CAR PREAVIS DEPOSE A UN COUT BUDGETAIRE ALORS OU EST CE QU’ON VA GENERER TOUTES SES SOMMES ? REDEVENONS MALIEN CAR ETRE MALIEN ,DEMANDE UN CERTAINS NOMBRE DE VERTUS QU’ON A TANDENCE A PERDRE. VOUS LES POITICIENS ET SYNDICALISTES DE TOUS LES TEMPS VOUS AVEZ VOTRE AVENIR DERRIERE VOUS MAIS ON LES LEURS DEVANT EUX.VIVE LE MALI , VIVE LA TRANSITION , QUE DIEU NOUS PROTEGE CONTRE LES MAL INTENSIONES .

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here