Editorial : L’incivisme dans les services publics

74

Chaque jour qui passe, on assiste Ă  un acte d’incivisme chez beaucoup de fonctionnaires. Retard  au travail, pause prolongĂ©e, descente avant l’heure, la liste est trĂšs longue. Aucun service n’est Ă©pargnĂ©. De la plus haute institution  au plus petit service, les agents n’accordent  presque’ aucun sĂ©rieux dans les responsabilitĂ©s qui leur sont assignĂ©es. Vous pouvez les remarquer  entrain de jouer Ă  la carte sur leur ordinateur bien sur, occuper Ă  prendre du thĂ© ou entrain d’ animer  un dĂ©bat inutile au profit de la tĂąche qui pourtant les attend dĂ©sespĂ©rĂšrent . On profite le plus souvent du tĂ©lĂ©phone du service pour appeler les proches et ce temps d’appel est souvent tellement long que si vous n’avez pas assez de patience vous risquez de renoncer Ă  votre visite. Les prestataires peuvent attendre. Ils n’ont aucun d’autre choix que d’attendre car vouloir  rappeler Ă  l’ordre l’incivique peut leur coĂ»ter trĂšs cher, il peut  refuser de traiter les dossiers par exemple ou leur fermer la porte au nez.

Les bureaux sont devenus un lieu de rencontre, de causerie et mĂȘme de rendez vous galants  chez certains.  Ceux qui plus de toupet  n’hĂ©sitent pas Ă  transformer leur bureau en deuxiĂšme famille. Pendant que vous l’attendez impatiemment, le directeur, lui est occupĂ© Ă  se faire entretenir par une de ses nombreuses connaissances occultes. Et si vous n’avez pas  la chance, il  vous fera dire qu’il ne prend plus de rendez vous le reste de la journĂ©e.

Le pire,  ce sont  les dames. Elles doivent d’avantage ĂȘtre accueillantes et savoir qu’elles sont le reflet du service.  Pour la plupart du temps, elles  ont  mĂȘme de la peine Ă  vous  rĂ©pondre surtout si votre passage coĂŻncide avec un vendeur ou une vendeuse. Elles sont dĂ©sagrĂ©ables et transforment  le plus souvent leur bureau Ă  une boutique cosmĂ©tique ou d’articles pour femme.

Une fois, je me rends dans une banque pour mes opĂ©rations.  J’attends plus d’heure car une dame m’avait devancĂ© dans le bureau de la directrice. Apres une terrible attente, je dĂ©couvre  que la  dame en question Ă©tait une  vendeuse de produits cosmĂ©tiques. AprĂšs avoir vendu ses produits, elle Ă  juger bon de faire du commĂ©rage avant de s’en aller, tant pis  pour ceux qui sont pressĂ©s.

Combien ont perdu leur journĂ©e Ă  cause de ces « incivistes » qui oublient sans doute qu’ils sont payĂ©s pour rendre ce minimum de service. VoilĂ  pourquoi beaucoup s’inquiĂštent quand il leur arrive de  faire des dĂ©marches administratives.

Le service public est l’affaire de tous surtout quand vous ĂȘtes payĂ© pour cette gestion publique.

Malheureusement aujourd’hui la chose publique n’a aucune valeur. Chaque employĂ© passe la journĂ©e Ă  spĂ©culer sur combien il peut « avoir » avoir sur quoi ou qui, bien sur le gouvernement.

A quand le rĂ©veil des consciences ? Faisons de la  chose publique un bien prĂ©cieux Ă  lĂ©guer Ă  nos enfants. Il est vrai que la majoritĂ© des Directeurs n’occupent pas leurs agents. Les services flottent au grĂ© de leurs intĂ©rĂȘts. OĂč trouver la formule pour travailler les gens  pour le bien ĂȘtre de notre pays.

Cependant l’arbre ne doit pas cacher la forĂȘt, certains agents sont conscients des responsabilitĂ©s. Ils s’acquittent convenablement de leur tĂąche.

AmadinguéSagara

PARTAGER

74 COMMENTAIRES

  1. Le nombre de dossiers ouverts en matiĂšre d’infractions contre la sĂ»retĂ© de l’Etat et en toutes autres matiĂšres considĂ©rĂ©es gĂ©nĂ©ralement comme de l’incivisme a Ă©tĂ© de 405.067.

  2. Pour l’application de toute bonne mesure on doit pouvoir frapper fort pour donner l’exemple et dire aux autres ce qu’ils encourent en cas de dĂ©sobĂ©issance aux prescriptions Ă©tatiques. Il est vraiment inadmissible que des certaines personnes (parce que comme le mentionne l’article des personnes sont encore conscientes du rĂŽle qui est le leur) qui sont censĂ©es ĂȘtre lĂ  pour nous servir se comportent de la sorte. Il y a pleins de diplĂŽmĂ©s qui attendent sur le carreau. Il faut procĂ©der Ă  quelques renvois pour que les autres se ressaisissent.

  3. Mais c’est Ă  partir de sa gestion que ces structures connaissent leurs dĂ©gringolades par qui les pouvoirs de gestion ont Ă©tĂ© confiĂ©s. Certains usent la corruption, d’autre le dĂ©tournement de fond public et de pouvoir, et, le vol

  4. Depuis quelle que dĂ©cennie, il y a eu plusieurs comportement illicite qui se sont dĂ©veloppĂ©s dans la gestion des services publics. Hors de ces derniers, rĂ©sultent l’idĂ©e de la satisfaction de l’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral

  5. Le constat est vraiment amĂšre Ă  tout les niveaux. Il faut qu’on puisse mettre sur place une structure pour pouvoir rappeler Ă  l’ordre ceux qui ne font pas correctement leur travail. L’exemple peut paraitre banal mais on peut mĂȘme faire des fiches de pointages journaliĂšres pour ceux qui s’absentent sans autorisation et retirer de leur salaire les heures manquĂ©s pour qu’il y ait plus de conscience professionnelle.

  6. car ils constituent de manifestation les plus tangibles de l’action administratifs.Et peuvent ĂȘtre comprises comme Ă©tant un ensemble organisĂ© de moyens matĂ©riels et humains mis oeuvre par l’Etat ou une collectivitĂ© publique, en vue de l’exĂ©cution des ses taches quelque soient leurs modes de gestion

  7. Je pense que pour rĂ©soudre l’incivisme il faut imposer le respect car On ne respecte pas un supĂ©rieur uniquement ni mĂȘme d’abord (voire pas du tout) parce qu’on dĂ©pend de lui et qu’on le craint mais parce qu’on lui reconnaĂźt une valeur et c’est cette valeur qu’il faut promouvoir en premier lieu pour le bien de notre sociĂ©tĂ© et le respect de nos institutions.

  8. Pour une sociĂ©tĂ© citoyenne; on doit prendre au sĂ©rieux toutes les relations humaines, y compris les rapports hiĂ©rarchiques, y compris les conflits de droits, y compris mĂȘme les interventions nĂ©cessaires au maintien de l’ordre public, qui doivent ĂȘtre placĂ©es sous le signe du respect. Le droit au respect (Ă  ĂȘtre respectĂ©) est prĂ©alable Ă  tous les autres droits.

  9. Les citoyens sont obligĂ©s de respecter les lois afin de permettre une vie en sociĂ©tĂ© organisĂ©e et d’éviter le dĂ©veloppement de la loi “du plus fort”. On serait alors dans une situation proche d’une vĂ©ritable anarchie, chacun agissant selon son bon plaisir, sans souci de la rĂšgle commune. L’obligation pour tous les citoyens de respecter les lois est la meilleure assurance que la libertĂ©, les droits et la sĂ©curitĂ© de chacun d’eux soient garantis de maniĂšre effective.

  10. L’obĂ©issance (ou soumission Ă  l’autoritĂ©) est l’une des formes de l’influence sociale. Il est question d’obĂ©issance lorsqu’un individu adopte un comportement diffĂ©rent parce qu’un autre individu, perçu comme une source d’autoritĂ©, le lui demande. L’individu reconnaĂźt Ă  un autre, ou Ă  un gouvernement une valeur certaine. Lorsque cette reconnaissance est faite, l’individu passe alors un accord tacite, un consentement avec le supĂ©rieur qu’il a reconnu ; il Ă©change sa libertĂ© contre la volontĂ© gĂ©nĂ©rale d’ĂȘtre assurĂ© et sĂ©curisĂ©.

  11. Pour le bonheur de toute sociĂ©tĂ©; il respecter les normes sociales; Il existe des normes formelles, (Ă©crites : lois, diffĂ©rents codes et rĂšglements). Il existe Ă©galement des normes informelles qui constituent en fait les mƓurs, les habitudes, les coutumes, etc (ex.: politesse, rythme de repas). Le non-respect de ces normes ne doit vraiment pas ĂȘtre tolĂ©rĂ© et doit ĂȘtre sanctionnĂ©.

  12. Le Mali vit aussi le gangrénage des services publics par des réseaux mafieux.
    Pendant qu’IBK se dĂ©merde pour mettre de l’ordre dans la gestion des affaires publiques certaines personnes prennent la peine de salir sa rĂ©putation

  13. L’obĂ©issance Ă  une autoritĂ© et l’intĂ©gration de l’individu au sein d’une hiĂ©rarchie est l’un des fondements de toute sociĂ©tĂ©. Cette obĂ©issance Ă  des rĂšgles, et par voie de consĂ©quence Ă  une autoritĂ©, permet aux individus de vivre ensemble et empĂȘche que leurs besoins et dĂ©sirs entrent en conflit et mettent Ă  mal la structure de la sociĂ©tĂ©. Partant de cela,on ne doit pas considĂ©rer l’obĂ©issance comme un mal. On doit donc s’Ă©vertuer au respect des normes sociales et l’accomplissement de la mission Ă  nous confier.

  14. “Le bon sens est la chose du monde ma mieux partagĂ©e” RenĂ© Descartes.
    Mais mes concitoyens semblent vraiment en manquer de plus en plus.
    Lorsque l’état prends des dĂ©cisions c’est pour notre propre bien-ĂȘtre et nous devons le respecter. Aussi quand nous sommes responsable de la vie d’une institution ou prestataire de biens et services nous nous devons de bien la remplir.

  15. Le terme « l’incivisme et autres vices de cette nature des dirigeants et responsables mafieux sont lourds des connotations morales et engendrent un cataclysme politico-financiĂšre accompagnĂ© de la dĂ©gringolade des services publics.

  16. Pour pouvoir parler de lÂŽincivisme, il faut savoir de quoi il sÂŽagit. Dans le dictionnaire on peut trouver une simple dĂ©finition: manque de civisme, ce qui est le sens civique, mais pour comprendre vraiment ce petit mot, il faut aller plus loin afin d’aider certains responsables des services publique.

  17. Au cƓur de toute sociĂ©tĂ© libre et ouverte se trouve la notion de droit dont le respect est essentiel. Mais pour que les lois soient respectĂ©es, elles doivent ĂȘtre dignes de respect.

  18. L’incivisme a atteint tous les niveaux de notre sociĂ©tĂ© et il faut prendre des mesures pour amener les jeunes Ă  se mettre au travail. Nous devons servir notre pays car cela est un devoir pour nous.
    Nous devons savoir que l’Ă©tat c’est nous mĂȘmes et nous devons rĂ©pondre efficacement en nous mettant au travail.

  19. Il faut mettre en place des primes d’encouragements pour inciter les agents Ă  se mettre davantage au travail. Ces distinctions permettront de savoir le niveau de tous les agents de nos services.

  20. Je pense que c’est un systĂšme qui encourage la corruption dans nos administrations. Pour cela, l’Ă©tat doit prendre des mesures rigoureuses pour arrĂȘter tout ceci. Ces comportements n’honorent pas l’image de notre patrie.

  21. Le gouvernement doit vraiment faire appliquer les mesures qu’elle prend car la population ne respecte pas les lois. C’est dĂ©plorable pour notre sociĂ©tĂ©. Je me demande souvent ce que cherchent ces personnes dans nos services. Il faut mettre des structures en place pour noter nos agents

  22. C’est un veritable problĂšme pour notre pays. Mais je pense que l’état doit faire enseigner cette discipline dans nos Ă©coles afin que les enfants connaissent l’importance de l’état. On doit pas grandir avec de tels comportements qui nuiraient plus tard Ă  notre pays et notre entourage.

  23. Il faut que les maliens apprennent à respecter les décisions ou les instances étatiques. Cela y va pour notre bien. Nul ne doit manquer de respect aux symbole de son pays. Il faut donner le maximum dans les services pour faire avancer notre pays.

  24. les parents ont dĂ©missionnĂ© de leurs rĂŽles d’éducateurs Ă  la base (famille), de mĂȘme l’Etat confrontĂ© Ă  de nombreuses difficultĂ©s peine Ă  mobiliser les facteurs pouvant assurer une bonne Ă©ducation Ă  sa jeunesse (une Ă©ducation inappropriĂ©e et dĂ©faillante)
    Tout ceci a contribuĂ© Ă  de tel comportement des citoyens d’aujourd’hui.

  25. Ce sont des comportements qui mettent en mal l’efficacitĂ© de notre administration. Il faut les bannir de cela dans nos administrations. Si nous sommes payĂ©s pour servir son pays , il faut le faire avec amour et dĂ©vouement.

  26. L’intolĂ©rance est de plus en plus grande du fait de l’incivisme la violence est devenue monnaie courante, de mĂȘme que la dĂ©linquance juvĂ©nile, le grand banditisme avec l’apparition des gangs de bandes armĂ©es de nervis perturbant la quiĂ©tude des populations

  27. La solution prĂ©conisĂ©e contre ce flĂ©au qu’est l’incivisme :
    – C’est l’éducation : Former un type nouveau ancrĂ© dans nos valeurs cardinales telles que la vertu, le courage, le respect, la solidaritĂ©, la tolĂ©rance entre autres
    – Revaloriser l’instruction civique dans les Ă©coles afin que l’on puisse avoir de citoyens modĂšles sur lesquels nous pourrions compter pour construire notre nation.
    – Ainsi en dehors de l’école, l’Etat doit mettre sur pied une campagne permanente d’éducation de sensibilisation Ă  la citoyennetĂ© par des affiches Ă  travers les mass mĂ©dia (radio et tĂ©lĂ©).
    – En outre l’Etat doit mettre l’accent sur l’amĂ©lioration du quotidien afin que le parent dĂ©missionnaire puisse de nouveau s’occuper de sa progĂ©niture.
    – L’Etat doit rĂ©ussir le pari de « l’éducation pour tous »car bon nombre d’actes d’incivisme dĂ©coule de l’analphabĂ©tisme.

  28. Vous parlez d’incivisme ! Je pense Ă  un manque de considĂ©ration et de politesse dans les rapports sociaux ordinaires.. Le spectacle est affligeant.Le respect des rĂšgles de la vie collective comme le code de la route laisse Ă  dĂ©sirer : Chacun veut ĂȘtre le premier Ă  passer quitte Ă  brĂ»ler un feu ou Ă  changer de file sans clignotants . Et que dire des chauffeurs de taxi,”Sotrama ” ou autres qui prennent des risques inconsidĂ©rĂ©s pour une course en mettant la vie d’autrui en danger au mĂ©pris du code de la route et sans aucun respect pour les usagers .Je n’en revenais pas .Il y a de quoi tomber en syncope ! 😼
    Souhaitons que le gouvernement soit ferme dans ses résolutions .

    • Il y a une telle adaptation Ă  la ” misĂšre ” que la population a fini par accepter ce qui lui arrive . 🙁 🙁 🙁

  29. C’est vrai qu’il y a un certain laisser-aller dans les services publics . Cela doit cesser maintenant trop c’est trop . Ceux qui n’ont pas envie de travailler qu’ils laissent la place Ă  ceux qui en ont envie . Dans tous les services , il y a un chef de service .
    Quand il y a trop de manquements et de laxisme dans un service , c’est le chef de service qui doit sauter . Quand on est chef , on doit pouvoir se faire respecter en faisant preuve d’autoritĂ©
    Quand le bras failli , on puni la tĂȘte .
    L’obligation de rĂ©sultat doit ĂȘtre rĂ©tablie dans chaque service .
    Il faudrait également des contrÎles inopinés et périodiques dans chaque service .

  30. Je pense Ă  mon humble avis que notre gouvernement peut penser Ă  faire la promotion de l’excellence pour que les mentalitĂ© changent.
    En effet,l’instauration d’une journĂ©e nationale du mĂ©rite comme dans l’un de nos pays voisins pour rĂ©compenser les meilleurs dans chaque domaine serait la bienvenue.
    Ainsi,chaque travailleur fera l’effort pour ĂȘtre parmi les meilleur et cela changera beaucoup de choses dans l’incivisme dans notre pays.

  31. Il est important que notre gouvernement prenne des mesures coercitives pour punir tous les agent paresseux qui continuent de ternir l’image de notre administration.
    Si quelqu’un fait mal le travail pour lequel il est payĂ©,je pense qu’il faut simplement le licencier car il y a beaucoup d’autres compĂ©tents qui attendent sur le banc de touche.

  32. Il faut souligner que notre pays a connu plusieurs dĂ©cennies de paresseux et cet Ă©tat des choses nous suit jusqu’Ă  prĂ©sent.
    Mais je garde l’espoir car depuis l’arrivĂ©e du prĂ©sident IBK nous remarquons un changement profond qui ne tardera pas Ă  faire ses rĂ©sultats.

  33. Les fonctionnaires maliens doivent comprendre que lorsqu’on te paye pour un travail il faut bien le faire ou le laisser.
    Ils doivent donc changer de mentalité car notre pays a en ce moment pays de maliens nouveaux qui travaillent pour tirer le pays vers le développement.

  34. Moi je pense que le vĂ©ritable problĂšme de notre pays c’est un problĂšme de mentalitĂ©.
    C’est donc sur le mental du malien qu’il serait important d’agir pour que notre sociĂ©tĂ© change,et partant,notre administration.

  35. Justement c’est ces “conscients” parmi nous qui font bien leur travail qui sont Ă  tort traitĂ©s de zĂ©lĂ©s de nos sociĂ©tĂ©s!Sinon ces laisser-aller ont comme unique responsable le chef de service!Ici j’ai vu des gens se faire virer parce qu’ils Ă©taient simplement entrain de jouer Ă  l’ordi au passage du chef de service pour son bonjour matinal aux employĂ©s!Quand le chef est “droit” tout le reste suivra!Mais quand le plus grand retardataire et le champion en absentĂ©isme au sein du service est le directeur lui-mĂȘme, qu’est ce qu’il peut dire aux autres qui font autant? 😯

  36. Les rĂšglement intĂ©rieur des administrations du Mali de nos jours ne sont point respecter, l’irresponsabilitĂ© et les comportements dĂ©raisonnables sont devenu le quotidien des la population malienne. Le gouvernement doit agir pour les intĂ©rĂȘts de ce pays.

  37. L'incivisme est devenu le nom, le comportement des agents publics, de nos jours. La population malienne est insatifait du fonctionnement des service publics malienne, le gouvernement doit vite agir car la le pays ne peut fonctionner ainsi.

  38. Le gouvernement malien pour sa responsabilité doit prendre une décision ferme dans ce type de condition. Un pays ne peut se développer, si les administrations de ce pays ne jouent pas pleinement leur rÎle.

  39. Dans plusieurs services publique de notre pays le sĂ©rieux et la responsabilitĂ© sont devenue des verdures laisser dans le passĂ©. L’administration malienne par la mauvaise gouvernance des rĂ©gimes passĂ©s ne rĂ©pond plus au attentes qui lui Ă  Ă©tĂ© conviĂ©. La population malienne se plein chaque fois d’avantage des services publiques.

  40. Le gouvernement malien doit prendre ses responsabilitĂ© et poussĂ© les agents publics a travaillĂ© dans les rĂšgles de l’art. Si l’on ne fait rien c’est le Mali qui en prendra les pots cassĂ©s, car ces actes d’incivisme n’est pas sans prĂ©cĂ©dant.

  41. Les autoritĂ©s compĂ©tente maliennes doivent tout faire pour que ces comportement d’incivisme prennent fin dans ce pays. Les administrations publiques sont devenu de nos jours des lieus de corruption de toute sorte, de magouille et d’acte dĂ©raisonnable et apatride.

  42. J’invite toute la population malienne en principe les concernĂ©s a changĂ© de mentalitĂ©. Ce comportement d’incivisme met de plus en plus le pays. Chacun doit faire preuve de responsabilitĂ© dans son lieu de travail.

  43. Pour la rĂ©gularisation de cette situation le chef de l’Etat avait ordonner un contrĂŽle physique dans les administration Ă©tatique. Par ce que le salaire des fonctionnaire Ă©taient basĂ© sur des magouilles de toutes sortes.

  44. Tu as raison, depuis trĂšs longtemps l’ensemble de l’administration malienne est de plus en plus confrontĂ© Ă  ce phĂ©nomĂšnes. Les lieux de travail public sont devenue des lieux ou les agents de se donnent Ă  du n’importe quoi.

  45. Les autoritĂ©s compĂ©tente doivent trĂšs vite trouver une solution Ă  ces problĂšmes, car l’administration malienne en meurt sous l’irresponsabilitĂ© des agents. Les administrations de notre vie ce calvaire pendant plusieurs annĂ©es.

  46. Les seuls responsables de ces actes d’incivismes sont les auteurs.Ils faut donc les sanctionner pour que cela cesse.

  47. Il faut que le malien change de mentalitĂ©.Ces comportements d’incivisme sont encrĂ©s dans nos attitudes.Pour que cela change il faut une prise de conscience collective de tous et de toutes.

  48. La cĂ©lĂ©ritĂ© de nos services sont mis en mal par ces comportements irresponsables d’incivisme.Je pense qu’il faut vraiment faire quelque chose.

  49. je crois qu’il faut remĂ©dier Ă  cela le plutĂŽt possible.Ces attitudes d’incivisme constituent un frein Ă  la rapiditĂ© de nos services dans l’accomplissement des tĂąches qui leurs sont assignĂ©es.

  50. Je pense sincĂšrement qu’il faut prendre des sanctions contre les auteurs de ces comportements d’incivisme.Cela devient trĂšs inquiĂ©tant sinon

  51. je pense que les responsables des services publics doivent mettre fin Ă  la complaisance et prendre les mesures idoines pour faire cesser ces actes d’incivisme.Car la fiabilitĂ© de nos services en dĂ©pende.

  52. Pour remĂ©dier Ă  ces comportements d’incivisme je pense que le gouvernement doit mettre en place une structure de contrĂŽle des agents de services publics.Car les agents sont laissĂ©s pour contre.Et cela doit cesser.

  53. Cet incivisme est en grande partie liĂ©e Ă  l’Ă©ducation professionnelle que reçoivent les agents des services.Il faut donc une Ă©ducation de civisme dans nos services.

  54. Je crois que ce sont les responsables des diffĂ©rents services oĂč sont observĂ©s ces actes d’incivisme qui sont responsables.Il faut donc qu’ils prennent leurs responsabilitĂ©s

  55. Je crois qu”il faut insĂ©rer une matiĂšre de civisme dans nos Ă©coles pour inculquer les valeurs rĂ©publicaines Ă  nos enfants dĂšs leurs bas Ăąges.

  56. Je pense qu’il faut prendre des mesures pour mettre fin Ă  ces attitudes d’incivisme dans notre sociĂ©tĂ©.Cela met Ă  mal le bon fonctionnement de nos services publics.

  57. La rĂ©ponse de la personne (je suppose que c’est une dame) est fonction du visage , de l’habillement et voire la gĂ©nĂ©rositĂ© de l’USAGER!

  58. Nous ne savons plus que faire des services et administrations. Les agents de ces lieux ne fassent pas exactement leur travail ou peut-ĂȘtre qu’ils sont payĂ©s pour rendre la vie difficile aux citoyens. On ne reconnait plus les services des points de vente et des cabinets de conseils de toutes sortes. 😀 😀 😀

  59. Aucun malien n’est censĂ© ignorĂ© la nouvelle pratique qui sert de fonctionnement Ă  nos services. On accorde plus d’importance aux jeux, aux vendeurs et vendeuses, aux caisseries et visites familiales qu’aux bĂ©nĂ©ficiaires des services qui sont les citoyens.

  60. Les services sont devenus des marchĂ©s. Les agents s’intĂ©ressent mieux Ă  leurs vendeurs ou vendeuses qu’aux visiteurs. On ne peut plus profiter de son temps pour aller rĂ©soudre un problĂšme dans les services, sinon cela nous prendra toute la journĂ©e.

  61. Quand on doit se rendre dans les services maliens, on prend toute la journĂ©e. Il n’y a pas de contrĂŽle ni rien. Les agents sont laissĂ© Ă  eux-mĂȘme. Les visiteurs sont perdus et ne savent pas quoi de faire de leur problĂšme. On se sent plus dans une loterie, dans nos services, que dans des lieux de travail.

  62. Les administrations sont devenues des lieux de passe temps. Les agents passent plus de temps Ă  jouer, Ă  se maquiller, Ă  parler de leur femme et homme que de faire leur travail qui est de rendre services aux citoyens qui en ont besoin.

  63. Cet incivisme tue l’Administration malienne et les services de l’État qui ne sont pas accessibles aux citoyens. Les contribuables maliens que nous sommes doivent organiser des marches populaire contre cette pratique. Les services de l’État doivent ĂȘtre plus accessibles Ă  la population car c’est contrepartie des impĂŽts, taxes, et autres prĂ©lĂšvements que l’État s’engage Ă  nous offrir ses services. Disons non Ă  cette pratique. Les services ne doivent pas ĂȘtre des lieux de vente de causerie, des cafĂ©tĂ©rias, des maquis et autres passe temps.

  64. Dans tout cela ce sont les services EDM qui font patienter sinon chier. L’agence EDM qui se trouve Ă  Darsalam est plus pourrie de toutes les agences EDM de la capitale. Elle s’ouvre Ă  09h moins et se ferme avant l’heure et l’un des deux employĂ©s qui est une demoiselle, passe toute la journĂ©e Ă  faire chier les clients.

  65. Il n’y a pas de sĂ©rieux dans les services du Mali. Les agents font ce qu’ils veulent. Il n’y a pas de ponctualitĂ©. Ils viennent tous en retard et partent tous avant l’heure. On dirait des cafĂ©tĂ©rias, dans nos services.

  66. Les services sont transformés en des lieux de causerie. Les agents passent toute la journée à jouer aux jeux et écouter de la musique comme on le fait dans un maquis. On ne peut pas se plaindre de cette pratique au risque de ne pas se voir privé de ces services.

  67. Le journaliste a parfaitement raison en ce qui est des pratiques inciviques dans les services de l'Etat. Les agents se sentent plus dans leurs familles que dans les lieux de travail. Les citoyens devant bénéficier des services les bénéficient difficilement.

  68. Le journaliste a parfaitement raison en ce qui est des pratiques inciviques dans les services de l'Etat. Les agents se sentent plus dans leurs familles que dans les lieux de travail. Les citoyens devant bénéficier des services les bénéficient difficilement.

  69. L’incivisme dans nos services est la faute Ă  tous les citoyens de ce pays. Ce sont nous mĂȘmes qui ont des parents dans des services diffĂ©rents et que nous poussons Ă  l’incivisme. Sinon les services ne doivent pas ĂȘtre des lieux de vente ou de rendez-vous familiaux. Malheureusement que c’est le cas au Mali.

  70. La faute a nous tous, mais surtout c’est les premiers responsables qui ne sont pas sĂ©rieux sinon aussi naturellement et en gĂ©nĂ©ral le Malien n’est pas sĂ©rieux et il est naĂŻf. si le numĂ©ro 1 est sĂ©rieux, travailleur rigoureux et honnĂȘte , il vas employer touts les moyens de pression pour mettre les choses sur les rails .Mais dans un pays ou tout le monde, vieux, adultes, jeunes ou enfants mĂȘme les bĂ©bĂ©s sont les mĂȘme, dans ce cas il ne peut avoir un Ă©tat sĂ©rieux. pour les femmes, dieu mĂȘme a dit il ne faut jamais l’utiliser pour travailler elles ne sont pas faite pour ça, mais si vous le faites vous allez en tirĂ© les consĂ©quences.Quand a moi aucune femme je dis bien aucune femme malienne ne doit travailler dans les services par ce qu’elles ont sĂ©rieusement mal Ă©duquĂ©e vraiment et elles croient que touts les hommes qui devant passent les envies, par ce qu’elles ne pensent qu’Ă  ça dans la vie.

    • Pharaon, vous n’avez aucun respect et estime pour votre maman, les femmes de votre familles ainsi que la majoritĂ© des Maliennes car vous les traitez de “sĂ©rieusement mal Ă©duquĂ©Ă©s”.

Comments are closed.