Pour le retour des touristes au Mali : L’appel d’ATT aux occidentaux

0

En visite à l’exposition sur l’univers Dogon au Musée du Quai Branly, le président de la République Amadou Toumani Touré, a profité pour expliquer aux occidentaux les conséquences économiques  de la décision des autorités françaises d’interdire à leurs ressortissants de se rendre dans de nombreuses régions du Sahel. Qui, sont de ce fait,  « gravement affectées par la baisse de la fréquentation touristique ». Lisez l’intégralité de cette intervention d’une pertinence absolue.
 

Je tiens à remercier la Direction et le Personnel du Musée du Quai Branly pour leur accueil et l’initiative d’abriter dans ce haut lieu de culture cette belle exposition sur l’univers dogon.
J’adresse mes vives et chaleureuses félicitations à Mme Hélène LELOUP, Commissaire de l’Exposition pour le remarquable travail de collecte et d’agencement de  ces magnifiques œuvres présentant l’histoire de l’art et de la culture dogon, depuis le 10ème siècle à nos jours.
Il me plaît de saluer, ici, avec respect et amitié, le Président Jacques CHIRAC dont le nom reste à jamais attaché à ce musée dédié au dialogue des cultures et des civilisations.

A l’inauguration du musée, en juin 2006, il disait ceci, je cite : « en montrant qu’il existe d’autres manières d’agir et de penser, d’autres relations entre les êtres, d’autres rapports au monde, le musée du Quai Branly célèbre la luxuriante, fascinante et magnifique variété des œuvres de l’homme. Il proclame qu’aucun peuple, aucune nation, aucune civilisation n’épuise ni ne résume le génie humain.
Chaque culture l’enrichit de sa part de beauté et de vérité et c’est seulement dans leurs expressions toujours renouvelées que s’entrevoit l’universel qui nous rassemble ». Fin de citation
En écho à cette pensée humaniste, le sage Amadou Hampathé BA, qui est né au cœur du Pays Dogon à Bandiagara soulignait, je cite : "La beauté d’un tapis réside dans la variété de ses couleurs. S’il n’y a que du blanc, ce serait un drap blanc; s’il n’y a que du noir, ce serait un pagne de deuil. C’est l’Univers tout entier qui est notre patrie. Chacun de nous est une page du grand livre de la Nature. Dans la vaste communauté humaine lancée à la recherche d’un nouvel équilibre, chaque peuple doit apporter la note de son génie propre afin que tout l’ensemble en soit enrichi. Chacun doit s’ouvrir aux autres tout en restant lui-même". Fin de citation.

J’ai choisi de partager, avec vous, ces regards croisés de deux Hommes pétris de culture pour dire que ce soir, par delà l’émerveillement devant les formes, nous célébrons une vision du monde, celle qui proclame la complémentarité des cultures et non le choc des civilisations.

Et, je suis particulièrement heureux d’être avec vous, ici, au Musée du Quai Branly où à travers cette exposition sur l’Univers Dogon, c’est le Mali tout entier qui est honoré et c’est l’Afrique qui est mise en lumière. Au demeurant, c’est une obligation morale pour le Hogon, que je suis, d’être présent partout où l’on magnifie la culture dogon.

Mesdames, Messieurs,
La richesse des œuvres exposées, la force des messages qu’elles véhiculent nous autorisent à affirmer avec fierté que la culture dogon est une des contributions majeures du Mali à la civilisation de l’Universel si brillamment célébrée par le poète-président, Léopold Sédar  SENGHOR.
C’est le lieu, pour moi, d’inviter toutes celles et tous ceux que cette grande civilisation fascine aux quatre coins du monde à reprendre le chemin du plateau Dogon, à venir à la rencontre des populations de Mopti la Venise Malienne , de Sangha-Ireli à Bandiagara, Endé à Bankass, Yoro à Koro, Hombori à Douentza, Tombouctou, Gao et Kidal qui sont gravement affectées par la baisse de la fréquentation touristique.

Le débat sécuritaire a du sens, mais nous ne devons pas reculer au-delà du seuil de la nécessaire vigilance et des mesures à prendre pour la protection de ceux qui nous font l’amitié de nous rendre visite.

En disant cela, je pense notamment à la décision prise par les Autorités françaises d’interdire à leurs ressortissants de se rendre dans de nombreuses régions du Sahel. Nous comprenons la mesure même s’il nous apparait tout aussi important d’attirer l’attention sur ses conséquences préjudiciables sur les populations du Bassin touristique du Mali : Mopti, Tombouctou, Gao et  Kidal.

Je connais bien cette partie du Mali ; je suis né à Mopti, ma mère vient de Bandiagara, j’ai fréquenté l’école élémentaire à Tombouctou. Le tourisme représente l’essentiel de l’activité économique et fait vivre la majorité de la population.

En dehors des emplois directs générés par le tourisme (guides, emplois hôteliers), c’est l’artisanat qui occupe les plus forts contingents. Des hommes et des femmes passent 8 mois de l’année à confectionner des produits de toutes natures qu’ils écouleront le temps de la saison touristique, soit trois à quatre mois pour réunir les moyens de subsistance d’une année !

Avec la baisse de la fréquentation touristique, voire son arrêt dans certaines localités, toutes ces filières sont aujourd’hui sinistrées et des familles entières livrées à l’extrême précarité.

Le tableau que je dresse pour le Mali vaut aussi pour le Niger, la Mauritanie et même pour l’Algérie dans une certaine limite. C’est justement parce que les menaces, les défis et les contraintes sont les mêmes pour nos Pays que nous avons toujours prôné au Mali des solutions sous-régionales à des problèmes transfrontaliers.

Je me réjouis des avancées que nous avons réalisées après les réunions d’Alger et de Bamako, notamment sur le plan sécuritaire avec la mise en place d’un Etat-major opérationnel commun à Tamanrasset.

Mais je réitère encore une fois ma conviction que le tout sécuritaire ne saurait être la seule réponse. La solution aux problèmes de la bande sahélo-saharienne réside dans le binôme sécurité-développement, dans leur combinaison intelligente.

C’est fort de cette conviction que le Mali a, parallèlement aux stratégies sous-régionales, élaboré une politique nationale de lutte contre le terrorisme et le banditisme transfrontalier articulé autour d’un Programme spécial de développement des Régions du Nord du Mali. L’objectif, c’est d’offrir aux populations des régions concernées qui sont l’enjeu principal, un horizon d’espoir.
Le programme fait une large place au retour de l’Etat dans des zones où il n’existait plus, met l’accent sur les infrastructures sociales de base (écoles, centres de santé) et restaure un dispositif de sécurité pour protéger les localités.

Mesdames, Messieurs,
Dans cette salle, j’ai l’avantage d’être en face des amis du Mali qui appartiennent à toutes les sphères : gouvernement, parlement, collectivités locales, entreprises. Je suis persuadé que vous allez prolonger le plaidoyer que je fais ce soir en faveur de la reprise des mouvements humains qui ont toujours caractérisé nos relations avec un pays ami comme la France. La connaissance qu’on peut avoir de l’Univers dogon à travers cette exposition ne vous dispense pas d’aller voir les Dogons, chez eux au Mali ; je suis même sûr qu’ils apprécieront encore mieux.

Après tout, si vous n’allez pas au Dogons, les Dogons viendront à vous !
Cette exposition en est la preuve et je suis ravi du beau succès qu’elle rencontre auprès du public.
Je vous remercie de votre aimable attention !

PARTAGER