Valorisation du secteur agricole :La loi d’orientation agricole revisitée

0
0

La direction générale de l’Agriculture abrite depuis hier l’atelier de validation du rapport provisoire de l’étude relative à l’élaboration, à l’identification des outils et instruments techniques de la démarche qualité  et le recensement des types de label à promouvoir en fonction des filières porteuses.

Durant les deux jours, il s’agit pour les participants de valider le rapport provisoire de l’étude relative à l’élaboration, à l’identification des outils et instruments techniques de la démarche qualité  et le recensement des types de label à promouvoir en fonction des filières porteuses, élaboré par l’ex-ministre, désormais consultant, Seydou Traoré qui a  de l’expérience  en la matière pour avoir été l’un des artisans de la Loi d’orientation agricole. L’atelier sera axé aussi sur l’information et la capitalisation des expériences sur la labellisation Bio et AOC au Mali. La Loa  a été adoptée par le Conseil des ministres suivant décret n°09-314/P-RM du 19 juin 2009 pour valoriser le secteur agricole de notre pays. Elle est une initiative du président ATT  pour réglementer le secteur agricole par un certain nombre de chartes pouvant moraliser le secteur.


Une fois adopté, le rapport de l’étude relative à l’élaboration, à l’identification des outils et instruments techniques de la démarche qualité  et le recensement des types de label à promouvoir en fonction des filières porteuses va permettre d’identifier les filières agricoles porteuses et les classer par zone agro-écologique reconnue. Il va proposer les filières susceptibles de porter avantageusement un label, une facilitation du dialogue entre les différentes parties prenantes de la démarche qualité en vue définir de nouvelles normes exigées par l’application du décret et de définir la forme la plus appropriée pour prendre en compte dans l’arsenal juridique les normes et procédures déjà en cours dans le commerce des produits agricoles. Il va également soutenir la recherche en matière de certification ; de proposer des outils facilitant la mise en œuvre du décret, des signes de qualité à créer et à pouvoir.
Le consultant, Seydou Traoré, a insisté au cours de son exposé sur la cohabitation de trois secteurs  que sont l’agriculture, le commerce et l’industrie et également sur la capitalisation des expériences de labellisation dans notre pays. C’est ainsi que l’expertise de certaines sociétés sera exposé pendant l’atelier qui sera un espace de partage et d’information pour faciliter la mise en œuvre de la Loa dans notre pays.
Ousmane Daou

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.