Editorial : L’indiscipline routière : Une maladie chronique

3

Cette semaine, abordons le thème de l’indiscipline routière ! L’indiscipline routière devient chaque jour  un peu  plus grave au Mali. Une question  qui anime  également les chroniques dans plusieurs pays africains. Partout, le même constat, l’indiscipline des usagers sur les routes. Le non respect des règles élémentaires du code de la route : surcharge, excès de vitesse, conduite sans casque, fuite de responsabilité en cas d’accident, injures grossières, klaxons anarchiques  on se croirait dans  une jungle. « Eh toi ! Vas là-bas tu crois que la route appartient à ton père ? » ;  «  Eh ! De qui tu parles comme ça ? Garons et tu verras de quel bois je me chauffe, chauffard là »! Et le plus souvent,  la finalité est une bagarre en plein milieu de la route. A tout cela vient  s’ajouter l’indiscipline caractérisée. Vous avez compris c’est celle des motos à dominante Jakarta. C’est le laisser aller total. Certains oublient même que la mort est une réalité. A Bamako, on les appelle « mal vie ». Ils se donnent à des acrobaties sur la voie publique. Ce jeu est devenu  excitant pour la population surtout quand il s’agit d’un cortège de mariage, une vraie folie.

Les « mal vie » ont pour cousin les livreurs de pain qui ont pour grand frère les tricycles. La boucle est bouclée par les conducteurs de Jakarta qui font  bon « ménage » avec les sotramas et les taxis.  Ce phénomène ne cesse de prendre une proportion inquiétante sous l’œil complaisant des agents en charge de la sécurité routière. Aucunes mesures drastiques pour faire plier ces indisciplinés de la route qui vivent désormais leur indiscipline dans la chair. Pourtant, il le faut pour sauver des vies. Que dire de cet incivisme qui est la cause de multiples accidents où les pompiers avec bruits vous embraquent avec rapidité pour vous déposé dans  les urgences  des hôpitaux où vous avez le temps de mourir faute d’urgence parce que vous n’avez pas d’argent. Les piétons peuvent désengorger à leur tour cet état en respectant les passages piétons et les ponts construits pour eux. Il urge de prendre conscience de l’ampleur de la chose. Que chacun accomplisse sa part de responsabilité, l’Etat a  fait  une partie de son devoir en  construisant des routes.  C’est à chaque citoyen de faire preuve de civisme sur la route.  Même s’il se marie.

Amadingué SAGARA

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Tout a fait d’accord , il faut des sensibilisations a Outrance car l’emission qui passait a L’ORTM concernant la circulation routiere etait bien suiviie et toute la presse doit s’y mettre
    Choisir une Periode du mois et presenter ce theme a travers toute la presse FERA changer les comportements

  2. Non, Coulibaly. Je me suis toujours prononce sur ce sujet….vu que c’est un problème qui nous affecte tous au quotidien. A travers cet incivisme sur nos routes beaucoup de famille pleurent leurs victimes chaque jour. La ville de Bamako qui le poumon économique devient de plus en plus impraticable voire même invivable. A ce rythme, dans 3 ans la ville sera un enfer en mouvement.

    Cependant, la situation s’impute à 100% à l’absence de l’autorité d’état. Il faut se demander si les responsables de l’état se promènent dans ville de Bamako. Le problème se situe à deux niveaux. Premièrement on a une infrastructure très délaissée voire même sabotée…par exemple, les bords de grandes artères sont toujours illégalement occupes ou simplement délaissés par les autorités routières sans y élargir la route pour faire place aux pistes cyclables (pour les motos) ou trottoirs exclusifs au piétons etc. par consequent, ces larges espaces sont exploites par les kiosks, les points de vente et surtout par le parking anarchiques des camions.
    Deuxièmes, on a une autorité hautement laxiste vis à vis de l’application de la loi….la police malienne est tellement ridicule que leur présence sur les route est plus néfaste que leur absence….par exemple, tu ne verras jamais ce policiers arrêter quelqu’un pour excès de vitesse…ce n’existe pas dans leur lexique (d’après eux-mêmes leur “barème”)….or c’est un phénomène extrêmement dangereux dans notre circulation — surtout dans une ville aussi entassée et dense que Bamako on remarque plus souvent les motos roulent a 120km/h et certaines voitures a 80-100km/h, certaines bennes a 60-70km/h c’est pour tuer les innocents chaque jour que Dieu fait. La police se préoccupe plutôt a arrêter le gens pour le contrôle (pour les 2000 f) en plein embouteillage tendu souvent causant des accidents.

    SOLUTION

    – Les soi-disant Autorités Routières, une structure mafieuse qui pille les maliens de milliards doit être interpellées pour rendre compte aux maliens de ce qu’elle fait avec notre argent….elle devra nous dire ou est ce qu’elle investit nos milliards qu’elle accumule chaque mois. Les routes de Bamako doivent être tous reconstruites par cette structure qui fait plus de 50 milliard par an.
    – Il faut former de nouvelles unités de police routière, les équiper avec voiture de police, des breathlizers (détecteur de taux d’alcool etc…)
    – Il faut interdire l’importation des engins qui dépassent l’Age de 12 ans (ceci existe partout au monde sauf au Mali)
    -Il faut tripler la taxe sur l’importation des Djakarta, immatriculer tous les diakartas
    -Il faut interdire la conduite de Diakartas par les mineurs de moins de 16 ans
    -Il faut instaurer un certificat de conduite de Djakarta (un programme éducationnel gratuit/ de 1000 f de 3 jours…. sur le code de la route, sensibilisation sur les accidents, port de casque, dangerosité de la vitesse et de l’alcool sur les routes)
    – Il faut exiger l’importation de motos Djakarta a vitesse limitée (compteur a 60km/h maximum)…. que tout échantillon vérifié au- delà cette limite soit saisi
    -Il faut qu’on arrête de se moquer de maliens avec ces routes délabrée, des éclairages publique casses, de trottoirs envahis par la poussière.

  3. Rare sont les internotes qui se prononcent sur ce phenomene alors que c'est un sujet important. Là ce n'est ni IBK ni son entourage il s'agit de nous même citoyens. L'incivisme d'une population se lie à travres la circulation,en respectant scripuleusement le code de la route on aurait pas besoin d'agent dans la circultion. ça aussi fait partie de la construcrtion d'un pays chacun doit apporter sa pièrre.
    En bon entendeur salut!

Comments are closed.